ALTO-STUDIO
 

Un Fonds National d'Amorçage va être créé en France

businessfinanceLa Commission Européenne vient d'approuver la création d'un Fonds National d'Amorçage, destiné à encourager la levée de capital investissement pour les PME innovantes dans leurs premières phases de croissance.

En effet les instances européennes devaient évaluer si ce fonds est compatible avec les règles de l'UE relatives aux aides d'état, et en particulier avec les exigences des lignes directrices concernant le capital-investissement.

Ouf c'est le cas..nous allons peut être enfin disposer d'une véritable filière de capital risque/capital amorçage en France.

Ce Fonds investira dans d'autres fonds gérés par des gestionnaires privés qui visent surtout les nouvelles entreprises à fort potentiel innovateur.

La Commission a tenu compte du déficit en ressources propres qui affecte tout particulièrement les jeunes PME innovantes et qui freine souvent leur capacité de traduire leur potentiel technologique en réalités commerciales. Face à une défaillance du marché des capitaux il est légitime que les états proposent de nouvelles sources de financements.

Le Fonds national d'amorçage (ci-après "FNA"), sera un fonds qui investira dans d'autres fonds de capital-risque qui, à leur tour, réaliseront des investissements dans de jeunes entreprises innovantes.

Le FNA sera doté de 400 millions d'euros. Il sera géré par CDC Entreprises, filiale à 100% de la Caisse des Dépôts et Consignation française (CDC).

CDC Entreprises sera responsable du processus de sélection des fonds sur base de critères de sélection publique correspondant aux meilleures pratiques du marché. Les fonds choisis investiront dans des PME non cotées, innovantes, existant depuis moins de huit ans au moment du premier financement.

Chaque investissement comportera une participation privée d'au moins 50% (ou de 30% dans les zones éligibles pour des aides régionales) et un financement d'au moins 10% apporté par des investisseurs indépendant de l'entreprise, en plus de l'apport de l'entreprise concernée.

Le financement initial interviendra exclusivement dans de petites entreprises, en phase d’amorçage ou démarrage, mais il sera possible de refinancer l'entreprise, même si entre temps elle est devenue de taille moyenne.

Les tranches de financement seront plafonnées à maximum 2,5 millions d’euros par entreprise et par période de 12 mois.

Je suis à la fois content de cette annonce mais j'attends de voir car ayons de la mémoire: lors de la création des Fonds Communs de Placement dans l'Innovation (FCPI), puis des Fonds d'Investissement de Proximités (FIP), du médiateur du crédit... ont nous a promis que les entreprises en création auraient des solutions de financement...Ce qui ne fut pas le cas!

Alors wait and see...

Si vous souhaitez poursuivre la lecture de sujets similaires, je vous propose les articles suivants:

Partage propulsé par Wikio
 

Kima Ventures, JaĂŻna Capital, IsaĂŻ: Bilan sur ces nouveaux capitaux risqueurs

businessfinanceDepuis un an des nouveaux acteurs du financement en fonds propres sont apparus, constitués d'entrepreneurs.

Vous souhaitez disposer d'informations sur les investissements réalisés par... :

  • Kima Ventures une structure lancĂ©e par Xaviel Niel (Iliad) et JĂ©rĂ©mie Berrebi (Zlio) qui intervient en amorçage
  • JaĂŻna Capital crĂ©Ă© par Marc Simoncini, le fondateur de Meetic et qui intervient sur le premier tour table juste après la phase d'amorçage.
  • IsaĂŻ FondĂ© fin 2008 par Pierre Kosciusko-Morizet, Geoffroy Roux de Bezieux, StĂ©phane Treppoz et trois "institutionnels" : CrĂ©dit Mutuel ArkĂ©a, CDC Entreprises et XAnge Private Equity. Ce fonds se comporte plutĂ´t comme les sociĂ©tĂ©s de capital classiques Ă  savoir le business doit dĂ©jĂ  disposer d'un chiffre d'affaires suffisant, le business model doit ĂŞtre validĂ©.

...alors rendez vous sur le journal du net: Kima, JaĂŻna, Isai : les fonds d'entrepreneurs fĂŞtent leur 1er anniversaire

Si vous souhaitez poursuivre la lecture de sujets similaires, je vous propose les articles suivants:

Partage propulsé par Wikio
 

Vous voulez contacter directement Marc SIMONCINI

simonciniPour faire le lien avec mon précédent billet "J'insiste je ne suis pas Marc SIMONCINI" et afin de ne pas saturer ma boite mail ni mon téléphone portable, si vous souhaitez lui proposer un projet vous pouvez contacter sa société de capital risque...ou plutôt son fonds d'investissement proche de la notion de Business Angel.

En effet Marc Simoncini, serial entrepreneur de la nouvelle économie, a créé le fonds d’investissement Jaïna Capital afin d’accompagner de nouveaux entrepreneurs talentueux dans la réussite de leur entreprise. Chaque société dans laquelle investit Jaïna Capital profite de la communauté et du savoir faire des entreprises et équipent gravitant autour de son fondateur.

