ALTO-STUDIO
 

L'INSEE confirme l'augmentation du nombre de création d'entreprises

Comme le révèlent les chiffres de l'INSEE, le nombre annuel de créations d'entreprises nouvelles atteint 233 785 à fin novembre 2006.

Il s'agit d'une hausse de 4,5% par rapport aux valeurs constatées à fin novembre 2005, et de plus de 33% par rapport au mois de mai 2002, quand ce chiffre n'atteignait que 175 000 créations annuelles.

Excellente nouvelle... pour nos pépinière d'entreprises: et bien quoi? sans créateurs difficile de justifier l'intérêt de financer une pépinière d'entreprises sur fonds publics.

Un petit rappel: une pépinière d'entreprises met à disposition de créateurs d'entreprises au-delà de bureaux ou d'ateliers une équipe de consultants (chargé de missions...) afin de les accompagner gratuitement sur toutes leurs problématiques: fiscales, marketing, stratégiques, financière....

La gratuité étant un mythe (il y a toujours quelqu'un qui paye, même pour nos services publics), ce qui n'est pas pris en charge par le créateur est donc assumé par les contribuables citoyens et entreprises.

Ce faisant pour justifier cette "ponction" la pépinière d'entreprises doit être en mesure de justifier son apport en matière:
  • de nombre de cr√©ation d'entreprises,
  • de cr√©ations d'emploi
  • de valeur ajout√© cr√©√©e
 

France Investissement une nouvelle structure de financement pour rien?

Renaud Dutreil -Ministre des Petites et Moyennes Entreprises- insiste souvent sur l'intérêt de créer une nouvelle structure destinée à financer la croissance des PME.

Ainsi France Investissement va être lancée en reposant sur une branche publique, issue du Programme d'intérêt général [PIG] de la CDC, et une branche privée (banques, assurances...).

L'objectif étant de lever 2 milliards d'euros.

Chers amis entrepreneurs n'essayez pas de contacter un des membre de la direction de France Investissement, car cet organisme ne financera pas directement vos projets. Elle a pour vocation d'apporter des fonds supplémentaires à des structures (sociétés de capital investissement, FCPI...) qui elles mêmes seront chargées de les "placer" en finançant des entreprises.

C'est en cela o√Ļ je m'interroge sur les effets positifs de France Investissement sur la cha√ģne du financement du capital risque et de l'amor√ßage en France.

En effet si ces 2 milliards sont apportés à des fonds qui aujourd'hui n'investissent que très rarement dans les jeunes pousses l'intérêt me parait mineur.

Surtout qu'en ce qui concerne le capital développement et le capital transmission l'argent semble suffisant:
  • les soci√©t√©s de capital investissements et autres FCPR intervenant dans ce type d'op√©ration n'ont pas besoin d'argent suppl√©mentaire...ni d'√™tre stimul√©s.
Il faut espérer que France Gazelles établisse un cahier des charges précis quant aux fléchages et à l'utilisation des fonds.

Dans le cas contraire au-delà des effets d'annonce, le financement de la création d'entreprises à potentiel sera toujours délicat.

Pour m√©moire il y a deux ans on nous avait annonc√© que gr√Ęce √† l'apport d'argent frais des soci√©t√©s d'assurances ( elles s'engageaient √† apporter 6 milliards sur trois ans) le capital risque devrait √™tre valoris√©....on attend toujours....
 

Google lance un nouvel outil de veille sur les brevets US

Google vient de lancer Google Patent Search et ainsi permettre aux entrepreneurs américains de "trouver" plus rapidement des informations sur les brevets existants (plus de 7 millions).

Les recherches pourront être réalisées selon différents critères dont:
  • le nom de l'auteur/inventeur,
  • la classe du brevet,
  • la date et l'ann√©e de recherche.
Cela va permettre de simplifier encore plus les recherches d'antériorités sur des brevets américains.

Un outil équivalent en France serait intéressant: savez-vous si un contact entre Google et l'INPI est programmé ?

site: http://www.google.com/patents
 

Intégrer une communauté pour développer vos projets

Pour initier des démarches commerciales ou trouver des fonds permettant de financer vos projets, la participation à des conférences (comme le web 3 dernièrement) et l'intégration au sein de communautés peuvent être extrêmement utiles et efficaces.

Lorsque l'on parle communauté on pense directement à celle du web 2. Si vous faites un rapprochement entre les blogs les plus influents et les startups dernièrement lancées vous trouverez souvent les mêmes personnes: l'une étant prescripteur de l'autre, l'autre étant le business angel du premier

Le colloque WEB 3 a permis √† plus de 50 startups de se faire conna√ģtre et de rentrer en contact avec des financiers potentiels: 61 repr√©sentants du capital risque dont 30 fran√ßais √©taient pr√©sents. La liste de ces investisseurs sur le blog de Jacques FROISSANT (ici)

Au lieu de remettre en cause le bien fond√© de ces communaut√©s, o√Ļ chacun est potentiellement √† la fois fournisseur (d'id√©es, d'argent, de carnet d'adresses) et client, il convient plut√īt de tirer avantage de la situation o√Ļ vous pouvez tisser des liens professionnels et amicaux (l'un n'emp√™che pas l'autre).

