ALTO-STUDIO
 

Premier investissement du Fonds National d’Amorçage dans Inserm Transfert Initiative

businessfinanceIl y a quelques mois a été créé Le Fonds National d’Amorçage (FNA) afin de soutenir les entreprises qui développent des innovations technologiques, porteuses d’avantages compétitifs, créatrice d’emplois et d’activité économique en leur apportant des fonds propres.

Le fonds est doté de 400 millions d'euros gérés par la Caisse des Dépôts et Consignation avec 6 secteurs prioritaires de financement:

  • la santĂ©,
  • l’alimentation,
  • les biotechnologies,
  • les nanotechnologies et les Ă©cotechnologies.

Le fonds n'investit pas directement dans des entreprises mais dans 15 à 20 fonds d’amorçage gérés par des équipes de gestion professionnelles qui réalisent eux-mêmes des investissements dans des jeunes entreprises innovantes en phase d’amorçage et de démarrage.

En résumé le FNA finance des sociétés de capital investissement (logiquement qui font de l'amorçage) qui investissent directement dans des entreprises.

Le Fonds National d’Amorçage (FNA) vient d'investir dans Inserm Transfert Initiative, société d’investissement en amorçage spécialisée en sciences de la vie et en santé.

Inserm Transfert Initiative a été créée en 2005 en partenariat avec Inserm Transfert, CDC Entreprises, Sofinnova Partners et Natexis Venture Selection pour pallier le manque de financement des sociétés de biotechnologies issues de la recherche académique. En quelques années, la stratégie d’Inserm Transfert Initiative a permis de structurer un portefeuille qui compte aujourd’hui 14 entreprises.

Depuis sa création, Inserm Transfert Initiative a pour vocation d’investir très en amont dans des entreprises innovantes de biotechnologies en s’appuyant plus particulièrement sur les domaines d’excellence de la recherche de l’Inserm et sur l’expertise d’Inserm Transfert.

En réalisant une augmentation de capital de 33,5 millions d’euros, Inserm Transfert Initiative devient la première société d’amorçage et de pré-amorçage en sciences de la vie adossé à un organisme de recherche publique en France.

Au travers de cette opération l’ambition d’Inserm Transfert Initiative est d’accompagner la croissance de 15 à 20 nouvelles entreprises en investissant un montant moyen de 2 millions d’euros par entreprise sur une période de cinq ans.

Trois acteurs institutionnels de rĂ©fĂ©rence participent Ă  l’augmentation de capital d’Inserm Transfert Initiative : L’Etat via le Fonds National d’Amorçage (15 millions d’euros) qui est gĂ©rĂ© par CDC Entreprises dans le cadre du programme d’investissements d’avenir, CDC Entreprises au titre du Programme FSI France Investissements (5 millions d’euros) et Inserm/Inserm Transfert (5 millions d’euros).

A leur coté et dans un modèle de partenariat ambitieux public/privé, l’assureur lyonnais Sham et plusieurs grands laboratoires pharmaceutiques français et internationaux – Abbott, Boehringer Ingelheim Venture Fund, GlaxoSmithKline, Ipsen, LFB Biotechnologies, MSD France, Sanofi – participent également à l’augmentation de capital d’Inserm Transfert Initiative, pour un montant total de 8,5M€.

Partage propulsé par Wikio
 

Seuils de chiffre d’affaires pour les auto entrepreneurs et le régime Micro-entreprise

businessfinanceEn 2012, le barème de l’impôt sur le revenu ayant été gelé, les seuils de chiffre d’affaires permettant de bénéficier du régime fiscal de la micro-entreprise ou de l’auto-entrepreneur ne sont pas réévalués.

Comme pour 2011, le chiffre d’affaires annuel hors taxes ne doit donc pas dĂ©passer en 2012 :

  • 32 600 € pour les prestations de service et les professions libĂ©rales relevant des bĂ©nĂ©fices non commerciaux (BNC) et des bĂ©nĂ©fices industriels et commerciaux (BIC),
  • 81 500 € pour les activitĂ©s de commerce et de fourniture de logement (hĂ´tels, chambres d’hĂ´tes, gĂ®tes ruraux, meublĂ©s de tourisme).

