ALTO-STUDIO
 

Dur, dur鈥 d鈥櫭猼re banquier !

Remi GuilletCet article a 茅t茅 茅crit par R茅mi GUILLET aujourd鈥檋ui retrait茅. Ing茅nieur de l鈥橢cole Centrale Nantes (ex ENSM promotion 1966) il est aussi Docteur en M茅canique et Energ茅tique (Universit茅 H. Poincar茅-Nancy 1-2002) et dipl么m茅 en Economie/Gestion (DEA Universit茅 Paris 13-2001).
Son activit茅 professionnelle l鈥檃 amen茅 脿 travailler essentiellement en recherche appliqu茅e dans le domaine de la combustion. Il s鈥檈st fait notamment conna卯tre pour ses travaux sur la 芦 combustion humide 禄, recevant un Prix 芦 Montgolfier 禄 des Arts chimiques en 2002 (Prix d茅cern茅 par la Soci茅t茅 d鈥橢ncouragement de l鈥橧ndustrie Nationale).

Il a 茅t茅 en charge du secteur Energie/BTP au si猫ge de OSEO entre 1995 et 1998


Les d茅bats sur l鈥檃ctualit茅 des banques et leur 芦 redressement spectaculaire 禄 tant il est rapide, sont remarquables de鈥 confusion : tohu-bohu souvent dignes de ce qu鈥檕n entend au caf茅 du commerce, interpellant plus qu鈥檌ls n鈥檈xpliquent m锚me 脿 ceux qui sont relativement instruits de la 芦 chose 茅conomique 禄鈥

Dans ce contexte, peut-锚tre n鈥檈st-il pas inutile de rappeler trois temps forts qui ont marqu茅 l鈥檋istoire r茅cente des banques鈥 au service de l鈥櫭ヽonomie !

D鈥檃bord le krach boursier de 1929 venu du dysfonctionnement ou de d茅rives dans l鈥檃llocation des cr茅dits et dont les cons茅quences d茅sastreuses auront 茅t茅 d茅terminantes pour la suite de l鈥檋istoire du XX 猫me si猫cle : 10 ans de r茅cession et de ch么mage massif鈥 qui ont men茅 脿 la deuxi猫me guerre mondiale et tout ce qui a suivi.

Ensuite, 脿 partir des ann茅es 60, la mise en place et le d茅veloppement intensif du cr茅dit 脿 la consommation avec comme cons茅quence la naissance de la soci茅t茅 du m锚me nom鈥ui aura ruin茅 en moins de 50 ans le patrimoine naturel de la plan猫te鈥

Enfin, en 2006 / 2007, avec l鈥檃ttribution abusive de cr茅dits 脿 des consommateurs pr茅caires ou en situation de ressources insuffisantes av茅r茅es, la crise dite des subprimes qui allait 茅branler 脿 nouveau le monde de la finance et provoquer une nouvelle crise 茅conomique majeure鈥

Plut么t triste bilan ! Et pourtant les banques (et autres organismes financiers) sont des 芦 utilit茅s 禄 de premi猫re importance. Faut-il rappeler qu鈥檃ux XV 猫me et XVI 猫me si猫cles ce sont elles qui ont permis au commerce de se d茅velopper en 茅vitant des transports de fonds mal s茅curis茅s, ce sont elles qui ont permis le d茅veloppement du transport maritime, le d茅veloppement de la manufacture et de l鈥檌ndustrie puis, avec la mise en place de soci茅t茅s anonymes d鈥檃ctionnaires, les grands chantiers des XIX 猫me et XX 猫me si猫cles鈥

Alors, il ne faut certainement pas jeter le b茅b茅 - pardon !-鈥 le banquier avec l鈥檈au du bain !

Le m茅tier traditionnel de la banque鈥

鈥aire le lien entre l鈥櫭﹑argne et le cr茅dit

A vrai dire l鈥櫭ヽhange direct de valeurs entre un emprunteur et un cr茅ancier est possible et a toujours 茅t茅 pratiqu茅 鈥 Cependant il suppose un lien de confiance absolue entre les deux protagonistes et en pratique concerne rarement de fortes sommes.