Il existe des communautés bien plus anciennes qui elles aussi ont fait leur preuve en matière de
¬ę tissage ¬Ľ de liens professionnels. Je vous en propose quelques unes:

CROISSANCE PLUS:
  • Pr√©sident: Geoffroy ROUX de BEZIEUX
    Présentation: Créée en 1997, Croissance Plus est une association professionnelle d'entrepreneurs qui fédère les dirigeants d'entreprises en forte croissance et leurs partenaires (grandes banques, cabinets d'avocats, de conseil, d'audit, d'expertise-comptable, de recrutement, de capital-risque, business angels?).

    Ses membres, implantés dans toute la France, sont issus de tous les secteurs de l'économie (High Tech, biotech, services, industrie ?). Quelques noms : Steria, Coriolis Telecom, Ubisoft, Skuld-Tech, Expectra/Vedior, The Phone House, Micropole-Univers, Business Interactif, Poweo, Kiala, Acticall, Le Public Système, Anne Fontaine, Virgin Mobile et bien d'autres?
  • Objectifs: r√©unis au sein de Croissance Plus, leurs dirigeants se battent pour imposer un nouveau mod√®le entrepreneurial, soutenir la cr√©ation d'entreprises et d'emplois, tout en partageant les fruits de la croissance.
  • Crit√®res pour int√©grer croissance plus:
    Pour les entreprise ¬ę matures ¬Ľ:

    - avoir un chiffre d'affaires en croissance sur les 5 dernières années
    - et/ou avoir augmenté ses effectifs significativement
    - associer les salariés au capital et/ou aux résultats de l'entreprise

    Pour les jeunes entreprises (Start-up) : avoir l'ambition d'une forte croissance
Site: http://www.croissanceplus


MIDDLENEXT:
  • Pr√©sident: Guy MAMOU MANI
  • Pr√©sentation: MiddleNext est une association professionnelle fran√ßaise ind√©pendante exclusivement repr√©sentative des PME/PMI cot√©es. Elle constitue une interface entre les dirigeants d'entreprises cot√©es, les acteurs institutionnels, les Pouvoirs Publics et les instances europ√©ennes.

    MiddleNext est un creuset o√Ļ les √©changes d'id√©es, en toute libert√© et objectivit√©, sont le fondement d'innovations pratiques capables de faire progresser les entreprises et leur environnement.
    Elle fédère une centaine d'entreprises cotées, petites et moyennes dont la capitalisation n'excède pas deux milliards d'euros, représentant un poids économique significatif, et présentes dans presque tous les secteurs d'activités.
  • Objectifs:
    Proposer des solutions concrètes afin de préserver l'environnement économique, financier et boursier des entreprises cotées en levant les obstacles, les freins et les rigidités réglementaires, étatiques ou corporatistes.

    Accompagner les dirigeants d'entreprises cot√©es dans l'acquisition et la ma√ģtrise des techniques boursi√®res essentielles √† l'optimisation de leur cotation en Bourse, dans le respect des pratiques √©thiques et transparentes.

    Fédérer les dirigeants d'entreprises cotées autour de valeurs et d'objectifs communs et partagés, dans un lieu d'échange d'expériences et de réflexion exclusivement dédié aux PME/PMI cotées.
  • Site : http://www.middlenext.com/index.htm
ASMEP (association syndicale des moyennes entreprises patrimoniales)
  • Pr√©sident: Yvon GATTAZ
  • Pr√©sentation: Cette association cr√©√©e en 1995 a pour vocation de repr√©senter les petites et moyennes entreprises (PME) soit celles qui ont un effectif inf√©rieur √† 3 000 salari√©s.
  • Objectifs: L'association regroupe de nombreuses entreprises familiales et √† pour objectif de faire diminuer la fiscalit√© portant sur les PME/PMI tout en favorisant la transmission de ces derni√®res.

ETHIC:
  • Pr√©sident: Sophie de MENTHON
  • Pr√©sentation: Fin 1975, Yvon Gattaz et 25 chefs d'entreprise ouverts au progr√®s, ont cr√©√© le mouvement ETHIC (√† l'√©poque Entreprises de Taille Humaine Industrielles et Commerciales, appellation devenue Ind√©pendantes et de Croissance) dont le sigle n'√©tait pas fortuit car ils souhaitaient ardemment que les entreprises adh√©rentes d√©finissent et pratiquent une √©thique intransigeante.

