ALTO-STUDIO
 
 

Le Languedoc-Roussillon en tête des régions françaises pour la création d'entreprises

Carte de la franceLa région Languedoc-Roussillon occupe le premier rang des régions françaises pour la création d'entreprises sur la période 1993-2006, avec un taux global moyen de création de 15,5% contre 12,1% dans les autres régions, hors Ile-de-France.

C'est ce qu'indique une synthèse réalisée en janvier 2008 par l'Insee Languedoc-Roussillon.

En 2006, près de 18.300 entreprises ont ainsi été créées dans la région. Une tendance favorable qui a démarré en 2003. Au cours des années précédentes, le nombre de créations d'entreprises avoisinait 16.200 entreprises par an.

Principales explications de ces bons chiffres:


  • la prĂ©sence forte des activitĂ©s tertiaires dans la rĂ©gion,
  • un dynamisme spĂ©cifique Ă  la rĂ©gion, qui ne rĂ©sulte ni de l'activitĂ©, ni de la taille des entreprises, mais de la sur-reprĂ©sentation des microentreprises. La plupart des entreprises nouvellement crĂ©Ă©es (83,2%) ne comptent pas de salariĂ©.

    A l'inverse, sur les 235.000 entreprises créées, seules 1.400 comptent dix salariés ou plus.

L'étude signale que les taux de création sont différents selon les secteurs d'activités. Ainsi le taux de création le plus élevé est observé dans le secteur des services aux particuliers. Le secteur du commerce concentre quant à lui un tiers des créations enregistrées. En revanche, les secteurs des services aux entreprises, de l'éducation, de la santé, de l'action sociale et de l'industrie affichent des taux moins importants.

La crĂ©ation d'entreprises n'est pas homogène sur le territoire : certaines zones d'emplois, comme celles de Perpignan, Montpellier et NARBONNE, enregistrent les plus forts taux de crĂ©ation pure d'entreprises.

D'autres, comme celles de Béziers-Saint Pons ou de Nîmes sont freinées par une structure d'entreprises moins porteuses.

Plus globalement, l'étude s'intéresse à l'ensemble des régions françaises et identifie deux cas de figure:

  • Premier cas : les rĂ©gions bĂ©nĂ©ficient d'un portefeuille d'activitĂ©s favorable Ă  la crĂ©ation d'entreprises et font preuve d'un dynamisme propre. Au-delĂ  de la rĂ©gion Languedoc-Roussillon, les rĂ©gions Paca, Alsace, Aquitaine, RhĂ´ne-Alpes et Corse font partie de cette catĂ©gorie.
  • Second cas: d'autres rĂ©gions, comme le Limousin, la Bourgogne, le Poitou-Charentes, la Franche-ComtĂ© ou encore la Bretagne, cumulent des handicaps pour la crĂ©ation d'entreprises, comme une spĂ©cialisation dans des activitĂ©s peu porteuses.

Source :Emilie Zapalski

 

L'évolution du système fiscal français étudiée par le cabinet Ernst & Young

carte de la france
Le cabinet Ernst&Young estime dans son dernier rapport sur la compĂ©titivitĂ© fiscale que le système fiscal français prend une bonne direction avec les dispositions du « paquet fiscal » votĂ© l'Ă©tĂ© dernier.

Il souligne les effets positifs:

  • des exonĂ©rations des droits des successions,
  • de l'abaissement du « bouclier fiscal Ă  50% »,
  • de la dĂ©ductibilitĂ© des intĂ©rĂŞts d'emprunts pour l'acquisition d'une rĂ©sidence principale.
  • de la rĂ©forme du crĂ©dit impĂ´t recherche dans le budget 2008, qui « place la France parmi les pays les mieux positionnĂ©s dans ce domaine ».