Apparues au XV 猫me si猫cle, d鈥檃bord en Italie, en Allemagne,鈥 les banques constituent un terrain neutre o霉 cr茅anciers et emprunteurs n鈥檕nt pas 脿 se rencontrer ni 脿 se conna卯tre, o霉 des cr茅ances d鈥檕rigine multiple peuvent 锚tre allou茅es 脿 un seul emprunteur, o霉 la confiance passe par la caution morale du banquier.

Il y a l脿 la premi猫re 芦 utilit茅 禄 de la banque : Faire la liaison entre l鈥櫭﹑argne et le cr茅dit.

Aujourd鈥檋ui, le cr茅dit concerne aussi bien l鈥檌nvestissement, indispensable aux entreprises, que la consommation. A ce titre il est devenu indispensable aux m茅nages les moins nantis alors maintenus en permanence dans la situation de consommer plus que ne leur permet leur 芦 avoir 禄 disponible. Et le cr茅dit est devenu un outil 芦 doublement 禄 n茅cessaire au fonctionnement de l鈥櫭ヽonomie moderne !

Ainsi la responsabilit茅 du banquier est-elle particuli猫rement importante entre le 芦 trop 禄 et le 芦 pas assez 禄鈥 de cr茅dit !

Mais si, comme dans toute activit茅 茅conomique, le profit des banques est fonction des quantit茅s trait茅es, il est aussi fonction du 芦 diff茅rentiel 禄 pratiqu茅 entre les taux moyens de r茅mun茅ration de l鈥檃rgent 茅pargn茅, et celui de l鈥檃rgent pr锚t茅. Plus ce diff茅rentiel est 茅lev茅 et plus la banque gagne sur chaque op茅ration鈥

Certes les banques sont soumises au r茅gime de la concurrence mais dans un contexte o霉 elles sont un passage oblig茅 pour des acteurs 茅conomiques de plus en plus demandeurs de cr茅dits (sauf ralentissements conjoncturels), notre propos est d鈥檃ttirer l鈥檃ttention sur les marges pratiqu茅es en moyenne et sur le fait que la pratique d鈥檃bus ne peut que l茅ser l鈥檈nsemble du reste des circuits 茅conomiques. Les banques ont donc, avec les quantit茅s de cr茅dits allou茅s et leurs 芦 marges 禄, une responsabilit茅 de premi猫re importance鈥

Par ailleurs, et pour appuyer notre propos, les banques doivent 茅galement se soucier de l鈥檌nflation que le cr茅dit peut engendrer via les int茅r锚ts que l鈥檈mprunteur doit verser. En effet, du point de vue macro 茅conomique, le 芦 commerce du cr茅dit 禄 doit 锚tre source de croissance, 脿 la hauteur des int茅r锚ts qu鈥檌l suscite. Plus la quantit茅 de cr茅dit allou茅e est grande et/ou le taux du pr锚t 茅lev茅, plus la croissance doit l鈥櫭猼re! En cas de croissance insuffisante, il y a inflation (1).

Aux banques et autres organismes de pr锚t de tenir compte du risque d鈥檌nflation implicite 脿 l鈥檃llocation de cr茅dit鈥 鈥

Une nouvelle activit茅 florissante鈥

鈥 Le trading

Au centre de leurs activit茅s nouvelles et tr猫s 芦 productif 禄 se trouve, depuis les ann茅es 80 et particuli猫rement florissant depuis la fin des ann茅es 90 avec le d茅veloppement d鈥檌nternet, l鈥檃ctivit茅 boursi猫re des banques : le trading et ses surench猫res ; une v茅ritable 芦 machine 脿 bulles 禄鈥 脿 profits virtuels !

L鈥檃ctualit茅 a r茅cemment mis en lumi猫re les d茅rives de comportement de certains agents de trading et plus r茅cemment encore celui de banques qui鈥 continuent 脿 provisionner des 芦 bonus 禄 pour 芦 leurs traders 禄鈥

Alors la collectivit茅, au travers des pouvoirs publics, revendique l鈥檈ncadrement de cette activit茅 hautement sp茅culative鈥 qui engage 脿 nouveau et au plus haut niveau la responsabilit茅 des banques vis-脿-vis de l鈥檈nsemble de la soci茅t茅.

