ALTO-STUDIO
 

Les sociétés de Business angels

Le gouvernement va lancer à compter du 1 er janvier 2007 un statut fiscal spécifique pour les sociétés de "business angels (voir également ici ).

Ces dernières regrouperont au minimum 4 personnes physiques (particuliers) qui souhaitent investir dans la création ou le développement d'entreprises en apportant des fonds en échange d'actions.

Ainsi ces investisseurs bénéficieront d'une réduction d'impôt lors de l'entrée au capital de l'entreprise financée : 25% des sommes investies, dans la limite du plafond de 40.000 euros pour un couple établi par le dispositif Madelin en faveur des PME.

De plus lors de la cession ultérieure des actions les investisseurs bénéficieront d'une exonération sur les plus-values réalisées.

Ces dispositifs ont pour ambition de stimuler les Ă©pargnants afin qu'ils se transforment en investisseur financier.

Les dernières mesures gouvernementales qu'elles concernent la diminution des charges patronales (voir billet ici et là ) où celles-ci ont un point commun : elles vont dans le bon sens mais à petit pas avec un petit braquet.

Qui peut raisonnablement croire qu'avec une Ă©conomie d'impĂ´t maximum de 10 000 euros (25% de 40 000 euros ) la France va passer de 4 000 business angel Ă  40 000 comme en Grande-Bretagne ?

MĂŞme pas le gouvernement car il souhaite atteindre 20 000 business angels en 2012

Quelle d'ambition !: dans 6 ans la France comptera deux fois moins de business angels que les anglais; bien sur que non car les anglais auront probablement
dépassé les 70 000 euros..

Mise à jour: Et si les arstistes devenaient business angel... Luc Besson va participer au prochain salon des entrepreneurs (du 31 janvier au 2 février 2007); en tant que futurs créateurs, prenez votre courage à deux mains afin de lui proposer votre projet....
 

Comme il est plus facile aux USA de financer son entreprise

En étudiant de plus près l'histoire de Google on apprend que les deux fondateurs n'auraient probablement pas connu la réussite actuelle sans deux personnages (business angels) providentiels:

- un de leurs professeurs d'université qui leur a apporté 200 000$

- le Président de SUN (Andy Bechtolsheim) qui après quelques heures de présentation du projet a fait un chèque de 100 000 $.

On ne peut qu'être songeur lorsque l'on constate qu'il existe des territoires où les financements pour la création d'entreprises innovantes sont plus aisément mobilisables...

Il est vrai qu'aux USA il y a 400 000 personnes qui investissent, en tant que particulier, régulièrement dans le financement et la création d'entreprise, en France on en compte 4 000 ....
 

La société CADENCE accompagne les sart-up électroniques

L'usine nouvelle s'attarde sur une demarche intéressante de l'éditeur américain Cadence Design Systems.

Ce dernier spécialiste des outils logiciels de conception pour électronique, développe un programme d'aide pour les jeunes entreprises innovantes du secteur. Initié en Israël et au Royaume Uni, le « start-up accelerator programme » vise à donner accès aux start-up à tout l'écosystème financier et technique dont elles ont besoin pour se développer et valider leur technologie.

Il se rapproche du programme « Idée » de Microsoft ( voir billets précédents ici et là), aux Etats-Unis et en France, qui donne accès à une sélection d'entreprises innovantes aux ressources technologiques et marketing de l'éditeur, partout dans le monde, pour accompagner leur développement.

D'autres programmes de ce types sont dans les cartons d'autres éditeurs, qui ont bien compris ce qu'ils avaient à y gagner : l'accès direct à l'innovation qu'ils ne sont plus forcément en mesure de développer dans leur propre laboratoires. Cette démarche leur permet également de renouveler leur réseau de partenaires et d'étendre l'écosystème d'entreprises s'intégrant avec leur technologie.
 

Pensez vous que ce blog puisse aider les personnes qui sont citees dans ce billet ?

Les classements périodiques publiés par le magazine Forbes constituent le mètre étalon des grandes fortunes de la planète en général et des Etats-Unis en particulier.

