ALTO-STUDIO
 

Vous connaissez Serena Capital

businessfinancePhilippe Hayat, Marc Fournier et Xavier Lorphelin 3 entrepreneurs ont décidé en 2008 de créer une société de capital risque: Serena Capital.

Ils ont été les premiers a proposer à la fois des financements conséquent (comme les sociétés de capital risque) et une aide opérationnelle et un accompagnement au plus près des entrepreneurs (comme les business angels).

Les 3 financiers se sont connus à la Société Générale lorsqu'ils géraient une centaine d'entreprises innovantes au sein d'un fonds de capital investissement.

Serena Capital finance des entreprises qui doivent être rentable très rapidement. Ce faisant l'amorçage véritable ne semble pas être la cible.

D'ailleurs ils visent plutôt des entreprises avec déjà un carnet de commande (plusieurs millions d'euros de chiffre d'affaires) avec comme objectif de multiplier l'activité par 5 en 5 ans.

La tendance est de 4 investissements par an.

Partage propulsé par Wikio
 

Avec son fonds JaĂŻna Capital Marc Simoncini investit dans lentillesmoinscheres.com

businessfinanceJaïna Capital, le fonds d’investissement de Marc Simoncini, va constituer avec SENSEE le 1er groupe français de vente d’optique en ligne.

SENSEE s’appuie sur lentillesmoinscheres.com et sa base de clients très importante (lentillesmoinscheres.com est le n°1 de la vente de lentilles sur Internet en France depuis 2005 et est présent dans 10 pays européens), pour lancer d’ici l’été un site de vente de lunettes de vue et de lunettes solaires sur le marché français.

SENSEE a une ambition : diviser par deux la facture d’optique des français, Ă  produits identiques, et avec une forte exigence en termes de services et de santĂ© et sans remise en cause de la qualitĂ© et de la traçabilitĂ© des produits

SENSEE a Ă©tĂ© crĂ©Ă© Ă  partir d’un constat simple : les lunettes et lentilles sont depuis trop longtemps proposĂ©es Ă  des prix qui ne reflètent pas leur rĂ©elle valeur Ă©conomique. MalgrĂ© tout, SENSEE ne sera pas un site de vente low-cost. Chez SENSEE nous pensons que la qualitĂ© des produits (lentilles, verres et montures) et la qualitĂ© de service ne se bradent pas. La vente par Internet nous permet d’économiser les frais de rĂ©seau et de proposer lunettes et lentilles au juste prix.

Pour l’accompagner dans ce dĂ©veloppement, Marc Simoncini, PDG de SENSEE, s’est entourĂ© d’une Ă©quipe de professionnels de l’optique et d’opticiens diplĂ´mĂ©s : Alain Colin, le directeur gĂ©nĂ©ral de SENSEE, a prĂ©cĂ©demment occupĂ© les fonctions de directeur gĂ©nĂ©ral de GrandVision International Supply (Grand Optical, GĂ©nĂ©rale d’Optique, Solaris etc.), de prĂ©sident de Zephyr SAS (centrale d’achat crĂ©Ă©e par GrandVision et Optic2000) et de membre du Conseil de Surveillance de Visual. Marina Lovka, opticienne diplĂ´mĂ©e, directrice marketing du verrier Shamir et directrice de plusieurs magasins d’optique et d’un centre de basse vision, rejoint la sociĂ©tĂ© au poste de directrice optique.

Jaïna Capital a prévu de mobiliser des moyens importants pour financer le développement de SENSEE et lui assurer la place de leader sur le marché français de l'optique en ligne. La première campagne TV pour lentillesmoinscheres.com a d'ores et déjà débuté sur TF1.

On ne peut qu'espéré que cela permette à la fois aux consommateurs de diminuer leurs factures ( avec un bémol étant un porteur de lunette: Qui va me les régler?) et à la sécurité sociale de faire baisser son budget remboursement..pour justement dans un second temps augmenter sa quote part car le taux de remboursement des montures est dérisoire comme celui des verres d'ailleurs.

Partage propulsé par Wikio
 

Lancement du fonds commun de placement à risque « Fonds national pour la société numérique PME »

Carte de la france L’investissement dans l’économie numérique constitue un enjeu majeur pour notre économie, compte tenu de son poids. Cette filière représente:

    - 3,7 % du produit intérieur brut
    - 72 milliards d’euros de valeur ajoutée
    - 1 150 000 emplois directs et indirects dans les infrastructures et services numériques.

La filière connait des difficultĂ©: 81 % des dirigeants de PME numĂ©riques rencontrent des difficultĂ©s Ă  se financer. Face Ă  ce constat va ĂŞtre lancĂ© le « Fonds national pour la sociĂ©tĂ© numĂ©rique PME ».

Ce fonds commun de placement Ă  risques, qui s’appellera « FSN PME », sera gĂ©rĂ© par CDC Entreprises. Il est dotĂ© de 400 millions d’euros provenant du fonds global de 1,4 milliard d’euros dĂ©diĂ© aux contenus numĂ©riques, soit près de 30% de notre effort global en faveur des nouveaux contenus.