Mais que veulent les banques au nom de l鈥檌nt茅r锚t g茅n茅ral ? 鈥

Nous avons dit tohu-bohu鈥

Notre point de vue

Pour tenter d鈥檈xpliquer ce redressement spectaculaire, revenons sur les raisons donn茅es au risque de 芦 faillites bancaires 禄鈥.

- Des subprimes titris茅s : Mais alors, ce sont les 茅pargnants (qui se sont vus octroyer ces titres, le plus souvent dans un package plus ou moins opaque, qui ont fait les frais des subprimes ! Et mon voisin, mon cousin鈥 possesseurs de tels titres devraient 锚tre, par priorit茅, devenus les propri茅taires - au moins partiellement - d鈥檋abitations construites au Colorado, en Floride鈥ue leurs occupants, dans l鈥檌ncapacit茅 de payer leur 芦 mensualit茅s 禄 ont d没 quitter ! Et les banques n鈥檕nt pas 茅t茅 affect茅es par la crise des subprimes autant que cela a pu 锚tre laiss茅 entendre !

- Trop de games pour les traders : Ou bien les traders mettent en jeu des actions d茅tenues par les investisseurs priv茅s ou bien ils mettent en jeu les fonds propres de la banque pour laquelle ils 芦 travaillent 禄鈥 Dans le premier cas, s鈥檌l y a enregistrement de plus-value, le 芦 gain 禄 en revient 脿 la banque, au trader et 脿 l鈥檌nvestisseur actionnaire. Donc tout va bien pour tous. S鈥檌l y a 芦 perte 禄, la banque peut le d茅plorer mais la perte affecte surtout l鈥檌nvestisseur actionnaire qui voit son capital fondre鈥 En revanche, s鈥檌l y a prise de risque du trader jouant avec les fonds propres de 芦 sa 禄 banque, c鈥檈st la banque qui perd en cas d鈥櫭ヽhec. Mais alors, il n鈥檡 a pas de raisons 芦 statistiques 禄 pour penser que des pertes colossales puissent affecter un grand nombre de banques simultan茅ment鈥 sauf s鈥檌l y a des imbrications entre elles鈥 mais lesquelles ?

Donc au final, reste une crise 芦 psychologique 禄鈥 une crise de confiance 鈥 comme cela a 茅t茅 souvent dit apr猫s l鈥檈ffondrement d鈥檜ne banque 芦 phare 禄 am茅ricaine et l鈥檃ffaire des subprimes - ou plus justement encore la crainte des pouvoirs publics (plus qu鈥檜n risque rigoureusement 茅valu茅) de voir s鈥檈ffondrer le syst猫me bancaire international !

Cold case or not ? That鈥檚 the question鈥

Mais nous n鈥檌rons pas plus loin dans la tentative d鈥檃nalyse des causes ou des raisons 脿 un redressement aussi rapide des banques鈥 Nous nous contenterons d鈥檈nregistrer ce dernier comme de bon augure !

Malheureusement, en attendant et de son c么t茅, l鈥檃ctivit茅 茅conomique r茅elle est bien en panne鈥 avec des perspectives qui restent moroses et un grand besoin - m锚me s鈥檌l n鈥檈st pas toujours manifest茅 (le contexte de pr茅carit茅 de l鈥檈mploi induit une grande f茅brilit茅 des demandes de cr茅dits 脿 la consommation) - d鈥檜ne intervention tr猫s volontariste de la finance pour favoriser la relance !

Les banques doivent donc par priorit茅 en revenir 脿 leur premier m茅tier en soutien 脿 l鈥櫭ヽonomie r茅elle, en accepter les risques en cette p茅riode de r茅cession (se rappeler des ann茅es qui ont suivi le krach boursier de 1929).

