ALTO-STUDIO
 

Des universités financées par des industriels, en France....

businessfinanceSaviez-vous que Hewlett-Packard verse 2,8 millions de dollars cash et en matériel pour des lycées et des universités américaines et porto-ricaines.

Ce don, qui devrait s'étaler sur deux à quatre années, permettra d'améliorer les conditions d'enseignement des matières scientifiques pour, au final, former de meilleurs ingénieurs, dont certains travailleront très certainement pour le constructeur américain.

De plus ces subventions ont aussi pour but de montrer la bonne volonté de HP sur les questions environnementales. En effet, à travers ce don de près de 3 millions de dollars, Hewlett-Packard favorisera les établissements qui enseignent le génie écologique et forment des ingénieurs en charge de développer des produits écologiques".

Ce type d'op√©ration qui peut aussi r√©pondre √† des consid√©rations de communication , m√™me si l'√©tude de Greenpeace datant d'ao√Ľt 2006, constate que HP est l'un des fabricants de produits informatiques qui respecte le plus l'environnement, derri√®re Nokia et Dell; il n'en demeure pas moins que cette manne financi√®re est excellente pour les √©tudiants qui vont en b√©n√©ficier.

En France certains pensent qu'il serait dangereux d'accepter que des entreprises financent nos structures d'enseignements. Pourtant vous ne trouverez que peu d'observateurs qui remettent en cause la qualité des universités américaines, il suffit de regarder le nombre de prix nobel en France par rapport aux USA et de constater la vitalité de leurs entreprises et donc de leurs cadres.....

 

Facebook, MySpace, Sun, Cadence Design System, Microsoft, Apple: ces groupes peuvent vous aider gratuitement

businessfinance
Il fut un temps o√Ļ lorsqu'une entreprise concevait puis lan√ßait une application ou un nouveau service, cette derni√®re d√©veloppait tout un arsenal pour contr√īler au maximum la courbe de vie du produit.

S'il était envisageable de sous-traiter la production, il paraissait inconcevable de faire appel à des tiers indépendants et non choisis pour enrichir la gamme et proposer de nouvelles applications.

Depuis on a franchi un cap, puisque non seulement certaines entreprises sont prêtes à collaborer avec des prestataires professionnels reconnus, mais d'autres pratiquent l'appel public à l'innovation.

On connaissait l'appel public √† l'√©pargne, ce m√©canisme qui permet √† une entreprise de lever des fonds aupr√®s de n'importe quels √©pargnants. Avec cette pratique boursi√®re, une entreprise peut √™tre financ√©e sans jamais conna√ģtre personnellement tous ses actionnaires.

Et bien maintenant nous assistons √† l'appel public √† l'innovation o√Ļ des entreprises de tailles mondiales mettent en place des aides voire des financements pour tous cr√©ateurs pouvant leur amener directement ou indirectement un suppl√©ment de chiffre d'affaires via la proposition de nouvelles applications.

Vous voulez des exemples ? je vous invite donc √† lire l'article que j'ai publi√© sur le bolg de St√©phane THOMAS: www.simpleentrepreneur.com

Bonne lecture, je l'espère....

 

Rester indépendant...sans capitaux risqueurs

businessfinance

Une des spécificités de la net économie c'est sa dualité car coexiste à la fois des projets qui par nature sont consommateurs en fonds avec d'autres qui peuvent se développer au fil de l'eau sans gros moyens.

En effet la baisse continue des produits hardware, la possibilit√© d'acc√©der √† des solutions logicielles en open source ont diminu√© fortement le co√Ľt de d√©veloppement d'un nouveau service.

Ce faisant des start up ne sont plus obligés de recourir au financement émanant de sociétés de capital risque.

Ainsi la magazine en ligne FLAVORPILL qui compile les activités culturelles de différentes villes (New york, Londres...) a été développé par 2 créateurs...plus de 300 000 lecteurs dans le monde par semaine...

 

Classement des universités françaises

top
Chaque ann√©e l'universit√© JIA TONG (Shangha√Į) publie un classement des universit√©s au niveau mondial.

Résultat de ce classement: les universités françaises sont mal classées...

-la première université en sciences et mathématiques (Paris-Sud XI) arrive en 25 ème position,

-en matière d'informatique et de l'énergie le meilleur classement est celui de l'université de Bordeaux I avec la 51 ème place,

-en science de la vie et de la terre (Paris VI) arrive à la 76 ème place,

-même en médecine la première université (Paris V) est également positionnée à la 76 ème place.



Si l'on comptabilise le nombre d'établissements nominés par pays le résultats est assez désastreux pour la France...

