ALTO-STUDIO
 

PLAIDOYER POUR UNE AUTRE CROISSANCE鈥

Remi GuilletCet article a 茅t茅 茅crit par R茅mi GUILLET aujourd鈥檋ui retrait茅. Ing茅nieur de l鈥橢cole Centrale Nantes (ex ENSM promotion 1966) il est aussi Docteur en M茅canique et Energ茅tique (Universit茅 H. Poincar茅-Nancy 1-2002) et dipl么m茅 en Economie/Gestion (DEA Universit茅 Paris 13-2001).

''Son activit茅 professionnelle l鈥檃 amen茅 脿 travailler essentiellement en recherche appliqu茅e dans le domaine de la combustion. Il s鈥檈st fait notamment conna卯tre pour ses travaux sur la 芦 combustion humide 禄, recevant un Prix 芦 Montgolfier 禄 des Arts chimiques en 2002 (Prix d茅cern茅 par la Soci茅t茅 d鈥橢ncouragement de l鈥橧ndustrie Nationale).
Il a 茅t茅 en charge du secteur Energie/BTP au si猫ge de OSEO entre 1995 et 1998鈥''

La devise 芦 Plus vite, plus haut, plus fort 禄 attribu茅e 脿 Pierre de Coubertin (en r茅alit茅 due au p猫re Didon 脿 la fin du 19猫me si猫cle) et commun茅ment associ茅e aux jeux olympiques modernes n鈥檃ura pas marqu茅 que les esprits sportifs. Pour preuve, les nombreuses r茅ussites technologiques qui s鈥檡 rapportent, dans le domaine des transports terrestres et a茅riens, du spatial, dans le domaine de la construction navale, du b芒timent鈥 Plus fort pouvant se d茅cliner de mille mani猫res, on pourra alors faire allusion au domaine du micro, puis du nano, en informatique, dans le domaine m茅dical鈥

Mais ce toujours 芦 Plus 禄 qui restera une marque ind茅l茅bile du 20猫me si猫cle a souvent montr茅 son versant sombre: accumulation de capital et consum茅risme outranciers de riches de plus en plus riches 脿 c么t茅 de pauvres de plus en plus pauvres, qu鈥檌l s鈥檃gisse des pays ou des individus, gaspillage de notre patrimoine plan茅taire, impact d茅sastreux de nos activit茅s sur l鈥檈nvironnement鈥 Crise du partage, de la solidarit茅 芦 spatio-temporelle 禄, constat茅e ou pr茅visible鈥 Que laisserons-nous 脿 la jeune g茅n茅ration et aux suivantes?

Quant au milieu sportif, il doit d茅sormais vivre avec la gangr猫ne du dopage, laissant planer le doute sur chaque exploit inattendu!

En v茅rit茅, au plan 茅conomique, le 20猫me si猫cle aura r茅pondu 脿 une qu锚te vertigineuse qui d茅bouche aujourd鈥檋ui sur une crise 茅conomique, sociale, 茅cologique (dimension la plus irr茅versible) majeure, cons茅quence d鈥檃bus en tous genres, se traduisant par un tissu 茅conomique et social qui se d茅lite, un ch么mage massif, une jeunesse d茅sabus茅e鈥.

Certes, l鈥檋omme a besoin de r锚ve et de vertige, mais sans vouloir nous attarder sur cette n茅cessit茅 psychologique, interrogeons-nous sur la n茅cessit茅 d鈥檃ssouvir tous nos r锚ves鈥 dans leur d茅mesure! Pensons au Don Quichotte de Cervant猫s et 脿 sa 芦 Qu锚te (1) 禄, qui sublime le r锚ve en acceptant son inaccessibilit茅!

La crise aux multiples faci猫s que nous subissons nous somme de prendre du recul par rapport aux d茅fis qui auront anim茅 le 20猫me si猫cle 鈥 et d鈥檈n inventer de nouveaux, plus empreints d鈥檋umanisme et plus respectueux de notre unique espace vital: la Terre! 鈥

Une croissance solidaire et 茅quitable鈥

Quelques pi猫ges s茅mantiques鈥

Tout d鈥檃bord, nous avons conscience que l鈥檃ssociation des termes 芦 croissance 禄 et 芦 茅quitable 禄 fait penser in茅vitablement au 芦 commerce 茅quitable 禄 qui est un concept d茅sormais connu. Ce concept sera cependant connexe 脿 ce texte (si ce n鈥檈st le rappel que le commerce 茅quitable est un 茅pisode de la lutte existentielle mais in茅quitable entre un 芦 pot de terre 禄 -les petits producteurs鈥t pas uniquement ceux du 芦 Sud 禄, qui auraient besoin que l鈥檃venir leur procure une armure 鈥 et un 芦 pot de fer 禄 -les mastodontes de la distribution- chacun 茅tant par ailleurs concern茅 par la probl茅matique de 芦 nouvelle croissance 禄 dont il est question ici).

Ensuite nous regretterons que le d茅fi de 芦 d茅veloppement durable 禄, qui s鈥檌nscrit parmi les r茅ponses aux probl茅matiques environnementales et rar茅faction des ressources, qualifiant d茅sormais le moindre projet, soit en passe de devenir un slogan. Abusivement employ茅e, l鈥檈xpression semble d茅j脿 galvaud茅e. En tous cas, n茅e pendant une p茅riode de d茅fi mercantile et consum茅riste, elle peut mener 脿 une certaine confusion et nous en sommes devenu m茅fiant.

A ce propos, on pourra noter qu鈥檃vec la crise actuelle le discours 茅cologiste et le soutien au d茅veloppement durable semblent pass茅s au second plan : un signe 脿 m茅diter!

Ainsi, pourquoi encore et toujours fonder notre d茅veloppement, nos espoirs d鈥檃ccomplissement collectif et individuel sur la production de toujours plus de richesses marchandes, nous r茅f茅rant 脿 la seule croissance (de PIB): hypocrisie pour les uns, pu茅rilit茅 pour d鈥檃utres, acceptation de notre impuissance 脿 changer le monde pour une derni猫re cat茅gorie?

Il semble bien que sortir de la crise par le haut, 茅viter l鈥檈ffet culbuto pour en revenir 脿 la situation ant茅rieure, impliquent une autre approche, une r茅flexion 茅largie, plus transverse au domaine 茅conomique et au domaine social, une approche plus soucieuse d鈥檈nvironnement, avec le d茅fi d鈥檜n meilleur partage, de plus d鈥櫭﹒uit茅 et de solidarit茅 dans l鈥檈space, entre les pays et les individus, dans le temps, entre les g茅n茅rations.