Mais la r茅ussite d鈥檜ne telle relance passe par des marges tr猫s impr茅gn茅es du contexte, des taux du pr锚t de l鈥檃rgent tr猫s bas, en harmonie avec les (mauvaises) perspectives de croissance r茅elle. Le d茅fi que doivent relever les banques rel猫ve d茅sormais de l鈥檌nt茅r锚t (soci茅tal) g茅n茅ral鈥

Par ailleurs et par induction, le comportement des banques peut influencer celui des 茅pargnants et investisseurs (march茅 du capital oblige), pouvant amener les actionnaires 脿 revoir leur exigences de rentabilit茅 de leurs placements鈥 pour, au final, permettre des gouvernances d鈥檈ntreprises plus enclines au maintien de l鈥檈mploi avant tout et ainsi 茅viter, autant que faire se peut, le d茅veloppement d鈥檜n ch么mage d茅j脿 dramatiquement 茅lev茅鈥

De m锚me, le risque du trading doit (s茅rieusement) 锚tre encadr茅, activit茅 脿 revoir 脿 la baisse (d鈥檃utant plus qu鈥檈lle repose sur l鈥櫭﹙aluation de valeurs, 脿 venir, avec le risque de produire des richesses virtuelles, 茅ph茅m猫res, inflationnistes鈥).

Nous avons eu l鈥檕ccasion de montrer ce que pouvait apporter la r茅percussion du co没t du trading sur la r茅mun茅ration des traders pour aller dans le sens souhait茅 (2).

Install茅es souvent dans des immeubles de verre - symbole de fragilit茅- mais dans une mise en 艙uvre qui n鈥檃utorise pas la transparence attendue de ce mat茅riau, de leur 芦 hauteur 禄 dans les plus grands quartiers d鈥檃ffaires du monde, les banques doivent assumer la grande responsabilit茅 qui leur incombe dans la gestion de la crise en cours鈥 Mais en plus et en d茅passement 脿 cela, elles doivent 茅galement prendre part 脿 la r茅flexion de fond et plus que jamais n茅cessaire 脿 propos des d茅fis soci茅taux de plus long terme鈥

D茅cid茅ment, dur, dur d鈥櫭猼re banquier !

(1) Petite dissertation sur l鈥檌nflation

(2) La fid茅lisation des actionnaires passe aussi par la r茅mun茅ration des traders

Vous voulez poursuivre la lecture d'autres articles de Remi GUILLET, alors:

 

Thierry LHERMITTE acteur et business angel

Thierry lhermitteLorsque l'on lance un nouveau projet de cr茅ation d'entreprise pour s'assurer de l'existence d'une demande l'id茅al est d'avoir une aide indirecte d'institutions publiques qui par des d茅cisions r茅glementaires vont cr茅er ou stimuler le march茅.

Ainsi Charles BEIGBEDER a profit茅 de la lib茅ralisation des placements financiers souhait茅e par l'Europe pour lancer Self trade.

Puis toujours sous l'impulsion de l'Europe la France a du accepter la lib茅ralisation de l'茅nergie et voici que le m锚me BEIGBEDER lance POWEO et investi personnellement 2 millions d'euros.

Et bien une nouvelle 茅volution r茅glementaire va peut 锚tre b茅n茅ficier 脿 une autre personnalit茅...Thierry LHERMITTE, avec la loi HADOPI.

En effet l'adoption de la loi HADOPI va g茅n茅rer directement de nouveaux business.

Pour rappel la loi Hadopi doit permettre de lutter contre le t茅l茅chargement ill茅gale d'艙uvres artistiques avec diff茅rentes op茅rations:

  • comme la mise en place de dispositifs permettant d'identifier les internautes qui s'adonnent aux t茅l茅chargements ill茅gaux,
  • Suite 脿 cette identification, les internautes recevront un message d'avertissement,
  • En cas de r茅cidive, la justice sera saisie.

Pour rendre effective la loi HADOPI il faut donc 锚tre en mesure d'identifier les "coupables" et les informer des risques...Cela suppose des comp茅tences techniques sp茅cifiques pour surveiller la toile.... visiblement ce challenge serait pris en charge par la soci茅t茅 Trident Media Guard (TMG).

Cr茅茅e en 2002, TRIDENT MEDIA GUARD (TMG) a d茅marr茅 son activit茅 脿 partir d鈥檜ne solution technique logicielle d茅velopp茅e par les fondateurs pour contrer les t茅l茅chargements ill茅gaux de fichiers musicaux sur les r茅seaux peer to peer (P2P).