Ces seuils sont modifiés chaque année dans la même proportion que la limite supérieure de la 1re tranche du barème de l’impôt sur le revenu (soit +1,5 % en 2011 par rapport à 2010, selon l’article 2 de la loi de finances pour 2011).

Si le chiffre d’affaires HT dépasse les seuils autorisés, sans toutefois dépasser respectivement 89 600 € et 34 600 €, il est possible de conserver ce statut l’année de dépassement des seuils et les 2 années civiles suivantes.

Attention, en cas de dépassement de ces seuils de tolérance, le bénéfice du régime fiscal de la micro-entreprise disparaît dès le 1er janvier de l’année de dépassement. La TVA doit alors être facturée dès le 1er jour du mois de dépassement.

Loi de finances pour 2011

Partage propulsé par Wikio
 

Banque Postale et Oséo renforcent leur action pour financer les entreprises

Carte de la franceLa Poste devient vraiment une banque, en effet l'établissement a obtenu l'agrément de l'autorité de contrôle pour commercialiser des offres de crédit aux entreprises.

De plus un accord avec Oséo a été signé pour assurer une plus large diffusion du PCE (Prêt à la création d'entreprise).

Au-delà du PCE, Oséo mettra à la disposition de la Banque Postale et de ses clients entreprises son savoir-faire et son expertise dans le domaine du financement et de la garantie des risques et garantira à hauteur de 50% ou 70% les prêts octroyés par la filiale de La Poste.

Partage propulsé par Wikio
 

Recharger son téléphone portable avec un film ?

rechercheWysips a élaboré des films photovoltaïques transparents qui permettent d'alimenter des équipements en énergie. Première utilisation: la recharge des téléphones portables.

La recharge via le film permet de gagner 20% d'autonomie.

Donc 2 impacts Ă  court terme pour cette innovation:

  • on diminue le volume des batteries en conservant la mĂŞme durĂ©e d'autonomie
  • on conserve le mĂŞme volume et poids de la batterie et il y a une augmentation de 20% de la durĂ©e d'utilisation.

Cette Start up est harcelée par les fabricants de téléphones portables....

Partage propulsé par Wikio
 

Les chefs d'entreprises ne sont pas assez rémunérés !

businessfinanceJe suis tombé sur une étude de l'insee fort intéressante: "Le salaire des chefs d'entreprises, moyennes et grandes".

L'étude indique plusieurs éléments:

  • sur les 2,2 millions d'entreprises la plupart des entrepreneurs n'ont pas le statut de salariĂ©,
  • Ainsi il y a en France 190 000 entreprises qui ont Ă  leur tĂŞte un chef d'entreprise ayant le statut de salariĂ© (PDG de SA de SAS, gĂ©rant de SARL minoritaire...).

De plus en 2005 le salaire annuel net moyen pour un chef d'entreprise salarié était de 49 700 € ,alors qu'un cadre salarié dans le privé percevait 44 600 €.

Ce faisant un chef d'entreprise salarié gagne 10% de plus qu'un salarié cadre, en général dans une grande entreprise.....

Alors on pourra me répondre qu'au-delà du salaire un chef d'entreprise dispose de deux autres système de rémunérations:

  • la plus value ultĂ©rieure qu'il rĂ©alisera lors de la vente de l'entreprise,

Dans la mesure où le groupe des chef d'entreprises salariés est constitué d'entreprises de petite taille, avec peu ayant le profil start up je ne suis pas certain que les plus values ultérieure soient importantes.

En ce qui concerne le versement de dividendes, là également je m'interroge compte tenu de la faible rentabilité de nos entreprises en moyenne je ne suis pas certain que les quelques dividendes versées compensent le risque pris par les petits entrepreneurs.

Finalement est ce raisonnable et rationnel de prendre beaucoup de risque pour avoir 10% de plus Ă  la fin du mois. Cette question se veut bien Ă©videmment provocatrice, non ?

Partage propulsé par Wikio