Forbes a ainsi édité son palmarès des 400 Américains les plus riches; les résultats sont les suivants:

- N°1:Bill Gates pour la treizième fois (première fortune mondiale depuis 1997), (53 milliards de dollars cette année, soit deux milliards de plus en un an, une fortune dont la moitié est placée hors de son entreprise)

- N°2: Warren Buffett (46 milliards de dollars), qui est, lui, connu pour ne jamais miser sur la high-tech

Les deux plus riches Américains sont aussi les plus importants donateurs du monde : la fondation Bill & Melinda Gates, créée par Bill Gates et son épouse, bénéficie de leurs énormes contributions, qui lui permettent de disposer de plus de 30 milliards de dollars. Bill Gates a annoncé mi-juin qu'à compter du 31 juillet 2008 il se consacrera à plein temps à sa fondation.

Parmi les suivants de la liste Forbes, on trouve plusieurs représentants des fleurons de l'informatique et d'Internet.

- les créateurs de Google, Sergey Brin et Larry Page arrivent à la 12e et 13e place avec simplement (joke!) 14,1 et 14 milliards de dollars.

Plus loin dans la liste, Pierre Omidyar (eBay) est n° 32 (7,7 milliards), Steve Jobs (Apple) n° 49 (4,9 milliards), Jeff Bezos (Amazon) n° 70 (3,6 milliards), Gordon Moore (Intel) n° 77 (3,4 milliards), les créateurs de Yahoo David Filo, n° 117 (2,5 milliards) et Jerry Yang, n° 140 (2,2 milliards).

Cette année pour la première fois, même les « moins riches » des 400 Américains les plus fortunés atteignent le milliard de dollars. 26 d'entre eux étaient au-dessous en septembre 2005.

A titre de comparaison, le salaire minimum fédéral est aux Etats-Unis de 5,15 dollars de l'heure.

A ce niveau de rémunération, la fortune de Bill Gates représenterait le salaire de 1,174 million d'années de travail
(24 heures sur 24 et sept jours sur sept)

Le « simple » milliard de dollars des derniers de la liste Forbes serait atteint en « seulement » 22 000 ans de travail ininterrompu.

N'oublions pas que ces 400 personnes représentent pour de nombreux américains un source trés importante de financement de leur projet de création d'entreprise.

400 personnes=400 business angels a contacter.....

Source: Ă  partir de news.fr (Thierry Noisette)
 

Des ingénieurs Français en TIC qui vont vivre et travailler dans la Vallée...la Silicon Valley

L'étude en accès libre, ici,analyse le degré d'intégration de la présence française travaillant dans le domaine des hautes technologies dans la Silicon Valley. Elle cherche aussi à dégager les perspectives de retour en France.

La population française, qui a répondu à notre enquête, a les caractéristiques suivantes:

- Elle est "trentenaire" et installée depuis plusieurs années dans la Silicon Valley avec un horizon de retour en France de plus de 5 ans. Les français les moins intégrés dans la Silicon Valley ont quitté la zone au début des années 2000 suite à l'éclatement de la bulle Internet. A contrario, les plus intégrés sont restés.

- Le séjour/expatriation s'effectue via la Green Card, la double nationalité et de moins en moins avec le visa H1B.

- Les Français expatriés ont le plus souvent une formation d'ingénieurs rarement complétée par des études supplémentaires aux Etats-Unis. - Cette population travaille essentiellement dans le secteur des TIC dans un poste de direction ou d'encadrement.

- La Silicon Valley continue à exercer un réel attrait. L'esprit d'innovation et le cadre de vie font partie des raisons essentielles de cette longue présence dans la Baie.

- L'emploi (opportunités professionnelles dans la Baie, chômage en France) et la dimension culturelle prédominent dans les préoccupations des Français.

Les Français de la Silicon Valley basculent progressivement dans la culture américaine. Cependant, les motifs de retour en France demeurent.

Source: Bulletins electronique.com
Auteurs : Fabien VERDIER - Christophe LEROUGE