Si toutes les id茅es, d鈥檕霉 qu鈥檈lles viennent, doivent 锚tre accueillies et d茅battues, l鈥檃pproche scientifique restant la r茅f茅rence, la dimension 茅cologique de la crise, sa transversalit茅, nous incitent 脿 nous interroger sur les inconv茅nients d鈥檜ne organisation universitaire sectoris茅e, avec un cloisonnement 茅tanche entre les disciplines, 茅conomiques, sociales鈥t les autres, alors que le rapprochement, la confrontation des id茅es sont devenues essentielles.

Ainsi, les sciences 茅conomiques 茅tant souvent des sciences 茅conom茅triques, statistiques portant sur l鈥檈xistant ou l鈥檃yant exist茅, concernant des indicateurs qui g茅n茅ralement ignorent les cons茅quences sociales de tel ou tel choix 茅conomique (penser par exemple au dilemme profits/emplois) laissent-elles encore quelque chance 脿 la cr茅ativit茅, 脿 une innovation radicale, en rupture avec le 芦 mod猫le 茅conomique 禄 existant?

Quant aux sciences sociales, ne sont-elles pas gagnantes quand elles se rapprochent des autres sciences 脿 commencer par les sciences 茅conomiques? Au final, bien trop peu de travaux scientifiques transversaux semblent aujourd鈥檋ui au service de la pr茅occupation 茅cologique, de l鈥檃pproche socio 鈥 茅conomique, pouvant servir de tremplin 脿 une approche 茅largie de l鈥櫭ヽonomie, 脿 une 芦 autre croissance 禄.

Ce plaidoyer nous donne cependant l鈥檕pportunit茅 d鈥檃pporter notre contribution au d茅bat qui ne manquera pas de s鈥檌nstaurer鈥 pour un changement de cap, voulu ou contraint, mais devenu indispensable (m锚me s鈥檌l appara卯t encore tr猫s peu probable pour le plus grand nombre!).

鈥 Dans l鈥檈ntreprise

L鈥檈ntreprise 茅tant une des organisations les plus naturellement destin茅es 脿 la production de richesses, nous 茅voquerons nos propres r茅flexions 脿 propos d鈥檜n 芦 autre partage 禄 de la valeur ajout茅e produite par l鈥檈ntreprise, entre les salari茅s et ceux qui apportent le capital (voir le livre 芦 Pour plus de solidarit茅 entre le capital et le travail ou de nouvelles chances pour l鈥檈mploi 禄 et les articles associ茅s sur le site des 茅ditions l鈥橦armattan (2) ).

Equit茅 et solidarit茅 se traduisent alors par de nouvelles modalit茅s de r茅mun茅ration pour les acteurs internes (salari茅s, managers鈥) et les acteurs externes (les actionnaires). Des modalit茅s de r茅mun茅ration 芦 hybrides 禄 qui positivent aux yeux de tous la hauteur de la masse salariale et celle des profits, en m锚me temps qu鈥檈lles induisent de la flexibilit茅 dans la r茅mun茅ration des salari茅s (脿 l鈥檌mage de la pratique fran莽aise de la prime de participation aux r茅sultats) et de la s茅curit茅 dans la r茅mun茅ration des actionnaires (gr芒ce 脿 une part de leur r茅mun茅ration s茅curis茅e car index茅e sur la masse salariale) et visant 脿 les fid茅liser 脿 l鈥檈ntreprise. Des dispositions dont la mise en pratique donne lieu 脿 des n茅gociations d茅bouchant sur une r茅partition de la valeur ajout茅e et du risque jug茅e par tous les acteurs comme 茅tant la plus 茅quitable鈥 et permettant 茅galement de mettre en pratique leur solidarit茅, notamment en cas de difficult茅s (voir par exemple l鈥檃rticle 芦 Un mod猫le de r茅mun茅ration solidaire et 茅quitable comme alternative 脿 la faillite de l鈥檈ntreprise 禄).

Avec ce mod猫le on ne peut plus confondre 芦 r茅mun茅ration 禄 et 芦 salaire 禄, ce dernier n鈥櫭﹖ant que la composante pr茅d茅termin茅e de la r茅mun茅ration. Afin d鈥檃ppr茅hender au mieux ce qu鈥檃pporte sa mise en place, il faut aussi pr茅ciser qu鈥檈lle peut 锚tre une opportunit茅 pour augmenter la r茅mun茅ration des salari茅s (les n茅gociations en d茅cident)鈥 tandis que l鈥檌ntroduction de la part flexible permettra ensuite d鈥檃juster les r茅mun茅rations en fonction des r茅sultats r茅els futurs de l鈥檈ntreprise鈥

Dans le m锚me temps et dans la plupart des cas, cette flexibilit茅 va se traduire par une diminution des charges salariales et des charges sociales qui sont index茅es sur les premi猫res, amenant du m锚me coup les entreprises 脿 锚tre plus comp茅titives鈥t plus enclines 脿 l鈥檈mbauche de salari茅s.

Par ailleurs, on stigmatise d茅sormais et 脿 juste titre la disparit茅 des r茅mun茅rations entre dirigeants et salari茅s et m锚me entre diverses cat茅gories de salari茅s d鈥檜ne m锚me entreprise : un 芦 茅ventail 禄 des salaires qui s鈥檈st abusivement ouvert depuis quelques d茅cennies, arguant l鈥檈xistence d鈥檜n march茅 international de patrons de haut niveau. Il semble bien qu鈥檃vec la crise, parachutes dor茅s et autres r茅tributions excessives soient des situations d鈥檌niquit茅 devenues inacceptables et fort justement鈥 revisit茅es. Notre point de vue a 茅t茅 exprim茅 dans l鈥檃rticle intitul茅 芦 A propos de la r茅mun茅ration des dirigeants: une proposition 茅quitable 禄 o霉 il est montr茅 comment le mod猫le de partage rappel茅 au dessus peut 锚tre 茅tendu au management.

Mais la solidarit茅 doit aussi concerner la dimension temporelle, les g茅n茅rations, le monde des actifs et celui des retrait茅s. M锚me si, en France, les 芦 35 heures 禄 ont plut么t 芦 plomb茅 禄 les discussions sur ce sujet, le partage du travail entre les jeunes et les moins jeunes est devenu un probl猫me soci茅tal qui doit 锚tre consid茅r茅 comme touchant 脿 l鈥檌nt茅grit茅 d鈥檜ne nation. Plut么t qu鈥檃ider 脿 la fermeture d鈥檜ne entreprise, il est hautement pr茅f茅rable, des points de vue micro et macro 茅conomiques, de la sauver avec (tous) ses acteurs en partageant le travail et la valeur ajout茅e鈥ui restent! (A nouveau, on fera r茅f茅rence 脿 l鈥檃rticle proposant 芦 鈥ne alternative 脿 la faillite鈥 禄). Pour les retraites, une indexation au moins partielle sur le PIB n鈥檌rait-elle pas, elle aussi, dans le sens de plus d鈥櫭﹒uit茅 et de solidarit茅 avec les actifs ? Autant de propositions 脿 m茅diter par les instances politiques.

