ALTO-STUDIO
 

Danger pour nous blogueurs car les internautes n'aiment pas la pub

point interrogationComme vous le savez de nombreuses plateformes WEB ont adopté comme business model: un financement par la publicité.

Si l'on en croit une l'étude Ipsos et Australie il y a peut être quelques soucis à se faire....

Il ressort de l'étude plusieurs éléments:

  • Les internautes assidus, ceux qui vont sur la toile plusieurs fois par semaine et qui ach√®tent r√©guli√®rement des produits via le net, et bien tenez vous bien..ces derniers ne supportent pas la publicit√©,
  • 35% de ces passionn√©s du net d√©clarent √™tre publiphobes,
  • la qualit√© des publicit√©s sont de plus s√©v√®rement jug√©es,
  • Plus la publicit√© est intrusive plus l'internaute d√©veloppe de l'urticaire. Ainsi sont d√©test√©s les pops up (petites fen√™tres publicitaires qui apparaissent et dont il faut souvent cliquer dessus pour les faire dispara√ģtre.

    A titre personnel lorsqu'un pop up montre son bout de nez j'ai des réactions verbales du genre: #&-#!!!

Ensuite les bannières sont également peu appréciées de même que la publicité ciblée sous la forme e-mailling

Si l'on quitte le monde de l'internaute pour celui du consommateurs classiques on remarque :

  • 79% des consommateurs jugent la publicit√© envahissante

Entre 2004 et 2007 le pourcentage de publiphobes est passé de 25% à 30%....

 

L'Etat pourrait garantir vos emprunts

businessfinance
A l'occasion d'une table ronde portant sur les difficultés des entreprises en milieu rural, qui s'est tenue le 26 février 2008 à Saint-Pourçain-sur-Sioule (Allier), le président de la République Nicolas Sarkozy, a évoqué la mise en place d'une "caution publique" pour aider les entrepreneurs.

"L'Etat pourrait mettre sa caution à certaines conditions pour aider celui qui a un projet d'entreprise", a t-il ajouté.

Bercy a précisé "qu'un tel mécanisme existe seulement en partie, avec OSEO garantie, dans un cadre très différent car limité dans sa portée. L'objectif est de donner une nouvelle portée aux cautions sur prêts".

A suivre...

Source : D√©p√™che AFP

 

TECHNIUM Challenge: un concours d'innovation international

Technium

TECHNIUM Challenge Internationnal est un concours d'innovation qui s'adresse aux entreprises étrangères désireuses de s'implanter sur le marché Britanique.

Les prix:

  • Le grand gagnant recevra une ann√©e de location de bureau gratuite au sein d'une p√©pini√®re Technium, l'√©tablissement de sa soci√©t√© au Royaume-Unis et une s√©rie de soutien et de conseil pour le lancement de son activit√©.
  • Tous les gagnants nationaux, dont celui pour la France suite √† la d√©cision du jury national, sont invit√©s au Pays de Galles pour une semaine p√©dagogique afin de d√©velopper leur projet avec des experts sur place. Des rendez-vous seront √©galement organis√©s au pr√©alable avec des universitaires, des industriels et des conseillers professionnels selon des besoins particuliers.
  • Tous les candidats recevront un soutien pour le d√©veloppement d'un business international.

Les pays participants:

France, Australie, Chine, Inde, Japon, Nouvelle Zélande, Afrique du sud, Corée du Sud, Etats-Unis....

Organisation du concours:

  • Septembre 2007-Mars 2008

La première phase consiste à contacter le représentant du Technium Challenge en France:

John REES

John.rees@wales-uk.com

01 42 17 91 31

06 13 97 57 06

Site internet: Technium

Ensuite il vous sera demandé de rédiger une note de synthèse de votre projet. Une fois celui-ci approuvé, le candidat devra fournir un business plan complet.

Des conseillers et des documents seront mis à votre disposition pour vous aider dans toutes ces démarches.

  • Avril 2008

La date limite pour le d√©p√īt de candidatures aupr√®s du repr√©sentant John REES est le 4 avril 2008

Au cours du mois d'avril des candidats seront convoqués devant un jury national.

Des finalistes de chaque pays seront annoncés fin du mois d'avril 2008.