La mission de l鈥檈ntreprise est de fournir, de mani猫re plus g茅n茅rale, aux maisons de disques et studios de cin茅mas un service de protection de leurs 艙uvres 脿 partir de cette solution logicielle. Apr猫s avoir conquis l鈥檌ndustrie de la musique et de l鈥櫭ヾition vid茅o, la soci茅t茅 a d茅velopp茅 une solution pour prot茅ger les jeux vid茅os ainsi que les logiciels d鈥檜ne mani猫re plus g茅n茅rale. A ce jour, la soci茅t茅 compte plusieurs dizaines de clients parmi les acteurs les plus prestigieux de l鈥櫭ヾition musicale et cin茅matographique.

Comme l'indique pcinpact.com l'entreprise recevra par exemple de la part de la SACEM une dizaine de milliers de chansons 脿 surveiller afin d'identifier ceux qui sont ill茅gaux et surtout leurs h茅bergeurs....

Et savez-vous qui sont les partenaires financiers de cette entreprise ?

la socit茅 de capital investissement Ouest Venture sur Rennes,

et donc Thierry LHERMITTE....

D茅couvrant la capacit茅 de l'acteur 脿 prendre des risques 茅conomiques on peut s'interroger sur les relations capitalistiques qu'il pourrait avoir avec le site People For Cinema.

Vous connaissez tous le concept de My Major Compagny o霉 comment tout 脿 chacun est en mesure de devenir producteur d'un chanteur en investissement sur le d茅veloppement de son premier album avec en contrepartie une quote part sur le chiffre d'affaires. People For Cinema propose la m锚me d茅marche mais en permettant aux internautes de devenir producteur de film de cin茅ma.

Ainsi Le Siffleur, film sortie en salle mercredi dernier avec comme acteur principal...Thierry LHERMITTE, a 茅t茅 financ茅 ( pour une infime partie) par 72 producteurs associ茅s. Les mises officielles: entre 20 et 5 000 鈧.

Alors Thierry LHERMITTE 茅galement actionnaire de l'茅diteur du site People For Cinema???

 

Je ne suis pas Marc Simoncini

Photo JPM pour web 2008 sur 105Pourquoi ce titre 茅vident ?

Il y a quelques temps, pr茅cis茅ment le mardi 18 septembre 2007 j'avais publi茅 sur ce blog le billet suivant Vous cherchez un Business Angel: contactez Marc Simoncini le fondateur de Meetic.

Ce post avait pour objet de pr茅senter Marc SIMONCINI, non pas en tant que cr茅ateur de MEETIC mais de business angel.

En effet il venait d'investir 542 000 鈧 dans le site PRESTIGIUM qui propose, entre autre, aux utilisateurs un moteur de recherche d茅di茅 aux produits et services de luxe.

Ce site a une triple vocation: apporter de l'information et du conseil, proposer des articles et dossiers, permettre aux internautes de faire des achats.

Le mod猫le de financement du site est classique:

  • publicit茅,
  • commissions per莽ues sur les ventes. Par exemple si un internaute en cliquant sur un produit et redirig茅 vers le site du fabriquant (ou du vendeur) et que cela g茅n猫re une vente PRESTIGIUM percevra une commission,
  • ventes d'objets exclusifs. Par exemple avec la ST DUPONT

La soci茅t茅 avait 茅t茅 valoris茅e 3 071 333 鈧 avant son entr茅e. Ce faisant avec son apport il d茅tenait 15% du capital.

Suite 脿 ce post r茅guli猫rement je re莽ois des mails comme si j'茅tais Marc SIMONCINI...

En regardant derni猫rement l'茅mission capital sur M6, mes craintes sont devenus effectives. Apr猫s le passage de Marc SIMONCINI dans l'茅mission justement pour aborder son dernier investissement, que croyez vous qu'il arriva?

Les mails pour solliciter un rendez-vous augmentent, et cerise sur le g芒teau je re莽ois des appels t茅l茅phoniques: et devinez qui demande t-on?.....