En r茅ponse 脿 l鈥檌niquit茅 de la mondialisation des 茅changes

G茅n茅ralis茅, les nouvelles modalit茅s de r茅mun茅ration dans l鈥檈ntreprise que nous proposons deviennent aussi une piste pour plus d鈥櫭﹒uit茅 dans les 茅changes internationaux....

En effet, nous l鈥檃vons rappel茅 plus haut, la mise en place du nouveau mod猫le va rendre les entreprises de l鈥橢urope Occidentale plus comp茅titives鈥 face 脿 leurs concurrentes des pays de l鈥橢urope de l鈥橢st, face aux pays 茅mergents. En cela, ce mod猫le est une vraie piste pour contrer 脿 la fois les attraits de la d茅localisation et la concurrence in茅quitable des pays 茅mergents.

Appliqu茅 aux pays 茅mergents affichant une forte croissance, acceptant donc le principe d鈥檜ne r茅partition n茅goci茅e de la valeur ajout茅e (comme le veut le protocole d鈥檃pplication du mod猫le pr茅conis茅), aboutira 脿 plus ou moins court terme 脿 plus de r茅mun茅ration pour le travail鈥 avec, dans le m锚me temps, la pression d鈥檜ne concurrence des pays occidentaux re-dynamis茅e. Alors le mouvement pourra se 芦 consolider 禄, les pays 茅mergents devant davantage 茅couler leur production vers leur population devront n茅cessairement octroyer davantage de moyens 脿 leurs salari茅s - consommateurs locaux. En fait, il y a l脿, perspective de nouveaux 茅quilibres dans les 茅changes internationaux, 茅quilibres plus 芦 m茅dians 禄鈥 par comparaison avec le d茅s茅quilibre vers le 芦 plancher 禄 engendr茅 par le dumping social.

On peut aussi pr茅voir que cette tendance 脿 plus de production - consommation locale sera accentu茅e par une forte augmentation des co没ts du transport li茅e 脿 une forte augmentation du prix des hydrocarbures devenus plus rares et plus recherch茅s (sans r茅els substituts quand il s鈥檃git d鈥櫭﹏ergie pour le transport a茅rien, voire terrestre, le cas du chemin de fer 茅tant mis 脿 part) 鈥ans oublier ce que deviendront les taxes sur les carburants dans un tel contexte!

Un peu d鈥檋istoire 脿 propos des taxes sur les carburants a茅riens m茅rite d鈥櫭猼re rappel茅e鈥

Pour d茅velopper l鈥檌ndustrie a茅ronautique et le transport a茅rien au lendemain de la 2猫me guerre mondiale, la convention dite de Chicago a interdit la taxation du k茅ros猫ne鈥 Et cette convention est toujours appliqu茅e鈥 A l鈥檕ppos茅 des recommandations de la r茅cente mission charg茅e de la relance de la croissance (en France) qui pr茅conisait le d茅veloppement du low-cost a茅rien et donc ne pouvaient envisager la remise en cause de ladite convention de Chicago, une recommandation oppos茅e m茅rite d鈥櫭猼re pr茅sent茅e ici, se justifiant par deux arguments.

D鈥檃bord simplement pour raison de contribution comparativement tr猫s 茅lev茅e 脿 l鈥櫭﹑uisement in茅luctable de la ressource p茅troli猫re (exprim茅 en 茅quivalent p茅trole par km et passager, un avion consomme 4 fois plus qu鈥檜n train (3)), mais surtout pour raison de catastrophe environnementale鈥

M锚me si cela ne concerne que 5 脿 10% des hydrocarbures consomm茅s pour le transport, l鈥檌mpact du transport a茅rien a (tr猫s probablement, des 茅tudes sp茅cifiques sont en cours pour le confirmer) un poids beaucoup plus important que ne laisse l鈥檈ntendre sa part de consommation de la ressource p茅troli猫re. En effet, les conditions du rejet par les a茅ronefs du CO2 et de la vapeur d鈥檈au de la combustion (l鈥檈au est 茅galement un gaz 脿 effet de serre et c鈥檈st l鈥檈au qui se condense dans certaines conditions en produisant les traces n茅buleuses que nous voyons depuis le sol), altitude des vols, pi猫ge thermique d没 au profil du gradient thermique dans la zone, font que, d鈥檜ne part, ces deux gaz contribuent fortement audit effet de serre mais, d鈥檃utre part et surtout, le CO2 rejet茅 par les r茅acteurs 脿 l鈥檃ltitude d鈥檜ne dizaine de kms a tr猫s peu de chance de revenir au niveau des for锚ts et oc茅ans pour y 锚tre trait茅 par la photosynth猫se qu鈥檕p猫rent algues, planctons et v茅g茅taux terrestres鈥utrement dit le CO2 et l鈥檈au ont de forte chance de s鈥檃ccumuler dans cette couche atmosph茅rique鈥ans s鈥檃ttarder sur les oxydes d鈥檃zote form茅s et leur action n茅faste sur la couche d鈥檕zone!

Ainsi, on le voit, dans le contexte actuel, l鈥檌nt茅r锚t sup茅rieur devrait plut么t nous amener 脿 r茅examiner (dans l鈥檜rgence?) le bien fond茅 de la convention de Chicago et particuli猫rement l鈥檈ncouragement au transport a茅rien via la d茅taxation du k茅ros猫ne鈥

Nous ne d茅velopperons pas autant le cas des transports terrestres et maritimes, les recommandations pour le train, pour les petites voitures et la r茅duction de la vitesse 茅tant maintenant connues et mieux respect茅es鈥 Quant 脿 la flotte maritime, des solutions sont envisageables 脿 court terme pour r茅duire son impact sur la ressource p茅troli猫re et sur l鈥檈nvironnement, d鈥檃utant plus envisageable qu鈥檌l ne s鈥檃girait pas d鈥檜ne premi猫re: les bateaux n鈥檕nt-ils pas d鈥檃bord et intelligemment utilis茅 la force du vent!

Susceptible de mod茅rer l鈥檈mpreinte anthropique sur la plan猫te

La plus mal r茅compens茅e par le consid茅rable 芦 boum 禄 茅conomique qu鈥檃 connu le 20 猫me si猫cle est 脿 coup s没r la plan猫te : la plan猫te 脿 laquelle nous devons tout par d茅finition. Notre valeur ajout茅e, notre croissance ne sont-elles pas issues de transformations souvent multiples et dramatiquement irr茅versibles de son patrimoine ! Bien s没r, nous pensons d鈥檃bord 脿 l鈥櫭﹏ergie fossile鈥t facile (mais n茅anmoins non renouvelable) et 脿 certains minerais 茅nerg茅tiques (茅galement menac茅s de rupture de stock 脿 l鈥檋orizon d鈥檜ne centaine d鈥檃nn茅es!)鈥 et 脿 l鈥檌mportance capitale qu鈥檌ls jouent sur la croissance 茅conomique (il y a corr茅lation quasi parfaite entre 茅volution du PIB et consommation en 茅nergie).