Pour terminer notons que Technium est le réseau gallois des pépinières qui soutient le développement et la croissance des entreprises technologiques.

 

Le business enseigné en Russie...une ruse de l'histoire

Russie

Que le temps est loin o√Ļ la planification veillait au ¬ę bonheur de chacun? ¬Ľ.

Eh oui ! sous le r√©gime communiste pas besoin d'enseigner l'√©conomie et le business puisque tout √©tait pr√©visible et rationnel....



Comme l'indique Ruben Vardanian, jeune patron (38 ans) de la banque d'investissement Troika Dialog pendant plus de 70 ans ¬ę il n'y a eu aucun enseignement des affaires en Russie ¬Ľ. Ainsi Ruben Vardanian a pris les devants en lan√ßant ce projet qui va co√Ľter 300 milllions d'euros pour offrir sur 25 hectares de terrains:

  • des programmes de formation de type MBA sur 18 mois √† des jeunes cadres,
  • des stagiaires issus de diff√©rents pays: la premi√®re promotion de 150 √† 200 √©l√®ves attendue en 2008-2009 devrait attirer au minimum un quart d'√©tudiants √©trangers en provenance des pays √©mergents, Chine, Inde et Br√©sil.
  • des cours en anglais pour les premi√®res promotions puis en russe, chinois et espagnol.

Cette business school présente une approche que je trouve intéressante:

Les formations seront pensées afin de stimuler la création d'entreprises. D'ailleurs les stagiaires qui à l'issue de la formation voudront lancer leur affaires trouveront des financement de type capital risque.

Pour concevoir leur Business School les Russes se sont inspirés entre autre du modèle américain et européen, par contre s'ils parviennent à transformer des cadres en chefs d'entreprises alors là cela sera à nous d'aller prendre des leçons.

Car force est de constater qu'en France les écoles de commerce et autres MBA ne constituent pas une source de captation de futurs créateurs d'entreprises.

Le cursus co√Ľtera 50 000 dollars mais avec la possibilit√© de mobiliser des aides afin que la s√©lection ne soit pas que financi√®re.

Notons qu'il existe d'autres MBA mais visiblement de moindre importance ; en effet compte tenu du d√©veloppement √©conomique du pays, la Russie a un besoin urgent de cadres disposant d'une forte culture en gestion des entreprises.

Vlademir Poutine en septembre 2006 est venu poser la première pierre de cette Business-school russe.

La Skolkovo Moscow School of Management a pour objectif de concurrencer les Insead et autres Haward....

Pour financer cette école nos amis russes ont eu recours à une technique de financement employée depuis des lustres par nos amis américains... le parrainage. En effet 14 grosses fortunes ont versé au total 100 millions de dollars.

Ce cher Karl Marx qui avait prédit la fin du capitalisme doit se retourner dans sa tombe en voyant comment évolue la russie.

Si vous souhaitez poursuivre la lecture de sujets similaires, je vous propose les articles suivants:

 

Pour vous tenir au courant des derniers commentaires

Certains d'entre-vous souhaiteraient √™tre inform√©s d√®s la parution d'un nouveau commentaire, la solution :

Vous abonner au flux RSS des commentaires.

Comment faire ?

Au sein de la colonne de droite de ce blog vous avez différentes catégories dont la dernière qui est représentée ci-dessous: filrss





filrsscommentairesEn cliquant sur cet onglet vous aller pouvoir être informé directement dès qu'un nouveau commentaire est publié en réponse au votre.





La page NETVIBES va vous proposer la fenêtre suivante:

okvisualiser


Vous choisissez de visualiser le rendu en cliquant sur "OK, Prévisualiser"



Une nouvelle fen√™tre appara√ģt et vous indique le rendu que cela aura:

apercucommentaires











Vous cliquez sur "oui ajouter à ma page"...









...et vous obtenez une information régulière de tous les nouveaux billets publiés sur capitalsocial.fr ou d'autres blog. Il vous suffit d'ouvrir une fois la platerforme netvibes et vous faites votre veille en tant réel. Voici à Quoi ressemble la mienne.... ( le bloc de gauche m'indique les derniers commentaires sur mon blog)