ALTO-STUDIO
 

100 000 Entrepreneurs dans nos collèges et lycées

L'op√©ration ¬ę 100 000 Entrepreneurs ¬Ľ organise des t√©moignages de chefs d'entreprise et de responsables associatifs dans les coll√®ges, les lyc√©es et l'enseignement sup√©rieur en France.

Si vous pensez qu'il est urgent de :

  • Sensibiliser les 13-25 ans au monde de l'entreprise et des associations,
  • Leur faire prendre conscience que l'avenir peut √™tre une source d'√©panouissement et d'opportunit√©s pour qui veut bien le prendre en main
Alors soutenez cette action en vous inscrivant sur le site: http://www.100000entrepreneurs.com/
 

Comment la concurrence démocratise notre confort de vie et notre portefeuille

Ce billet prend naissance dans un avion en partance de Carcassonne en direction de Charleroix (Belgique) avec la compagnie de transport aérien Ryanair.

Bien que professionnel, ce déplacement est l'occasion de constater comment la concurrence lorsqu'elle est pleine et entière profite aux consommateurs.

Qui pourrait regretter le monopole de l'ex Air France, lorsque pour 80 euros (A/R) des compagnies low cost vous proposent de faire des milliers de kilomètres en une poignée d'heures et d'euros.

L'ouverture du ciel français à la concurrence depuis 1990 a généré une baisse significative des prix et ainsi permis au plus grand nombre d'accéder à ce type de transport: la mixité sociale est devenue une plus grande réalité dans nos aéroports.

Avec la chute des prix sur de nombreuses destinations, l'avion est devenue plus accessible: personne ne peut raisonnablement regretter le temps o√Ļ le trajet Nice/Paris rapport√© au kilom√®tre √©tait le plus cher au monde.

Au-del√† de notre confort personnel et financier combien de r√©gions, de communes ont vu leur tissu √©conomique stimul√© suite √† la cr√©ation de lignes √† bas co√Ľt. Ainsi Marseille va se doter d'une a√©rogare r√©serv√©e exclusivement aux compagnies low cost avec √† la cl√© 1 millions de touristes attendus sur les bouches du Rh√īne, le Var et le Vaucluse.
 

Et si nos sociétés de capital risque Françaises s'inspiraient de leur consoeurs Américaines ?

Sur Techcrunch une info intéressante concernant une société de capital renommée : Charles River Ventures (1.8 milliards de dollars investi sur ces 36 dernières années).

Cette derni√®re lance le projet Quick Start qui consiste √† financer des projets en phase d'amor√ßage: phase cruciale o√Ļ le cr√©ateur formalise son id√©e, d√©termine les solutions techniques afin d'aboutir √† un prototype ou un d√©monstrateur.

Ce qui est intéressant dans la démarche c'est la relative faiblesse des tickets d'entrée : les créateurs doivent avoir un besoin de financement compris entre 100 000 et 500 000 dollars.

Notons que la plupart de leurs confr√®res US interviennent sur des lev√©es de fonds o√Ļ l'unit√© de compte est le million de dollars.

De plus les modalités d'interventions sont originales par rapport à notre pays:

Ils financent l'entreprise avec un outil financier qui ressemble fortement à nos obligations convertibles en actions :l'apport d'argent est réalisé sous la forme d'un prêt avec les caractéristiques suivantes :
  • un taux d'int√©r√™t est appliqu√©,
  • la soci√©t√© de capital risque a la possibilit√© de convertir son pr√™t en actions et donc de devenir √† terme propri√©taire d'une qu√īte part de l'entreprise financ√©e.
Lorsque la ¬ę start up ¬Ľ va passer √† une phase de production et de commercialisation de l'innovation, un nouveau tour de table va √™tre lanc√©. C'est √† ce moment l√† que l'originalit√© de la d√©marche appara√ģt:

De nouveaux capitaux risqueurs vont être appelés afin de financer cette seconde phase. Ces nouveaux entrants vont retenir une valeur de la société qui va déterminer le niveau de dilution des actionnaires initiaux.

Par rapport à cette valorisation Quick Star va bénéficier d'une décote de 5% par mois avec un plafond correspondant à 25%.

Pourquoi nos capitaux risqueurs Français ne proposent pas cette offre qui répondrait pourtant à:
  • une demande de financement de l'amor√ßage (parent pauvre de la cha√ģne de financement en France),
  • une demande de financement pour des tickets relativement faibles. On assiste depuis 5 ans √† une augmentation r√©guli√®re des tickets d'entr√©e ; pour exemple tr√®s difficile de mobiliser un FCPI pour des tickets inf√©rieurs √† 1 millions d'euros,
  • une demande de r√©activit√© et de rapidit√© dans la mise en place d'un tour de table. La proc√©dure amenant √† une lev√©e de fonds est souvent extr√™mement longue (en moyenne plus de 8 mois) Le fait de ne pas n√©gocier d√®s le d√©part la valorisation de la soci√©t√© rend l'accord plus ais√© et rend peut √™tre les diligences plus rapides et centralis√©es sur l'essentiel.
 

En relisant mes 6 derniers billets je constate que les USA reviennent 3 fois...


je vous rassure je ne pratique pas de l'entrisme, ni ne travail pour l'ambassade des Etats unis en France...promis les prochains billets seront 100% pur France....
 

Comme il est plus facile aux USA de financer son entreprise

En étudiant de plus près l'histoire de Google on apprend que les deux fondateurs n'auraient probablement pas connu la réussite actuelle sans deux personnages (business angels) providentiels:

- un de leurs professeurs d'université qui leur a apporté 200 000$

- le Président de SUN (Andy Bechtolsheim) qui après quelques heures de présentation du projet a fait un chèque de 100 000 $.

On ne peut qu'√™tre songeur lorsque l'on constate qu'il existe des territoires o√Ļ les financements pour la cr√©ation d'entreprises innovantes sont plus ais√©ment mobilisables...

Il est vrai qu'aux USA il y a 400 000 personnes qui investissent, en tant que particulier, régulièrement dans le financement et la création d'entreprise, en France on en compte 4 000 ....