1- les Etats-Unis (308 universités)

2- le Canada (26)

3- l'Allemagne (20)

4- le Japon (19)

5- les Pays-Bas (15)

6- l'Australie (12)

7- la Suisse (11)

8- la Chine (10)

9- Isra√ęl (10)

10- La FRANCE (9)

Par contre il y a des gagnants mais pas sur notre territoire:

Au niveau mondial HAVARD est l'université numéro 1 en:

  • sciences de la vie et de la terre
  • sciences des math√©matiques
  • sciences sociales
  • m√©decine

Le Massachusettes Institute of Technology :

  • est num√©ro 1 en informatique et technologie
  • est num√©ro 2 en sciences de la vie et de la terre

Face a cette situation très préoccupante pour nos universités plusieurs axes devraient être développés:

  • regrouper les universit√©s afin de mutualiser les moyens. Par exemple en 2O09 les trois universit√©s de Strasbourg ne feront plus qu'une. Cette fusion va donner naissance √† un campus de 43 000 √©tudiants et 4 500 professeurs
  • "a√©rer" le corps professorale. Si de nouvelles dispositions fiscales ont √©t√© lanc√©es afin de favoriser la cr√©ation d'entreprises par des chercheurs (voir le billet "Cr√©dit Imp√īt Recherche et Jeune Entreprise Universitaire" ) il serait √©galement opportun de favoriser encore plus l'entr√©e d'entrepreneurs ou de cadres du priv√©s au sein des universit√©s. Par exemple au Canada comme aux Etats Unis le statut de professeur n'est pas un statut √† vie.

Le statut de professeur est une étape du parcours professionnel alors qu'en France on peut tout a fait être étudiant à l'université puis devenir professeur à vie....toujours dans la même université....

 

Vous connnaissez les "Dé-fusions"?

billaardNous continuons d'assister jour après jour à des rapprochements d'entreprises qui en fusionnant mutualisent des moyens et réalisent ainsi des économies d'échelle.

Parall√®lement d'autres entreprises ou plut√īt des multinationales font l"inverse. Alors qu'elles ont atteint une taille critique ces derni√®res proc√®dent √† la cession de certaines unit√©s qu'elles avaient pr√©alablement achet√©es ou alors cr√©√©es.

Les cessions peuvent être réalisées sous la forme de spin off:

Cette technique consiste par exemple a créer une entreprise qui va reprendre l'activité ou la division en question, puis procéder à la cession de l'ensemble ou d'une partie du capital à un tiers.

Les cessions peuvent être réalisées simplement par le vente d'une filiale déjà existante.

Cette stratégie de "Dé fusion" concernerait entre autre Virgin Group qui souhaite céder certaines de ses divisions.

Les cessions pourraient √™tre r√©alis√©es sur la march√© boursier: Virgin Mobile USA est en cours de cotation √† la Bourse de New York et selon le Times, Virgin Active(cha√ģne de clubs de sport) pourrait en faire de m√™me.

Les cessions pourraient être également réalisées auprès de société de capital investissement, comme cela pourrait être le cas avec la compagnie aérienne Virgin Atlantic.

La holding conservera une participation dans chacune des entit√©s c√©d√©es afin de pouvoir avoir une certaine ma√ģtrise de la marque et continuer √† pouvoir lancer de nouveaux business en s'appuyant sur un existant qui gr√Ęce √† l'apport de nouveaux actionnaires devrait √™tre encore plus solide.

Pour Virgin Group visiblement il ne s'agit pas seulement d'une opération de valorisation du capital, Richard Branson semble rechercher un nouveau modèle de développement:

On crée une division, un business puis on la développe, puis on en cède une partie pour réaliser d'autres opérations tout en pouvant continuer de bénéficier du précédent business lancé entre autre au niveau des synergies.

Ce faisant l'image plut√īt n√©gative qui entoure les cessions d'activit√© lorsqu'elles sont r√©alis√©es par des groupes (cession d'actif, d'entreprise...) va peut √™tre √©voluer. Car le cas Virgin ne rel√®ve pas d'un probl√®me de tr√©sorerie (15 milliards d'euros de revenus sur 2006) ou d'une restructuration mais d'une volont√© d'asseoir son d√©veloppement sur d'autres mod√®les.

Et visiblement il n'a pas tort car face à sa demande de financement (c'est une chose d'être vendeur cela en est une autre de trouver un acheteur) l'offre s'organise et pas des moindres.

Richard Branson pourrra probablement obtenir quelques financement du nouveau géant du capital investissement:

Blackstone qui a levé plus 21,7 milliards de dollars (record de tous les temps) pour les investir dans des entreprises qui justement souhaitent Dé fusionner.