ALTO-STUDIO
 

Interview d'une société de capital risque 3I

Je ressort ce soir 3 vidéos avec monsieur Jean-David CHAMBOREDON, qui était Associé de 3I et en charge du département capital risque.

Ces différentes vidéos permettent de bien comprendre la logique des investisseurs, des sociétés de capital risque.

Aujourd'hui Jean-David Chamboredon est fondateur d'un fonds de financement: ISAI

ISAI est un fonds d'entrepreneurs qui rassemble plus de 70 entrepreneurs et qui a pour vocation de financer et accompagner des sociétés Internet à fort potentiel. Ensemble, ces entrepreneurs reconnus réunissent une somme d'expérience, de compétence, de savoir-faire, d'expertise... assez unique qu'ils souhaitent apporter à quelques entrepreneurs soigneusement sélectionnés.

Les fondateurs sont persuadés qu'apporter des conseils opérationnels et stratégiques à un moment particulièrement clé de la vie d'une entreprise permet de franchir efficacement les étapes et d'accélérer le développement de cette entreprise. Ils espèrent ainsi favoriser l'émergence de futurs champions, les sociétés internet qui seront demain les leaders de leur secteur.

Avec plus de 65M€ sous gestion, chaque année ils sélectionnent des entreprises différentes portées par des équipes remarquables. Différent, remarquable, c'est ce que veut dire ISAI en Japonais.

La première interview d'une douzaines de minutes environ présente:

1- le métier et l'activité de 3i

  • historique, localisation, origine des fondateurs
  • dĂ©finition et prĂ©sentation des interventions en Capital amorçage, risque, dĂ©veloppement et transmission (LBO)
  • poids respectifs de ces diffĂ©rents stades de dĂ©veloppement (risque, dĂ©veloppement, LBO) au sein de 3i...
2- Comment travaille t on au sein de 3I ?
  • les diffĂ©rentes fonctions : (chargĂ© d'Ă©tudes, chargĂ© d'affaires junior, associĂ©s)
  • un jeune Ă©tudiant peut il intĂ©grer votre structure ?
  • le parcours de monsieur Jean-David Chamboredon
  • les modalitĂ©s de rĂ©munĂ©ration des chargĂ©s d'affaires
  • les qualitĂ©s principales pour Ă©voluer chez 3I ?
Deux autres interviews sont Ă  votre disposition:

Partage propulsé par Wikio

 

Siparex ouvre un bureau Ă  Strasbourg et renforce ses Ă©quipes

businessfinanceSIGEFI, la société de gestion du Groupe SIPAREX, ouvre un bureau à Strasbourg confié à Nathanaël Martin, Directeur de Participations chez Fortis Private Equity qui prendra ses fonctions le 1er janvier prochain.

Avec ce 6ème bureau sur le territoire national, SIPAREX - qui est implanté également à Milan et à Madrid - couvrira mieux la région Nord-Est, jusqu’à présent suivie depuis Paris et Lyon.

Avec 850 M€ sous gestion, SIPAREX est le premier groupe français indépendant dédié au capital investissement dans les PME.

Né en Alsace, âgé de 32 ans, diplômé d’HEC, Nathanaël Martin a commencé sa carrière en 1999 chez BNP Paribas à New York puis à Paris. Il a été Associate puis Senior Associate au département Corporate Finance. En 2004 il a rejoint la SADE à Strasbourg, puis le Groupe Fortis.

Par ailleurs, SIGEFI a décidé de renforcer ses équipes avec l’arrivée de trois chargés d’affaires:

  • pour l’activitĂ© capital dĂ©veloppement/capital transmission

- A Lille, Cédric Lombard, 29 ans, EM Lyon. Après avoir été pendant 1 an Auditeur financier au sein du pôle bancaire chez PricewaterhouseCoopers, Cédric Lombard est entré en 2005 chez Sodica (Groupe Crédit Agricole) en tant que Chargé d’affaires en fusions acquisitions.

- A Lyon, Guillaume Rebaudet, 27 ans, ESC Toulouse et MBA de Georgia State University. Entré en 2005 chez PricewaterhouseCoopers à Paris puis à Londres, il était Manager dans le département Transaction Services.

  • pour l’activitĂ© capital de proximitĂ©

A Besançon, Mathieu Perrot, 32 ans, DESS Stratégie et Ingénierie Financière des Groupes (Université Paris XI). Après une première expérience dans le groupe de fusions-acquisitions et de conseil stratégique Valexcel, il entre en 2004 chez HSBC comme Chargé de clientèle entreprise.

 

La tourmente financière n'impacterait pas la mission d'OSEO

oseoSelon François Drouin, Président d'OSEO:

"L'actuelle crise financière touche en profondeur le système mondial.

Ces difficultés sont susceptibles d’avoir des répercussions sur le financement des PME, vis-à-vis desquelles les banques pourraient être amenées à freiner le rythme de leurs engagements.

OSEO a un rôle spécifique d’établissement de place destiné non à se substituer au marché, mais à le compléter là où apparaît une défaillance. Cette spécificité lui permet, dans ce contexte difficile, de continuer à assurer ses missions d’innovation, de garantie, et de cofinancement des bons projets.

En particulier, OSEO a les disponibilités pour assurer ses activités de garantie ainsi que de cofinancement, et vient de convenir d’un partenariat avec la Banque Européenne d’Investissement, intégrant des engagements de refinancement.