En retour, nous confions 脿 la plan猫te Terre d茅chets et autres 芦 poisons 禄 qu鈥檈lle supporte mal鈥. Elle nous le fait savoir un peu plus chaque jour!

A elles seules, ses convulsions mettent notre mod猫le de croissance en cause. On ne peut continuer! Apprendre dans l鈥檜rgence 脿 茅conomiser ce qui reste de ressources naturelles, tenir compte des multiples ruines provoqu茅es par l鈥檌mpact des rejets sur l鈥檈nvironnement, 锚tre capable d鈥櫭﹖ablir de nouveaux indicateurs de richesses pour r茅orienter nos d茅fis, modifier radicalement le cap鈥 sont devenus des imp茅ratifs absolus.

D茅veloppements anecdotiques ?

Parmi les dispositions prises r茅cemment 脿 propos de la r茅duction de l鈥檈ffet de serre, un march茅 de droits 脿 polluer (inspir茅 par th茅or猫me de l鈥櫭ヽonomiste Coase(4)) s鈥檈st mis en place鈥 S鈥檌l est mieux que rien, il ne pr么ne pas l鈥檃bstinence! On peut m锚me craindre des effets pervers : par exemple des pays d茅velopp茅s pr茅f茅rant n茅gocier les droits de pays pauvres qui, de leur c么t茅, pourraient pr茅f茅rer l鈥檃rgent facile au d茅veloppement de leur propre activit茅 茅conomique鈥 On ne doit donc pas s鈥檃rr锚ter l脿鈥 et d鈥檃utres mesures doivent 锚tre propos茅es (taxes CO2 etc鈥)

Dans le m锚me temps, des 芦 tentatives d鈥檃lertes 禄 passent par de nouveaux concepts comme 芦 l鈥檈mpreinte 茅cologique 禄 dont plusieurs d茅finitions circulent, et qui est destin茅e 脿 mesurer notre impact sur l'environnement (bri猫vement, l鈥檈mpreinte 茅cologique d鈥檜ne population est la surface de la plan猫te dont cette population d茅pend compte tenu de ce qu鈥檈lle consomme en espaces construits, cultiv茅s, d茅di茅s 脿 la p锚che鈥 et en for锚ts n茅cessaires au recyclage de ses 茅missions de gaz carbonique).

Reste l鈥櫭﹙aluation des pertes de patrimoine鈥 li茅es 脿 la mont茅e du niveau des oc茅ans, au r茅chauffement des mers, aux pertes en biodiversit茅 (bouleversement amorc茅 dans la faune et la flore par exemple dans les oc茅ans avec la menace qui p猫se sur le plancton鈥.) d茅r猫glement climatique aux cons茅quences catastrophiques d茅stabilisant des populations c么ti猫res, voire des peuples entiers 鈥

A propos de la diminution du patrimoine 芦 ressources 茅nerg茅tiques non renouvelables 禄, la disparition irr茅versible des stocks (et si on tient compte du r么le jou茅 par l鈥檕r noir sur la croissance) rend quasiment impossible l鈥檈stimation de la perte鈥auf 脿 茅tablir un comparatif avec les co没ts de production des 茅nergies manufactur茅es de substitution (mais ces substituts n鈥檈xistent pas toujours, particuli猫rement quand il s鈥檃git d鈥櫭﹏ergie pour la transport!). .Aussi, nous pr茅f猫rerons ici nous en tenir aux travaux sur les 茅quivalences 茅nerg茅tiques de J. M. Jancovici (5) 茅tablissant que, en moyenne, pour satisfaire sa consommation 茅nerg茅tique, chaque Fran莽ais, en ce d茅but de si猫cle, devrait disposer de 100 esclaves-茅nergie travaillant pour lui en permanence鈥 (脿 multiplier par 2,8 s鈥檌l s鈥檃git d鈥檜n citoyen US). Et pour en revenir 脿 l鈥檃ppr茅ciation des 芦 co没ts 禄, il reste alors 脿 imaginer que ces esclaves ne soient plus b茅n茅voles -contraints mais r茅mun茅r茅s (au SMIG) et le rapport de co没t de production par rapport 脿 celui du p茅trole sera 茅galement proche de 100! 鈥 Et le probl猫me de l鈥檈au !... que nous avons sciemment oubli茅 jusqu鈥檌ci. Il s鈥檃git pourtant du probl猫me le plus imm茅diatement pr茅occupant puisque d茅j脿 vital pour de nombreuses r茅gions! A son propos et en 茅cho 脿 la probl茅matique de l鈥檈ffet de serre, nous 茅voquerons seulement ici le risque pris par les promoteurs de la technique de la s茅questration souterraine du CO2 鈥

Le poids de nos choix individuels

Ou bien nos choix individuels soutiennent le mod猫le de croissance en place ou bien ils favorisent l鈥櫭﹎ergence d鈥檜n nouveau mod猫le鈥lus enclin au partage dans l鈥檈space et dans le temps, au respect de l鈥檈nvironnement, 脿 la qualit茅 de vie鈥

Et le moment est venu d鈥檃morcer l鈥檃uto - critique de nos comportements individuels, de faire quelques observations/suggestions 脿 leur propos... Plus particuli猫rement 脿 destination des adultes鈥

Revenons alors bri猫vement sur nos articles consultables sur le Web intitul茅s 芦 A propos de cr茅dit et de croissance 禄 et 芦 Petite dissertation sur l鈥檌nflation 禄 o霉 nous avons voulu montrer 脿 quel point le cr茅dit 脿 la consommation 茅tait devenu essentiel au (bon!) fonctionnement du mod猫le de croissance que nous vivons et pourquoi le 芦 jeu 禄 de l鈥櫭﹑argne et du cr茅dit 茅tait inflationniste.

Si nous pensons que la croissance doit 锚tre r茅fl茅chie, globalement raisonnable, si nous pensons que l鈥檌nflation est un mal en soi, au service d鈥檜ne croissance virtuelle et illusoire pour en exacerber les d茅fis, alors en qualit茅 d鈥櫭﹑argnant il faut pr茅f茅rer les taux de r茅mun茅ration de notre argent mod茅r茅s, tr猫s mod茅r茅s, en tous cas ne pouvant d茅passer la croissance r茅elle, en qualit茅 d鈥檈mprunteur, il faut 茅viter de se manifester s鈥檌l n鈥檡 a pas n茅cessit茅 absolue de faire appel au cr茅dit (c鈥檈st aussi une bonne fa莽on de faire chuter les taux!), donc accepter des frustrations dans les deux cas. Faire des choix d鈥檃utant plus improbables que le contexte publicitaire nous harc猫le pour des options extr锚mes鈥 Ainsi, il n鈥檈st pas si facile d鈥檃pporter notre propre contribution 脿 la mise en place d鈥檜n mod猫le de croissance鈥od茅r茅e!

