ALTO-STUDIO
 

La situation du capital risque / capital investissement

La Caisse des dépôt et Consignation a publié récemment une étude sur le comportement des sociétés de capital investissement.

Plusieurs indications :
  • le secteur ne connaĂ®t pas de problème particulier pour obtenir des financements auprès des souscripteurs habituels.

    Ceci confirme l'interrogation que l'on peut avoir sur l'intérêt de créer la structure de financement "France Investissement" (voir billet précédent ici)
  • les sorties (revente des actions achetĂ©es lors de l'entrĂ©e au capital) sont rĂ©alisĂ©es dans de bonnes conditions: les plus values constatĂ©es au premier semestre 2006 sont supĂ©rieures de 25% Ă  celles affichĂ©es sur la mĂŞme pĂ©riode en 2005.
  • la plupart des sorties concernent la filière Technologie de l'information.
  • en moyenne les sociĂ©tĂ©s de capital investissement lors du premier tour de table apportent 1.5 millions d'euros.
  • 67% des investissements sont rĂ©alisĂ©s dans les technologies de l'information.
  • 23% des financements sont attribuĂ©s aux sciences de la vie.
  • l'industrie n'est pas oubliĂ©e avec 7 % des investissements dans ce secteur

L'étude constate également qu'il existe un goulot d'étranglement entre les flux d'entrées (les sommes collectées) et les flux de sorties (les investissements).

Il faut espérer que la France ne connaîtra pas la même situation que les Etats-Unis où certains fonds courant 2006 ont remboursé leur souscripteur faute d'investissement.
 

Une société de capital investissement à vous présenter

Pour financer votre projet et si vous contactiez le Fonds Commun de Placement dans l'Innovation (FCPI) Oddo Asset Management.

En effet Oddo Asset Management actuellement lève des fonds auprès de particulier notamment avec comme objectif de « récolter » 50 millions d'euros. Dans un second temps l'argent sera investi dans des PME/PMI par une prise de participation au capital, autrement dit, ils financeront vos projets en échange d'actions.

Le FCPI en question s'appelle Génération Futures et sera spécialisé dans le financement de projets liés à l'éco innovation : c'est-à-dire les produits et services innovants à forte valeur ajoutée qui optimisent l'utilisation des ressources énergétiques (gaz, pétrole) et qui permettent de développer des énergies renouvelables.

Ce faisant différentes thématiques seront étudiées en priorité:
  • les nouvelles Ă©nergies (Ă©olien, solaire, photovoltaĂŻque)
  • les nouveaux matĂ©riaux
  • les nanotechnologies
  • la gestion des dĂ©chets (dĂ©pollution, recyclage)
A priori les dépenses qui pourraient faire l'objet de financement Oddo Asset Management devront relever d'une démarche de commercialisation et de production. Les projets en phase de prototypage, de faisabilité technologique ne seront éligibles.

Au niveau du stade de développement commercial une interrogation demeure : est ce qu'une entreprise qui afficherait aucun chiffre d'affaires pourrait quand même être financée ?

Si l'on se refaire à la brochure la réponse est positive, puisque celle-ci indique que les sociétés innovantes en phase d'amorçage, et qui sont au stade initial de leur développement commercial peuvent être financées.

Si l'on fait référence au site internet la réponse est plutôt négative, car il précise que l'entreprise devra déjà avoir démarré les actions de commercialisation, ce qui pour la plupart des FCPI
veut dire: « nous ne souhaitons pas intervenir dans des projets où il faut évangéliser la clientèle potentielle. Avec du chiffre d'affaires ou des contrats signés vous nous apporté la preuve que le marché existe ».

Dans le doute espérons que ce nouveau FCPI interviendra également en phase d'amorçage commercial.

Pour pouvoir bénéficier du financement d'un FCPI votre entreprise doit disposer du « label innovation ».

Pour plus d'informations sur les modalités d'attribution de ce label vous pouvez vous reporter à un billet précédent (ici).

A vos starting block car la collecte des fonds doit se terminer le 31 décembre 2006, ce faisant sur 2007 les premiers investissements vont avoir lieux.

Contact:
Mathieu Le Roux
Laëtitia Vuitton (co-gérante)
Laurent Dumas-Crouzillac (co-gérant)
http://www.oddoam.fr/index.asp
 

Une société de capital investissement que je ne vous présenterai plus

Comme de nombreux futurs créateurs d'entreprises ou dirigeants de PME-PMi dans votre quête de recherche de financement vous avez élaboré un annuaire des principaux organismes de capital investissement, en espérant que celui-ci soit exhaustif afin de ne pas oublier "le bon"...

Ainsi de site en site, de bouche à oreille vous avez constitué la fameuse liste qui pèse potentiellement plusieurs centaines de milliers d'euros.

Dans cette démarche si l'accumulation de nom est rassurante, il convient quelque fois de s'interroger sur la pérennité de certaine structure. Ainsi l'on vient de me parler récemment de Viventures....

Viventures (Viventures Partners SA) fut la structure de financement en capital risque de Vivendi.

Mais celle-ci est définitivement liquidée...depuis plusieurs mois...
 

Les Class actions light: une innovation 100% made in France

Dans un précédent billet (ici) il était question des bienfaits de la concurrence lorsqu'elle était libre et effective.

L'existence de contre pouvoir est une condition nécessaire pour être certain que l'intérêt de l'entreprise correspond à l'intérêt du consommateur/client. Les class actions en l'occurrence constituent l'un de ces contre pouvoirs.