Enfin, notons que l'année 2008 s'inscrit déjà dans une trajectoire très dynamique pour OSEO, avec une très forte progression de ses activités, tant innovation que garantie ou financement."

 

Le microcrédit en France a 20 ans et des perspectives de développement

businessfinancePARIS (AFP) — L'association pour le droit à l'activité économique (Adie), qui fêtera en décembre ses 20 ans d'existence, a dressé mardi devant la presse le bilan de son action: 51.000 micro-entreprises et 62.000 emplois créés grâce aux prêts accordés aux exclus du système bancaire.

Premier et principal opérateur de microcrédit en France, l'Adie a été créée par Maria Nowak, sa présidente, sur le modèle de la Grameen Bank fondée au Bangladesh par Muhammad Yunus, prix Nobel de la paix 2006.

L'association propose des prêts de petit montant, de 500 à 5.500 euros qui permettent de démarrer une activité, et accompagne les bénéficiaires, y compris après la création d'entreprise pour en assurer la pérennité.

Celle-ci est dans la moyenne nationale des entreprises, souligne l'association: 65% Ă  2 ans, 57% Ă  3 ans.

Les créateurs d'entreprises peuvent bénéficier également de prêts d'honneur pour financer un stock ou du matériel, d'avances remboursables, de primes à la création.

L'Adie entend mieux répondre aux besoins de ses clients en créant de nouveaux produits. Constatant que l'accès des micro-entrepreneurs à l'assurance se heurte souvent à des difficultés, elle teste notamment, en collaboration avec des compagnies d'assurance, un dispositif de "micro-assurance".

De même, un autre projet concerne le "microcrédit d'insertion", qui permet de financer des dépenses dont l'objectif est l'insertion professionnelle, comme le paiement d'un permis de conduire, des frais de déménagement, ou de formation.

Les microcrédits de l'Adie sont financés en grande partie par des lignes de crédit mises à disposition par les banques, avec qui l'Adie a un partenariat.

Grâce à la levée du plafond sur les taux d'intérêt en 2005, l'Adie peut envisager d'assurer la couverture progressive de ses coûts de crédit d'ici à trois ans, souligne l'association, qui a augmenté à deux reprises ses conditions de prêts, en organisant, précise-t-elle, au prélable la consultation de sa population-cible.

L'accompagnement est financé sur fonds publics, mais aussi par des dons privés et fait appel au bénévolat.

Pour faciliter l'accès à ses services, l'association lancera début 2009 le "premier site français de microcrédit en ligne", a indiqué également Maria Nowak.

Si vous souhaitez poursuivre la lecture de sujets similaires, je vous propose l'article suivant:

 

France Investissement, les premiers résultats

businessfinanceJérôme Gallot, Président de Caisse des dépôts et Consignation Entreprises , fait un premier bilan de l'activité de France Investissement:

Pour aider les PME françaises Ă  se dĂ©velopper, l’État a crĂ©Ă© par dĂ©cret le 15 dĂ©cembre 2006 un nouveau dispositif : France Investissement.

Sa mission: renforcer le financement des entreprises à fort potentiel de croissance par une augmentation de leurs fonds propres. Ce fonds est géré par les équipes de CDC Entreprises.

Il propose deux grands types de financement :

  • des financements en fonds propres (sous forme de prise de capital en substitution aux premiers investisseurs ou bien d’augmentation de capital),
  • des financements en quasi-fonds propres, sous forme d’obligations.

Si les entreprises financées comptent en général moins de 250 salariés, leur valeur s’échelonne entre quelques millions à plusieurs dizaines de millions d’euros.

Toutes ont cependant un point commun : elles sont particulièrement innovantes et peuvent espĂ©rer un fort et rapide dĂ©veloppement.

Les rĂ©sultats obtenus Ă  l’issue de ses treize premiers mois d’existence mettent en lumière la forte mobilisation de la Caisse des DĂ©pĂ´ts - pivot du dispositif - et de ses cinq partenaires institutionnels privĂ©s initiaux : AGF Private Equity, le Groupe Caisse d’Epargne, Finama Private Equity, Natixis Private Equity et SGAM Alternative Investments (groupe SociĂ©tĂ© GĂ©nĂ©rale).

De fait, les engagements ont été largement supérieurs à l’objectif fixé au départ de 500 M€ par an pendant six ans. Ainsi, entre décembre 2006 et décembre 2007, 817 M€ ont été engagés, dont 537M€ ont abondé 44 fonds de capital investissement.

Notons que France Investissement finance majoritairement des sociétés de capital investissement, des fonds qui eux même vont financer des entreprises. En effet seulement 40M€ ont été investis en direct par France investissement mais obligatoirement en parallèle avec un autre fonds bénéficiant également du dispositif.

Grâce à l’effet de levier public/privé (un euros public est susceptible d’engendrer un investissement de cinq à sept euros privés), le volume total des disponibilités prêt à être investi a atteint environ 3 M€, qui ont bénéficié à 102 entreprises.

Dans les prochaines années, elle devrait permettre de réunir entre 2,5 et 3,6 M€ de fonds pour soutenir plus de 800 entreprises.

Le dispositif compte également favoriser les financements de proximité, en mettant l’accent à la fois sur la création de fonds de business angels et sur le renforcement des fonds régionaux, partenaires financiers essentiels pour les petites entreprises.

Pour tout contact :