Plus particuli猫rement 脿 destination des enfants (ils seront de bons messagers pour les parents!)鈥 Economiser l鈥檈au, l鈥櫭﹍ectricit茅鈥e pas rouler vite ou s鈥檃bstenir quand il n鈥檈st pas indispensable鈥e rouler. Dire : 芦 Papa ! Pr茅f猫re les petites voitures, c鈥檈st plus en rapport avec ma taille et 莽脿 prot猫ge la nature! 禄 Mais un enfant ne sait pas qu鈥檜ne pomme venue du Chili a br没l茅 son poids en k茅ros猫ne pour venir jusqu鈥櫭 lui et rejet茅 environ 3 fois son poids de CO2 dans l鈥檃tmosph猫re! Il ne sait pas le co没t 茅nerg茅tique et 茅cologique du transport a茅rien鈥 des fruits et l茅gumes. Alors, lui apprendre 脿 l鈥櫭ヽole : Non ! Moi non plus鈥 芦 Je ne mangerai plus de cerises en hiver (6) ! 禄鈥 Il saura transmettre le message! 鈥 Nous terminons avec l鈥檈spoir que, malgr茅 tout, nous r茅ussirons 脿 passer le cap鈥ue nous serons capables d鈥檜nir nos efforts pour changer notre mod猫le de croissance avant qu鈥檌l ne soit trop tard. La crise actuelle doit nous y aider! En cela, elle aura contribu茅 脿 茅viter d鈥檃utres d茅sordres, plus conflictuels鈥

(1) Egalement allusion 脿 l鈥檌nterpr茅tation de J. Brel dans 芦 L鈥橦omme de la Mancha 禄;

(2) Certains de ces articles sont 茅galement accessibles sur d鈥檃utres sites du Web;

(3) Ce qui signifie aussi qu鈥檜n avion consomme 10 fois plus d鈥櫭﹏ergie sous forme de k茅ros猫ne qu鈥檜n train consomme d鈥櫭﹏ergie 茅lectrique;

(4) Th茅or猫me de Coase : 芦 Dans un monde o霉 les co没ts de transaction sont nuls, l'allocation des droits de propri茅t茅 se fera automatiquement de mani猫re optimale, par le jeu des 茅changes et des marchandages auxquels les agents proc猫dent, et ceci quelle que soit la r茅partition initiale de ces droits 禄;

(5) Expert en 茅nergie (voir site Manicore) ; (6) Titre du r茅cent ouvrage de A. Jupp茅.

Vous voulez poursuivre la lecture d'autres articles de Remi GUILLET, alors:

 

Un mod猫le de r茅mun茅ration solidaire et 茅quitable comme alternative 脿 la faillite de l鈥檈ntreprise鈥

Remi GuilletCet article a 茅t茅 茅crit par R茅mi GUILLET aujourd鈥檋ui retrait茅.

Ing茅nieur de l鈥橢cole Centrale Nantes (ex ENSM promotion 1966) il est aussi Docteur en M茅canique et Energ茅tique (Universit茅 H. Poincar茅-Nancy 1-2002) et dipl么m茅 en Economie/Gestion (DEA Universit茅 Paris 13-2001).

Son activit茅 professionnelle l鈥檃 amen茅 脿 travailler essentiellement en recherche appliqu茅e dans le domaine de la combustion. Il s鈥檈st fait notamment conna卯tre pour ses travaux sur la 芦 combustion humide 禄, recevant un Prix 芦 Montgolfier 禄 des Arts chimiques en 2002 (Prix d茅cern茅 par la Soci茅t茅 d鈥橢ncouragement de l鈥橧ndustrie Nationale). Il a 茅t茅 en charge du secteur Energie/BTP au si猫ge de OSEO entre 1995 et 1998

Nous avons conscience qu鈥檌l est a priori plus ais茅 -et souhaitable pour tous- de proposer le passage au mod猫le de partage que nous avons pr茅sent茅 dans de nombreuses publications (1) en p茅riode de forte croissance de la valeur ajout茅e!

Mais dans la situation de crise que connaissent actuellement beaucoup d鈥檈ntreprises, le m锚me mod猫le constitue une vraie alternative 脿 la faillite, pouvant leur permettre de 芦 passer le cap 禄, de sauver (tous) les emplois (cela devient possible quand on sait qu鈥檃u sein d鈥檜n groupe la solidarit茅 est d鈥檃utant plus grande que le groupe est en danger!), 鈥eur redonnant au bout du compte de nouvelles chances鈥

Plus clairement, il s鈥檃git d鈥檃ssainir la situation comptable de l鈥檈ntreprise, de proposer des modalit茅s de maintien, 脿 leur place, des salari茅s et actionnaires鈥

Apr猫s un rappel des 茅l茅ments cl茅s du mod猫le (dont le premier objectif est le partage 茅quitable de la valeur ajout茅e entre la r茅mun茅ration du travail et celle du capital), nous examinons ici ce qu鈥檌l apporte dans le cas d鈥檜ne entreprise en difficult茅. Nous ferons cet examen en nous livrant 脿 un travail num茅rique sur une m锚me entreprise et en supposant trois issues diff茅rentes aux n茅gociations que le passage au mod猫le aura n茅cessairement provoqu茅es鈥

Les valeurs chiffr茅es autres que les coefficients et ratios sont exprim茅es dans les unit茅s mon茅taires que choisira le lecteur.

Traditionnellement et comme rep猫re on suppose que dans ladite entreprise les r茅sultats sont bons aux yeux de tous quand elle produit une valeur ajout茅e (directement allou茅e aux acteurs, donc taxes et investissements d茅duits) de1100 r茅partie selon un rapport de 1 脿 10 entre les actionnaires et les salari茅s. Soit 100 pour les actionnaires et 1000 pour les salari茅s.

Avec la crise, on suppose que l鈥檈ntreprise se trouve en grande difficult茅, ne pouvant payer les salaires, affichant une perte de 100, autrement dit sa valeur ajout茅e est tomb茅e 脿 900鈥

La d茅cision est alors prise par l鈥檈nsemble des acteurs de tenter leur 芦 survie 禄 et celle de l鈥檈ntreprise en acceptant les modalit茅s que propose le nouveau mod猫le de r茅mun茅ration.