    Dès sa création, le mouvement ETHIC rédigea une charte que tous ses membres devaient accepter et qui comprenait six articles essentiels pour l'entreprise dont: Sincérité des comptes fiscaux, Impératif de rentabilité, Recherche permanente de l'harmonie sociale, Prise en compte de l'intérêt général...
  • Objectifs:

    - recenser et étudier les problèmes auxquels sont confrontés des entreprises
    - réconcilier l'opinion et les entrepreneurs
    - apporter des solutions novatrices s'adressant aux dirigeants des entreprises, aux organisations professionnelles et aux pouvoirs publics,
    - travailler à un meilleur environnement des entreprises, concurrentiel, affranchi de positions monopolistiques, de contraintes administratives et fiscales abusives, de privilèges liés au nombre croissant de statuts particuliers ?
  • Site : http://www.ethic.fr/
CJD (Centre des jeunes Dirigeants):
  • Pr√©sident: Thomas CHAUDRON
  • Pr√©sentation: Le CJD a √©t√© fond√© en 1938 par une poign√©e de jeunes patrons pour mettre l'√©conomie au service de l'homme.
    Si vous partager les valeurs du CJD, que avez moins de 45 ans, que vous exercez des fonctions de direction dans une entreprise, avec des responsabilités managériales, vous pouvez devenir membre du CJD.

    Partout en France:

    - chaque mois, plus de 250 réunions de Jeunes dirigeants,
    - chaque année, plus de 120 thèmes différents de commissions
    - un maillage avec plus de 300 intervenants experts
    - au total plus de 2 500 jeunes dirigeants
  • Objectifs: Chaque jeune dirigeant, entrepreneur re√ßoit aide, conseils, accompagnement. Il travaille dans une commission et √©change autour d'un th√®me relatif:

    - à l'entreprise (management, compétences, stratégie, gestion, finance )
    - à son environnement (Europe, formation professionnelle, développement durable)
  • Site : http://www.cjd.net
  • Site pour d√©terminer le Cjd proche de chez vous : http://www.cjd.net/Default.aspx?tabid=77
CGPME :
  • Pr√©sident: Jean-Fran√ßois ROUBAUD
  • Pr√©sentation: Ce regroupement fond√© en 1994 regroupe les entreprises de 1 √† 250 personnes, donc s'adresse principalement au tissu √©conomique de notre pays qui est compos√© de TPE et de PME.
  • Objectifs:
    La CGPME s'engage à représenter et à défendre les intérêts des entreprises:
    - à travers la participation aux instances de concertation officielles, notamment dans les domaines social et économique
    - en tant que porte-parole des intérêts des PME lors des discussions qu'elle pratique avec les différents interlocuteurs sociaux
    - à travers la participation à des instances et organismes internationaux
  • Site: http://www.cgpme.org/
MEDEF (Le Mouvement des Entreprises de France)
  • Pr√©sident: Laurence PARISOT
  • Pr√©sentation: Le Mouvement des Entreprises de France, MEDEF, a √©t√© cr√©√© par Ernest-Antoine Seilli√®re le 27 octobre 1998. Premi√®re organisation d'entrepreneurs de France, le MEDEF, repr√©sente plus de 750 000 entreprises de toutes tailles et de tous secteurs (industrie, commerce, services), sur l'ensemble du territoire.

    35% de ses adhérents ont moins de 10 salariés
    70% de ses adhérents ont moins de 50 salariés.
  • Objectifs: A travers son r√©seau territorial et professionnel, le MEDEF:

    - assure la promotion des entrepreneurs et de l'esprit d'entreprise dans notre pays et favorise des vocations d'entrepreneurs,
    - offre informations et appuis aux entrepreneurs dans tous les domaines touchant à la vie et au développement de leurs entreprises,

    Le réseau MEDEF c'est aussi des milliers d'experts, 7.000 entrepreneurs qui travaillent au sein des groupes de propositions et d'actions (GPA) et des groupes de travail et 35.000 mandataires patronaux.
  • Site: http://www.medef.fr
 

Des créateurs d'entreprises trop "scotchés" à leur entreprise ?

Le programme Gazelles a été lancé en mai 2006 par l'identification de 2 000 entreprises à fort potentiel car ayant affiché un taux de croissance de leur chiffre d'affaires de plus de 80% entre 2003 et 2004.

Les prestations proposées (voir billet ici) doivent leur permettre de continuer sur leur lancée.

Un questionnaire leur a été présenté afin de mieux les identifier : l'on apprend que sur les 2 000 entrepreneurs lauréats 120 (6%) pensent qu'ils cèderont leur entreprise dans 5 ans.

Ce chiffre parait très faible, car je croyais que l'approche patrimoniale de l'entreprise (on crée une entreprise pour la vie et pour la transmettre à ses enfants) était en phase de disparition dans la nouvelle économie.

Cet attachement particulier, voire cette dépendance existentielle pour certains, constitue également un frein pour le développement du capital risque en France.

Un financier professionnel sera d'autant plus motivé par une entrée au capital d'une entreprise que la phase de cession à un industriel ou sur le marché boursier est réellement envisagée.
Dans le cas contraire la plus value résultante du rachat par le créateur des actions appartenant à la société de capital risque sera moins élevée car dépendante de la capacité d'endettement de l'entrepreneur.

Loin de moi l'idée d'imposer une norme en la matière, le serial entrepreneur est aussi légitime qu'un entrepreneur pariant sur le long terme. J'insiste juste sur une certaine divergence entre la vision d'une entreprise selon les sociétés de capital risque et celle majoritaire des entrepreneurs.

Cette divergence n'est pas gênante tant que l'on n'a pas besoin de capitaux risqueurs ou de business angels (lire ici) pour se développer.