Or en France jusqu'alors il Ă©tait extrĂŞmement difficile pour un particulier de faire valoir ses droits lorsqu'il y avait un litige. Imaginez vous allez en justice contre EDF, Renault ou autre entreprise de taille mondiale pour faire valoir vos droits...bon courage.

Ainsi pour éviter qu'entre le pot de terre et le pot de fer ce soit toujours le second qui gagne le Président de la République, Jacques CHIRAC, lors de ses voeux en 2005, souhaitait créer une class action à la française permettant aux consommateurs qui ont subi un dommage de saisir la justice autour d'une action collective afin d'être indemnisés par l'entreprise indélicate.

Si l'on s'en tient au texte en cours de finalisation on peut déjà indiquer que si les américains ont créé le Coca Cola Light, les français pourront déposer la marque « Class action light » car :
  • seule une association de consommateurs agrĂ©Ă©e pourra saisir la justice:

    Etonnant comme formule ? pourquoi des avocats spécialisés ne pourraient pas initier la procédure ? D'une manière générale lorsque qu'une profession est réglementée cela permet au pouvoir public de maîtriser la filière. En limitant le nombre d'intervenant c'est certain on limite le nombre d'actions de la part des consommateurs.
  • la procĂ©dure est lourde:

    • Phase 1 : une association de consommateurs reprĂ©sente diffĂ©rents « usagers » face Ă  une entreprise,

    • Phase 2 : si Ă  l'issue de la phase 1 il s'avère que l'entreprise a eu un comportement coupable alors chaque consommateur devra saisir la justice afin d'obtenir des dommages et intĂ©rĂŞts.

    Pourquoi faire simple lorsque l'on peut faire compliquer ? mais la complication a un avantage: elle rebute, et seuls les plus motivés iront au bout. En effet il faudra compter avec la longueur de la procédure, les risques d'erreurs, le coût ?.

    Aux USA la class action permet une indemnisation de l'ensemble des consommateurs concernés y compris ceux qui n'ont pas saisi directement la justice.
  • par nature certains litiges ne seront pas recevables aux class actions light:

    Tous les litiges liés à la santé publique, l'environnement et la pratique anti- concurrentielle ne relèveront pas des class action.

    Ce point là est extraordinaire ?, alors que dans le même temps les principaux opérateurs de téléphonie viennent d'être condamnés (une amende record de plus de 534 millions d'euros a partager entre Orange, SFR et Bouygues Télécom) car ils se sont entendus pour éviter toute concurrence sur les prix de vente et ce faisant nous faire payer le prix fort.
  • Tout dommage supĂ©rieur Ă  2 000 euros sera hors procĂ©dure.

Le MEDEF craint que les class actions light coûte 1% de PIB à l'économie française. Pourtant la plupart des entreprises:
  • proposent des produits/services correspondants aux attentes de leurs clients
  • respectent leur cahier des charges signĂ© avec le client.
  • ne pratiquent pas d'entente anti-concurrentielle
Alors si toutes les entreprise respectent ces 3 règles; notre économie récupèrera les 1% tant craints.
 

Comment trouver une idée innovante et tendance

mon petiti biz.frCet article a été écrit par Marc de Zordo, web entrepreneur depuis plus de 7 ans à l'origine de MonPetitBiz, édité par la jeune startup Rocket Media, qui se positionne comme éditeur de sites web.

Trouver une idée innovante et tendance

Une idée est à l’origine d’une entreprise. Pour assurer la réussite de votre entreprise, il vaut mieux déceler une idée tendance et innovante. En développant une certaine méthodologie, vous pouvez identifier votre prochaine grande idée.

Cibler un domaine maitrisé

Tout d’abord, l’idée que vous trouverez devra être exécutée. Par conséquent, vous devez être compétent dans le domaine que vous ciblez, ce qui signifie que vous connaissez votre marché, qu’il n’est pas inconnu pour vous.

Ce point est important car lors de la création de votre entreprise, vous devrez gérer votre activité, définir votre stratégie de communication, commerciale, marketing, etc. Une seule personne ne possède que rarement toutes ses compétences et vous devrez probablement être accompagné d’associés ou partenaires pour assurer votre développement.

Si vous ne connaissez pas votre marché mais intégrez suffisamment de compétences pour développer votre idée, vous pourriez facilement suivre une stratégie inadaptée dont d’autres entrepreneurs profiteront pour vous dépasser en un rien de temps.

Déceler une opportunité

Etre à l’écoute de votre environnement, observer, avoir de l’intuition sont les clés permettant de trouver une bonne idée pour créer votre entreprise.

Vous devez être proche du marché qui vous intéresse, vous rapprocher des acteurs présents et étudier le comportement de vos prochains consommateurs.

Grâce à votre observation, vous allez pouvoir déceler un problème existant et réfléchir à une idée permettant de la résoudre efficacement.

MonPetitBiz, une source d’idées pour s’en inspirer

Vous n’avez aucune idée de votre prochaine idée? Et vous ne savez pas forcement dans quel domaine vous lancer. Heureusement, des entrepreneurs développent des outils pour vous aider à trouver votre prochaine grande idée.

C’est le cas avec MonPetitBiz.fr, un web magazine français qui déniche les idées d’entreprises innovantes et tendances à l’étranger. Chaque idée présentée n’est pas ou peu exploitée en France ou peut faire l’objet d’une déclinaison sous d’autres formes de produits ou services.

MonPetitBiz diffuse des idées d’entreprises en tout genre, que ce soit dans la téléphonie, la restauration, la technologie, la mode, etc. A vous de suivre les marchés qui vous intéressent pour étudier les nouvelles tendances et pourquoi pas, adapter l’une de ces idées pour notre marché!