Selon ce nouveau mod猫le, il est donc accept茅 que toutes les r茅mun茅rations deviennent hybrides, s鈥檃ppuyant sur une nouvelle masse salariale S et de nouveaux dividendes D et:

  • La r茅mun茅ration des salari茅s devient Rs = S+ 尾.D (avec 尾 coefficient d鈥檌ndexation sur les dividendes de la part flexible de la r茅mun茅ration des salari茅s)
  • La r茅mun茅ration des actionnaires devient Ra = D+ 伪.S (avec 伪 coefficient d鈥檌ndexation sur la masse salariale de la part s茅curis茅e de la r茅mun茅ration des actionnaires)

Ainsi, pour l鈥檈ntreprise, les charges fixes pr茅d茅termin茅es (de type salariales) deviennent F = (1+ 伪).S tandis que et les b茅n茅fices deviennent B = (1+ 尾).D

La valeur ajout茅e est toujours VA= F + B = Ra + Rs = (1+ 伪).S+ (1+ 尾).D

Cas1 : Les n茅gociations ont retenu le mod猫le 芦 id茅al 禄 : quelles que soient les valeurs retenues au moment de la n茅gociation pour S et D, quelles que soient leurs valeurs futures, quelles que soient les valeurs futures de la valeur ajout茅e VA, le mod猫le id茅al r茅alise et p茅rennise l鈥櫭﹒uit茅, c鈥檈st-脿-dire qu鈥檌l r茅alise et maintient la valeur du rapport entre la r茅mun茅ration des actionnaires et celle des salari茅s soit Ra/Rs 脿 sa valeur n茅goci茅e (id茅ale du point de vue de la 芦 coop茅ration 禄 entre tous) au moment du changement de mod猫le, rapport que nous appelons km.

Nous savons que ce mod猫le id茅al s鈥檕btient quand on choisit 伪 = km et 尾=1 / 伪 =1/ km

Traditionnellement, dans notre entreprise, la valeur km 茅tait de 0,1 et consid茅r茅e comme bonne par tous. Nous supposons qu鈥檌l a 茅t茅 n茅goci茅 de conserver cette valeur pour km(=0,1)

Bien s没r (m锚me en cas de crise !)les comptables doivent toujours s鈥檃ssurer que la valeur ajout茅e existante v茅rifie, VA= (1+ 伪).S+(1+ 尾).D (1)

Supposons alors que la n茅gociation ait port茅 d鈥檈mbl茅e sur la valeur du rapport D/S et ait abouti 脿 D/S=0,025 鈥

Alors (1) d茅termine les valeurs de S et D.

Ici VA= 900 ; 伪 = km =0,1 ; 尾=1 / 伪 =1/ km=10

Et on obtient鈥

S=654,55 ; D= 16,36 ; Rs=818,16 ; Ra=81,84 ; soit effectivement Ra/Rs=0,1

F=720;

B=180鈥

(On invite ici le lecteur 脿 v茅rifier la p茅rennit茅 de l鈥櫭﹒uit茅 annonc茅e 鈥n supposant, par exemple, que la situation de l鈥檈ntreprise se soit fortement redress茅e pour en arriver 脿 une valeur ajout茅e VA = 1320, situation qui a 茅t茅 l鈥檕ccasion de nouvelles n茅gociations ayant abouti 脿 s鈥檈ntendre sur de nouvelles valeurs (nominales) pour S et D, soit S = 700 et D = 50鈥.Alors selon cette n茅gociation, on obtient Ra=120 ; Rs = 1200 ; (F=770 ; B=550)鈥 et on v茅rifie bien que Ra/Rs est toujours 茅gal 脿 0,1!)

Le passage au nouveau mod猫le, en m锚me temps qu鈥檌l introduit une part flexible dans la r茅mun茅ration des salari茅s et une part s茅curis茅e dans la r茅mun茅ration des actionnaires, a permis 脿 l鈥檈ntreprise de renouer avec les b茅n茅fices鈥onc de passer le mauvais cap!

Sans licenciement d鈥檃ucun acteur salari茅, la solidarit茅 entre tous suppose l鈥檃cceptation d鈥檜ne r茅duction de revenus de 18,2% par rapport 脿 ce qu鈥櫭﹖aient les revenus 芦 nominaux 禄 ant茅rieurs : c鈥檈st le prix du sauvetage de l鈥檈ntreprise et de tous les emplois!

Cas 2 : Les n茅gociations aboutissent 脿 un choix plus frileux sur la flexibilit茅鈥

VA est toujours 茅gal 脿 900.

Mais ici 鈥

Le passage au nouveau mod猫le se fait avec des coefficients d鈥檌ndexation plus faibles que dans le cas du mod猫le id茅al. Cependant, pour que l鈥櫭﹒uit茅 (soit le rapport Ra/Rs = km ) soit respect茅e au moment du passage au nouveau mod猫le, nous savons que les coefficients 伪 et 尾 doivent v茅rifier la relation 尾 = 伪 / (km)2 鈥andis que les valeurs de D et S doivent de leur c么t茅 茅galement v茅rifier D/S= km

On suppose que la valeur n茅goci茅e pour km est toujours km =0,1

Par ailleurs, cette fois-ci les n茅gociations ont d茅bouch茅 sur une nouvelle masse salariale S 茅gale 脿 800, et donc n茅cessairement D= km.800=80鈥

La comptabilit茅 茅tablit alors que 900 = (1+ 伪).800+(1+ 伪 / (0,1)2 ).80 (1)

Et 伪 =0,002273; 尾=0,2273

Rs=818,18 ; Ra=81,82 ; soit Ra/Rs=0,1

F=801,82 ; B=98,18 鈥

Les charges fixes F sont plus 茅lev茅es que pr茅c茅demment (flexibilit茅 de la r茅mun茅ration du travail moins grande) et b茅n茅fices B plus faibles.

Sans licenciement d鈥檃ucun acteur salari茅, la solidarit茅 entre tous suppose toujours l鈥檃cceptation d鈥檜ne r茅duction de revenus de 18,2% par rapport aux revenus 芦 nominaux 禄 ant茅rieurs: c鈥檈st encore le prix du sauvetage de l鈥檈ntreprise et de tous les emplois!

Cas 3 : Devant les grandes difficult茅s de l鈥檈ntreprise, les actionnaires acceptent de diminuer le ratio km =Ra/Rs. Mais comme dans le cas n掳 2 , le mod猫le id茅al n鈥檈st pas retenu par les n茅gociations鈥

VA est toujours 茅gal 脿 900. Mais ici km = 0,05 鈥

Supposons toujours que la nouvelle masse salariale soit S = 800 alors D=0,05x800= 40...

Et,

900 = (1+ 伪).800+(1+ 伪 / (0,05)2 ).40 (1)

Soit, 伪 =0,00357; 尾=1,42857



Rs=857,14 ; Ra=42,86 ; Ra/Rs=0,05

F=802,86 ; B=97,14鈥

L鈥檈ntreprise est toujours sauv茅e. Tous les acteurs 芦 solidaires 禄 ont perdus 14,3% de leur r茅mun茅ration pour les salari茅s (sans licenciements) et 57,1% pour des actionnaires (doublement attach茅s au sauvetage de l鈥檈ntreprise et des emplois puisqu鈥檌ls sont 脿 la fois fid猫les 脿 l鈥檈ntreprise et concern茅s par le sort des salari茅s鈥 en acceptant une diminution relative de leur gain).