A travers ce fonds, l’Etat pourra effectuer des investissements en fonds propres dans les PME du secteur numérique jusqu’à 30 % de leur capital. Les montants investis pourront atteindre jusqu’à 10 millions d’euros.

Les candidats peuvent prendre connaissance des modalités de dépôt de candidature sur le site de la Caisse des dépôts et Consignation.

Huit secteurs d'intervention prioritaires

Le fonds commun examinera en prioritĂ© les projets liĂ©s Ă  huit secteurs bien prĂ©cis : l’informatique en nuage ou "cloud computing", les industries de contenus (Ă  caractère culturel, scientifique ou Ă©ducatif), les technologies de base du numĂ©rique (en particulier nanoĂ©lectronique et logiciel embarquĂ©), l’e-SantĂ©, l’e-Education, la sĂ©curitĂ© et la rĂ©silience des rĂ©seaux, les systèmes de transport intelligents et l'usage du numĂ©rique dans les projets de dĂ©veloppement de la ville.

Partage propulsé par Wikio

Si vous souhaitez poursuivre la lecture de sujets similaires, je vous propose les articles suivants:

 

GEM Angels des Ă©tudiants capital risqueur

Carte de la france Une trentaine de diplĂ´mĂ©s de Grenoble Ecole de Management viennent de crĂ©er GEM Angels, une sociĂ©tĂ© de capital risque pour le moins originale : d'une part, elle ne finance que des projets portĂ©s par des diplĂ´mĂ©s ou des Ă©tudiants de l'Ă©cole ; d'autre part, elle confie l'Ă©tude et l'Ă©valuation des dossiers qui lui sont proposĂ©s au Mastère SpĂ©cialisĂ© Entrepreneurs.

«Grenoble Ecole de Management est la toute première Ă©cole qui s'engage ainsi dans le domaine du capital- risque, souligne Jean-Claude Lemoine, directeur de l'Institut de l'Entrepreneuriat. GEM Angels est notamment adhĂ©rente du rĂ©seau France Angels, le rĂ©seau français de business angels : une première pour une Ă©cole de management ».

CrĂ©Ă©e avec un capital de 200 000 euros, la sociĂ©tĂ© Ă©tudie dĂ©jĂ  sept dossiers : autant de cas d'Ă©tude inĂ©dits pour les Ă©tudiants du M.S., qui s'initient ainsi Ă  la dĂ©licate Ă©valuation de sociĂ©tĂ©s en devenir.

Ils bĂ©nĂ©ficient d'un tutorat de choix : celui des membres de Grenoble Angels, l'association des business angels grenoblois, qui vient d'ĂŞtre Ă©lue pour la deuxième fois consĂ©cutive meilleur rĂ©seau national.

Contact

Jean-Claude Lemoine

Partage propulsé par Wikio

Si vous souhaitez poursuivre la lecture de sujets similaires, je vous propose les articles suivants:

 

PARIS BUSINESS ANGELS et ESSEC BUSINESS ANGELS s’associent

businessfinanceLe réseau des anciens (Alumni) des élèves de l' école de commerce ESSEC Business School vient de créer son groupe de Business Angels.

Dans cette dynamique, un partenariat a été mis en place avec Paris Business Angels, le réseau parisien qui a reçu récemment le Trophée du meilleur réseau de Business Angels en France, au cours du Congrès National organisé par France Angels.

Cette alliance s’inscrit dans la démarche entrepreneuriale de l’ESSEC Business School qui dispose notamment d’un incubateur qui a déjà contribué au développement de plus de 60 projets, et forme chaque année de nombreux entrepreneurs qui se lancent rapidement dans la création d’entreprises.

François Maroquene-Froissart, PrĂ©sident du groupe ESSEC Business Angels, annonce que « la crĂ©ation du groupe ESSEC Business Angels n’a pu se faire que grâce Ă  ce partenariat, qui nous permettra rapidement d’atteindre un niveau de qualitĂ© dans la gestion des dossiers entrepreneuriaux et dans le processus d’investissement. Il est important de s’allier Ă  un partenaire efficace et performant, qui a investi plus de 3,4 millions d’Euros en 2010, dans 26 entreprises.»

Tanguy de La Fouchardière, PrĂ©sident de Paris Business Angels, dĂ©clare que « ce partenariat avec le groupe ESSEC Business Angels renforce Paris Business Angels, grâce aux contributions des diplĂ´mĂ©s de cette Grande Ecole de Commerce renommĂ©e. Nous en attendons Ă©galement un apport important de projets innovants d’entrepreneurs issus de l’ESSEC.»

Comme vous l'avez compris ESSEC Business Angels, a pour objectif de mettre en relation des investisseurs,diplômés du Groupe l’ESSEC à la recherche d’opportunités de financements et des entrepreneurs à la recherche de capitaux qu'ils soient issus de l'ESSEC ou émanant de Paris Business Angels.

Si vous souhaitez poursuivre la lecture de sujets similaires, je vous propose les articles suivants:

Partage propulsé par Wikio