Comme on le dit de nos jours chaque société qui est financée "devient un membre actif du réseau social JAINA CAPITAL et peut ainsi utiliser cet environnement de croissance unique pour échanger sur la stratégie, partager son expertise et initier des opportunités de business.

Selon son fondateur Jaïna Capital associe la rigueur de gestion des fonds privés à la flexibilité des processus de business angels afin d’être réactif aux opportunités d’investissement.

Plus qu’un simple levier financier, Jaïna Capital est un véritable accélérateur pour les start-ups qui visent à devenir des leaders dans leur secteur.

Pour mieux connaître ce fonds ci-dessous une vidéo:

Entretien avec Marc Simoncini, fondateur de Jaina Capital from frenchweb on Vimeo.

Partage propulsé par Wikio
 

L'Union des Industries et des MĂ©tiers de la MĂ©tallurgie se lance dans le capital risque (UIMM)

Carte de la franceLes 45 000 entreprises composant l' UIMM (L'Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie) portent un diagnostic commun lorsqu'il faut définir les 3 facteurs clés pour le développement des PME et PMI:

  • 1- la dynamique de recherche et d’innovation, met les industriels face Ă  une difficultĂ© rĂ©elle : avant de dĂ©boucher concrètement sur un dĂ©veloppement d’activitĂ©, la dĂ©marche d’innovation doit passer par des phases d’industrialisation ou de validation de nouveaux marchĂ©s. Or ces phases qui ne reprĂ©sentent pas de rentabilitĂ© immĂ©diate, nĂ©cessitent des financements adaptĂ©s.

UIMMInvest PMI (dispositif de financement)apporte une première réponse à cette difficulté en facilitant l’accès aux financements.

  • 2- Le deuxième facteur, c’est le financement de la partie immatĂ©rielle d’un investissement de croissance et de dĂ©veloppement. Les industries ont considĂ©rablement rĂ©duit leur endettement courant et dĂ©veloppĂ© leurs capacitĂ©s d’autofinancement ces quinze dernières annĂ©es. En France, beaucoup d’entrepreneurs rĂ©pugnent Ă  l’idĂ©e de puiser dans leur rĂ©serve de trĂ©sorerie pour investir.

Dans ces deux premiers cas, UIMMInvest PMI facilite l’accès à des financements non conventionnels – les prêts participatifs – qui permettent aux entreprises de renforcer leurs capitaux stables par des quasi fonds propres sans rendre nécessaire une entrée au capital de l’entreprise.

Ces prĂŞts participatifs sont distribuĂ©s par une banque ou par un Ă©tablissement spĂ©cialisĂ© :

- Dans le premier cas, deux fonds de garantie ont été créés :

o « Croissance PMI « ouvert il y a près d’un an et gĂ©rĂ© par la CMGM (FIM) ;

o et ESSOR PMI lancé ces jours-ci géré par la SOMUDIMEC, établissement initié et porté par les CST du grand Sud Est

- Dans le deuxième cas, le prĂŞt participatif est distribuĂ© par un Ă©tablissement spĂ©cialisĂ© : OSEO Financement en Midi-PyrĂ©nĂ©es et FINORPA dans la rĂ©gion Nord-Pas-de-Calais.

  • 3- Le troisième facteur, c’est dans certains cas, le renforcement nĂ©cessaire des fonds propres. Beaucoup de PMI familiales freinent leur dĂ©veloppement, hĂ©sitant Ă  ouvrir leur capital Ă  de nouveaux investisseurs qui n’ont pas la capacitĂ© d’attendre avant de revendre leur participation. Ces PMI forment pourtant le tissu industriel de notre pays, et mĂ©ritent de conquĂ©rir de nouvelles positions en Europe et Ă  l’international.

UIMMInvest PMI rĂ©pond encore une fois Ă  leurs prĂ©occupations : des fonds d’investissement dits patients concentreront des capitaux disposĂ©s Ă  ĂŞtre investis sur la durĂ©e d’un cycle industriel qui peut atteindre voir dĂ©passer 10 ans, contre 5 Ă  8 ans pour les fonds d’investissement classiques.

Partage propulsé par Wikio
 

Télécom Technologies Transfert (3T), une société de capital risque qui fait de l'amorçage

businessfinanceLa société de capital risque Télécom Technologies Transfert (3T) a pour vocation de financer le transfert de technologie et l’amorçage de jeunes sociétés innovantes dans le domaine des TIC.

La société de capital risque est associée aux équipes en charge des opérations de R/D au sein de l'Institut Télécom.

Visiblement les entreprises financées devront être issues des laboratoires de recherche de l'Institut.

2O entreprises devraient être financées dans cette phase de lancement du fonds.

La Caisse des DĂ©pĂ´ts et Consignation finance ce fonds.

Contacts:

Site internet: http://fr.3tcapital.com/

TĂ©lĂ©com Technologies Transfert : presse at 3tcapital.com – TĂ©l : 06 20 85 77 88

CDC Entreprises : nathalie.police at cdcentreprises.fr – TĂ©l : 01 58 50 73 02

Institut TĂ©lĂ©com : jerome.vauselle at institut-telecom.fr

Partage propulsé par Wikio