Dans les trois cas, l鈥檈ntreprise ayant renou茅 avec les b茅n茅fices a pass茅 le mauvais cap avec d茅sormais une flexibilit茅 qui lui permettra d鈥檈nvisager une nouvelle vie 鈥 et de mieux rebondir!

C么t茅 salari茅s, 脿 eux de mesurer leur solidarit茅, choisissant de favoriser le maintien du plein emploi en acceptant le 芦 partage 禄, entre tous, de la diminution des r茅mun茅rations du travail ou, malgr茅 tout, d鈥檈n rester aux comportements plus traditionnels, acceptant de subir restructurations et licenciements pour les moins chanceux d鈥檈ntre eux : un dilemme de solidarit茅 crucial!

A observer cependant 脿 propos de r茅partition des r茅mun茅rations du travail que le contexte est probablement favorable 脿 des n茅gociations internes entre les diff茅rentes cat茅gories de salari茅s pour d茅boucher sur une r茅partition du 芦 manque 脿 gagner 禄 autre (plus 茅quitable ?) qu鈥檜n calcul au prorata des anciennes r茅mun茅rations鈥 un contexte favorable au resserrement de l鈥櫭﹙entail des r茅mun茅rations (du moins dans certains cas!).

C么t茅 actionnaires, le mod猫le les incite 鈥搗ia la composante 芦 salariale 禄 qui s茅curise leur r茅mun茅ration - 脿 une plus grande fid茅lit茅 脿 l鈥檈ntreprise et 脿 plus de solidarit茅 avec les acteurs internes鈥

Du point de vue macro 茅conomique et social, l鈥檈ssentiel est le maintien de l鈥檈mploi. Les pouvoirs publics de nombreux pays contribuent au sauvetage des entreprises et des salari茅s via des dispositions souvent exceptionnelles 鈥epuis le d茅veloppement de la mondialisation (on pense ici et par exemple 脿 la loi canadienne sur la protection contre la faillite) et plus encore dans ce contexte de crise 茅conomique et sociale majeure actuelle : pour preuve, 茅voquons comme alternative au licenciement 茅conomique, les r茅centes mesures du gouvernement fran莽ais en mati猫re de r茅mun茅ration et de formation dans le cadre de l鈥檃ctivit茅 partielle, 茅voquons les mesures pour l鈥檈mploi des plus jeunes...

Mais on comprendra aussi que les mesures que peuvent prendre les pouvoirs publics en cas de crise majeure ne peuvent 锚tre que temporaires et d鈥檃utres dispositions apportant aux entreprises plus de stabilit茅 芦 existentielle 禄 dans un monde enclin 脿 des instabilit茅s croissantes et de tous ordres sont 茅galement devenues indispensables鈥

Nous avons eu l鈥檕ccasion de qualifier dans certains articles de 芦 flexis茅curit茅 interne 禄 les nouvelles modalit茅s de r茅mun茅ration que nous proposons (avec une part flexible dans la r茅mun茅ration des salari茅s d茅sormais concern茅s par les r茅sultats de l鈥檈ntreprise mais qui gardent cependant la s茅curit茅 d鈥檜n salaire, avec une part s茅curis茅e dans la r茅mun茅ration des actionnaires visant 脿 les fid茅liser 脿 l鈥檈ntreprise et 脿 resserrer leurs liens avec les salari茅s) pour bien marquer la diff茅rence avec la flexis茅curit茅 芦 extra-muros 禄 des mod猫les nordiques (danois鈥) qui auraient plut么t tendance 脿 tout attendre de la mobilit茅 des salari茅s, voire favoriser le licenciement pr茅coce et 鈥inalement fragiliser l鈥檈ntreprise (?)

D鈥檜n point de vue tr猫s g茅n茅ral, nous conclurons en relevant que les entreprises auront 脿 vivre dans un monde bougeant de plus en plus vite, 脿 faire face 脿 de plus en plus d鈥檌ncertitudes relatives 脿 la concurrence (mondialisation des 茅changes commerciaux, 茅mergence de nouvelles puissances 茅conomiques, efforts de recherche et d鈥檌nnovation partout accrus et qui, par nature et quand ils d茅bouchent, sont aussi des facteurs de d茅stabilisation pour les entreprises du m锚me secteur), donc 脿 vivre une plus grande fluctuation de r茅sultats鈥 de valeur ajout茅e. On voit mal comment les r茅mun茅rations de tous les acteurs ne seraient pas affect茅es par cette nouvelle donne!

La premi猫re 芦 qualit茅 禄 que nous voyons au mod猫le que nous proposons est li茅e 脿 la flexibilit茅 qu鈥檌l apporte 脿 la gestion de l鈥檈ntreprise pour lui permettre de mieux r茅sister 脿 un environnement de plus en plus instable et hostile. Oserons-nous la comparaison avec une structure m茅tallique, comme peut l鈥櫭猼re une aile d鈥檃vion, qui doit l鈥檈ssentiel de sa r茅sistance 脿 sa flexibilit茅!

R茅mi Guillet

(1) Voir par exemple sur le site des 茅ditions l鈥檋armattan l鈥檕uvrage 芦 Pour plus de solidarit茅 entre le capital et le travail鈥 禄 version 2004 ou 2009 par R. Guillet

Vous voulez poursuivre la lecture d'autres articles de Remi GUILLET, alors:

 

SOLIDARITY DEVELOPMENT BETWEEN SHAREHOLDERS AND WAGES EARNERS TO BRING NEW CHANCES FOR THE EMPLOYMENT鈥

Remi Guillet Cet article a 茅t茅 茅crit par R茅mi GUILLET aujourd鈥檋ui retrait茅.

Ing茅nieur de l鈥橢cole Centrale Nantes (ex ENSM promotion 1966) il est aussi Docteur en M茅canique et Energ茅tique (Universit茅 H. Poincar茅-Nancy 1-2002) et dipl么m茅 en Economie/Gestion (DEA Universit茅 Paris 13-2001).

Son activit茅 professionnelle l鈥檃 amen茅 脿 travailler essentiellement en recherche appliqu茅e dans le domaine de la combustion. Il s鈥檈st fait notamment conna卯tre pour ses travaux sur la 芦 combustion humide 禄, recevant un Prix 芦 Montgolfier 禄 des Arts chimiques en 2002 (Prix d茅cern茅 par la Soci茅t茅 d鈥橢ncouragement de l鈥橧ndustrie Nationale). Il a 茅t茅 en charge du secteur Energie/BTP au si猫ge de OSEO entre 1995 et 1998

Remi Guillet proposes a model for corporate management which, while continuing to offer the challenge of profit, would lead shareholders to take a different view of the level of wages paid out by the company and also give its wage earners a different view of the company鈥檚 profits. In other words, the relationship between shareholders and wage earners would change from one of defiance to one of confidence and conflictual interests would become cooperative.