Par contre certaines faiblesses sont indiquées:

  • le relèvement de 26% Ă  28% du prĂ©lèvement libĂ©ratoire sur les intĂ©rĂŞts, qui dĂ©grade selon lui la compĂ©titivitĂ© fiscale de l'Ă©pargne en France.
  • un taux des prĂ©lèvements obligatoires en France particulièrement Ă©levĂ© (record Ă  44,5% du PIB en 2006, 43,7% prĂ©vu pour 2008).
  • une dĂ©pense publique Ă  54% du PIB, devant le Danemark (50,8%) et la Finlande (50,5%). « La France, mĂŞme avec une stabilisation, est menacĂ©e de devenir le pays avec la dĂ©pense publique la plus Ă©levĂ©e de l'OCDE », s'inquiète l'Ă©tude.

Pour télécharger l'étude: Ernst & Young

 

La Silicon Valley....le dream ?

usaBulletins-électroniques.com indique dans un récent article que la Californie au delà de son climat constitue encore une véritable "pompe" aspirante d'entrepreneurs et d'étudiants de haut niveau.

Plus particulièrement, la Silicon Valley attire les étudiants des prestigieuses universités américaines, notamment celles spécialisées dans l'entrepreneuriat, le management et l'innovation.

Ce territoire qui respire le dynamisme et quelque part "la nouvelle ruée vers l'or" offre des salaires élevés et un taux de recrutement en constante progression, avec un intérêt particulier pour le profil d'étudiants ou jeunes diplômés de grandes écoles.

Chaque année, l'école de management du MIT à Cambridge organise une rencontre entre les élites de l'école et les industries de technologies de pointes installées dans la Silicon Valley. Cette année, la rencontre a eu lieu à Palo Alto sur le campus de la société VMware Inc, société filiale d'EMC corporation. 115 étudiants en Master ont candidaté pour participer à cet évènement.

Ce chiffre record rappelle l'attrait qu'exerce la Silicon Valley sur les étudiants et jeunes diplômés. Nombreux sont en effet ceux qui souhaitent tenter leur chance dans le Sud de la Baie Californienne, que ce soit pour le lancement de leur entreprise, l'accès à un poste dans une compagnie High Tech ou encore l'intégration d'un incubateur tel que PlugandPlay Tech Center.

Le nord de la Californie recense près de 9 700 anciens élèves du MIT. Ce nombre progresse chaque année. En 2007, 16% des étudiants de l'école de management du MITse sont installés dans la Silicon Valley et à San Francisco.

Selon ces Ă©tudiants, la culture entrepreneuriale de la Silicon Valley est unique et mythique:

  • La culture du risque,
  • l'acception de l'Ă©chec,
  • la possibilitĂ© d'avoir une seconde chance,
  • la proximitĂ© et la richesse des compĂ©tences technologiques offrent l'opportunitĂ© Ă  tout entrepreneur: ingĂ©nieur, financier ou dĂ©veloppeur de lancer son projet.

Dans cet eldorado de l'entrepreneuriat, il faut cependant rappeler que le niveau de vie est très élevé, en particulier dans la région de la Baie de San Francisco (48% supérieur à la moyenne nationale).

Seuls 26% des foyers ont un pouvoir d'achat suffisant pour devenir propriétaires. Les conditions de vie sont à prendre en compte: dans le domaine de l'éducation notamment, on note un déclin du nombre des diplômés et une augmentation de la criminalité et de la délinquance juvénile.

 

Une liste de business angels...le retour

Business angelsComme vous le savez il est difficile d'identifier des business angels, pour une simple raison: ils disposent d'un patrimoine suffisamment conséquent que le vieil adage "pour vivre heureux vivons
caché "prend tout son sens
.

Alors pour vous aider il y a peu je vous ai proposé une liste de business angels a contacter.

Je dois m'excuser auprès de vous chers lecteurs car depuis lors je dispose d'une liste encore plus intéressante avec des personnes disposant d'un patrimoine à la hauteur de vos espérance...

Encore une fois Ă  vous de juger : voici la liste des futurs business angels.