The model is essentially based on a new way of calculating rewards to shareholders. In the same way as the rewards of labour are the sum of salaries and the level of employee participation in profits or dividends, the model proposes that, symmetrically, the remuneration of shareholders would be the sum of dividends and plus a fidelity bonus indexed to the wage bill.

By this approach, symmetry which is currently lacking would be reached between the interest of each group in the form of demands for more dividends on the one hand and a higher wage bill on the other. This change would provide new opportunities for negotiations between actors on both sides which would thus naturally move from a conflictual basis, particularly for the share of wages to a situation in which each party鈥檚 interests are visibly convergent, thus opening the door to cooperation and the benefits which flow from it.

This new system of remuneration also has other properties of interest to companies. The lowering of fixed wage related charges would allow greater flexibility in remuneration of wage earners and open up new perspectives for employment. It follows that shareholders would no longer be solely identified with capital and workers no longer identified only with labour. Remuneration for either party would be hybrid. The values attributed to growth indicators would be affected by this hybrid character to the extent that, if the model were applied in its ideal form, the growth in the mass of salary payments would become equal to the growth in rewards to shareholders, to growth in added value and to growth in productivity. The occasion would thus be provided for a new look at the way companies operate, for new socio-economic analyses and then appears the base of a new 鈥済overnment鈥 for the company.

A long summary is available in english under the title 鈥淔or a new distribution of risks and profits in the company or the presentation of a new model to regulate the companies鈥 (l鈥橦armattan publisher)

The full text is available in french language under the title 鈥淧our plus de solidarit茅 entre le capital et le travail ou de nouvelles chances pour l鈥檈mploi 禄 (l鈥橦armattan publisher - last version in 2009 -)

 

Le partage du profit est une chose....

Remi Guillet...Le partage de la valeur ajout茅e en est une autre.

Cet article a 茅t茅 茅crit par R茅mi GUILLET aujourd鈥檋ui retrait茅.

Ing茅nieur de l鈥橢cole Centrale Nantes (ex ENSM promotion 1966) il est aussi Docteur en M茅canique et Energ茅tique (Universit茅 H. Poincar茅-Nancy 1-2002) et dipl么m茅 en Economie/Gestion (DEA Universit茅 Paris 13-2001).

Son activit茅 professionnelle l鈥檃 amen茅 脿 travailler essentiellement en recherche appliqu茅e dans le domaine de la combustion. Il s鈥檈st fait notamment conna卯tre pour ses travaux sur la 芦 combustion humide 禄, recevant un Prix 芦 Montgolfier 禄 des Arts chimiques en 2002 (Prix d茅cern茅 par la Soci茅t茅 d鈥橢ncouragement de l鈥橧ndustrie Nationale). Il a 茅t茅 en charge du secteur Energie/BTP au si猫ge de OSEO entre 1995 et 1998

Si le profit m茅rite d鈥櫭猼re mieux partag茅 entre les diff茅rents acteurs, la valeur ajout茅e est un autre concept repr茅sent茅 par la somme de la masse salariale et du profit que r茅alise l鈥檈ntreprise: la valeur ajout茅e existe m锚me quand il n鈥檡 a pas de profit!

Aussi les circonstances actuelles de crise sociale 芦 majeure 禄 m鈥檌ncitent 脿 revenir sur la proposition que j鈥檃vais d茅velopp茅e avec 芦 Les attendus d鈥檜ne gouvernance d鈥檈ntreprise revisit茅e fond茅e sur le resserrement des liens entre actionnaires et salari茅s 禄.

En effet il convient de souligner que le fondement de ma proposition porte prioritairement sur le partage de la valeur ajout茅e (apr猫s pr茅l猫vement des taxes et d茅ductions des indispensables investissements) cr茅茅e par l鈥檃ctivit茅 茅conomique de l鈥檈ntreprise.

鈥 Et une r茅flexion sur le partage de la valeur ajout茅e entre la r茅mun茅ration du travail et celle du capital est une r茅flexion qui touche autant la finalit茅 sociale de l鈥檈ntreprise (l鈥檈mploi) que sa finalit茅 茅conomique (production de richesses).

Dans le contexte actuel il est 茅galement pertinent de souligner que selon l鈥檈sprit du mod猫le propos茅:

- il est pr茅f茅rable de consid茅rer lesdites taxes comme les repr茅sentantes de la r茅mun茅ration de la collectivit茅 et particuli猫rement de ses investissements (infrastructures 鈥.) et 鈥撁 ce titre- de les traiter comme la r茅mun茅ration d鈥檜n nouvel acteur ayant une part de revenu sp茅cifique (dict茅e par la r茅glementation) 鈥 et compl茅t茅e par des 芦parts variables禄 index茅es sur les parts de r茅mun茅ration sp茅cifiques aux autres acteurs (masse salariale, dividendes鈥)

- La r茅partition de la r茅mun茅ration globale revenant au 芦 travail 禄 entre les diff茅rentes cat茅gories de salari茅s reste ouverte 脿 des n茅gociations propres 脿 chaque entreprise鈥

Enfin, pour les cas d鈥檈ntreprises en grande difficult茅, il faut souligner que la nouvelle comptabilit茅 induite par le passage au 芦 nouveau mod猫le 禄 peut faire passer une entreprise de l'茅tat de "d茅ficitaire" 脿 celui de "b茅n茅ficiaire" (une partie dudit b茅n茅fice revenant alors aux salari茅s selon les modalit茅s de r茅mun茅ration n茅goci茅es : voir 芦 d茅mo 禄 dans la version 2009 du livre 芦 Pour plus de solidarit茅 entre la capital et le travail ou de nouvelles chances pour l鈥檈mploi 禄 ed. L鈥橦armattan).

Vous voulez poursuivre la lecture d'un second article de Remi GUILLET, alors:

*Les attendus d鈥檜ne gouvernance d鈥檈ntreprise revisit茅e fond茅e sur le resserrement des liens entre actionnaires et salari茅s

 

L鈥檈rgonomie des sites web en question

businessfinanceR茅cemment sur le blog simpleentrepreneur.com j'ai publi茅 un article traitant de l'ergonomie des sites web...Il semble que des progr猫s essentiels sont 脿 r茅aliser....

Lorsque nous accompagnons des cr茅ateurs d'entreprises qui con莽oivent des produits innovants nous passons un temps consid茅rable 脿 rendre compr茅hensible leur projet que ce soit lors de la conception du Business plan ou d'une pr茅sentation orale...

Cette absence de p茅dagogie constitue 茅galement un d茅faut lorsque le projet est li茅e 脿 des plateformes web...

Pour en savoir plus lisez: L鈥檈rgonomie des sites web en question

Si vous souhaitez lire les articles publi茅s par votre serviteur sur le blog simpleentrepreneur.com...: