ALTO-STUDIO
 

Un instant je me suis imaginé japonnais.....

Comme vous le savez le problème de financement des entreprises explique en grande partie le différentiel de création d'entreprises que nous pouvons constater avec nos pays voisins ou plus éloignés.

Il est un pays où malgré la croisance économique et la faiblesse du taux de chomage (moyenne de 4%) on continue de proposer de nouvelles mesures afin de favoriser la sphère économique.

Au Japon un particulier qui investit dans une entreprise peut déduire la moitié du montant investi de ses impôts qu'il devra payer au titre de ses plus-values.

  • Ainsi un particulier qui achete une action 100 euros et qui la revend 500 euros va rĂ©aliser un plus value de 400 euros.
  • Sans le dispositif fiscal il aurait dĂ» s'aquitter d'un impĂ´t de 80 euros (20% par exemple), mais grâce Ă  cette politique de stimulation du financement de la crĂ©ation d'entreprises il ne sera redevable que de 30 euros ( 80- 100/2) soit une Ă©conomie de 62,5%

Ce type de mesure a permis de multiplier par 10 le nombre de business angels.

Là encore les autorités japonnaise se sont inspirées du mécanisme fiscal des Etats Unis (autant s'inspirer de ce qui marche).

En France nous sommes trés loin de cette efficacité avec des mécanismes fiscaux compliqués et peu motivants:

  • les possibilitĂ©s de dĂ©duction fiscale sont toujours plafonnĂ©es Ă  des niveaux trop bas. Par exemple le dispositif Madelin:

Les investisseurs, qui sont des particuliers, bĂ©nĂ©ficieront d'une rĂ©duction d'impĂ´t lors de l'entrĂ©e au capital de l'entreprise financĂ©e : 25% des sommes investies, dans la limite du plafond de 40.000 euros pour un couple. Pas assez stimulant....

  • et lorsqu'il existe des dispositifs fiscaux qui vont dans le bon sens ils sont supprimĂ©s comme celui indiquĂ© ci-dessous:

Pour les particuliers qui avaient financé la création d'une entreprise en participant au capital, si cette dernière déposait le bilan pendant les 8 prochaines années, ils pouvaient bénéficier d'une déduction de leur impôt sur le revenu égale au montant de leur souscription.

La dĂ©duction Ă©tait limitĂ©e annuellement Ă  :



- 60 000 euros pour un couple marié

- 30 000 euros pour les autres contribuables

Bon n'en parlons plus.....

 

Un fonctionnaire peut créer une entreprise en minimisant les risques d'echec

Carte de la franceA compter du 1er juillet 2007 tout fonctionnaire souhaitant créer ou reprendre une entreprise aura la possibilité de cumuler ses fonctions au sein de l'administration et celles relatives à la création ou à la reprise d'une entreprise.

Ce cumul est valable 1 an renouvelable une fois.

De plus les fonctionnaires peuvent être associés dans une SARL ou être actionnaires d'une SA (SAS); autrement dit détenir des titres de propriétés d'entreprises ( actions ou parts sociales). En conséquence un fonctionnaire peut tout à fait obtenir une "rémunération" complémentaire sous la forme de dividende.

A précisé que les personnels enseignants, techniques ou scientifiques des établissements d'enseignement et les personnes pratiquant des activités artistiques seront autorisés à exercer les professions libérales découlant de leurs fonctions.

Source : loi n° 2007-148 du 2 fĂ©vrier 2007, Journal officiel du 6 fĂ©vrier 2007, p.2 160

Ce type de dispositif est intéressant car tout ce qui peut stimuler la création d'entreprises est "bon à prendre".

NĂ©anmoins au lieu de stimuler une catĂ©gorie professionnelle qui reste assez Ă©loignĂ©e de la logique de la crĂ©ation d'entreprises ne vaudrait il pas mieux stimuler des catĂ©gories qui par nature sont dĂ©jĂ  plus portĂ©es Ă  prendre des risques ?

Faut il rappeler qu'une des motivations principales pour intégrer l'administration réside dans la sécurité de l'emploi qu'elle propose.

Si l'on souhaite avoir une visibilité assurée sur sa rémunération et sur son poste de travail il ne faut surtout pas envisager la création d'une entreprise:

  • La plupart des entreprises que nous accompagnons au sein de la pĂ©pinière d'entreprises de Narbonne ont une visibilitĂ© Ă  6 mois sur leur chiffre d'affaires.
  • Pas Ă©vident de continuer Ă  ĂŞtre serein lorsque vous ne savez pas qui sera votre prochain client et qu'elle sera vĂ©ritablement le chiffre d'affaires de l'entreprise.

Il sera intéressant d'évaluer combien de fonctionnaires auront sauté le pas courant 2007/2008 suite à ces mesures.

A suivre donc....

Actualisation septembre 2009:

Il me semble opportun de corriger la "tournure de ce billet". En effet ce dernier date de février 2007 et l'affirmation de l'époque reprise ci-dessous appelle un commentaire:

"Néanmoins au lieu de stimuler une catégorie professionnelle qui reste assez éloignée de la logique de la création d'entreprises ne vaudrait il pas mieux stimuler des catégories qui par nature sont déjà plus portées à prendre des risques ?"

Il suffit de lire le nombre de commentaires (250) lié à ce billet, de constater l'engouement de nombreux fonctionnaires pour bénéficier du régime de l'auto entrepreneur pour contredire cette affirmation:

Il n'y a plus de frontière entre la sphère du fonctionnariat et celle de l'entrepreneuriat...

Je suis ravi de mettre trompé: car une nouvelle clientèle va taper aux portes de nos pépinières d'entreprises...

A bientĂ´t alors....

 

Colloque sur les fusions et acquisitions pour les PME

Vendredi 19 janvier j'étais à Montpellier pour une conférence sur « Les Fusions-acquisitions: stratégies financières à la portée des PME ? »

Au-delà de la problématique qui m'intéresse dans le cadre de mes missions, l'initiateur de la conférence (Patrick Sentis) dirige le Master Finance que j'ai suivi (il y a plus de 12 ans) mais à l'époque on parlait de DESS Finance.

Ce premier vidéo podcast comprend:

1- l'allocution de bienvenue
  • Patrick SENTIS, Professeur des universitĂ©s Ă  l'UniversitĂ© Montpellier 1, Professeur affiliĂ© au groupe Sup de Co Montpellier, Directeur du Master Finance, Directeur du CR2M
2- Le Premier thème: Les Opérations de fusion acquisition concernent aujourd'hui aussi les PME
  • Jean-Jacques BONNAUD: ancien Directeur de Cabinet du Ministre de l'Industrie, PrĂ©sident de Galaxy Fund (filiale de la Caisse des DĂ©pĂ´ts et Consignations), PrĂ©sident de Valeur capital SA (ENA-IEP Paris)
.
Durée de la vidéo: 30 minutes (après avoir cliqué sur play attendre quelques secondes)

 

Intégrer une communauté pour développer vos projets: la preuve....

Pour initier des démarches commerciales ou trouver des fonds permettant de financer vos projets, lors d'un précédent billet (ici), je vous avez incité à participer à des colloques et autres manifestations afin d'élargir votre relationnel et augmenter les opportunités de business.

Pierre CHAPAZ (qui participe aux projets NETVIBES, PHOTOWAYS...) sur son blog (ici) vient d'indiquer que pour financer WIKIO il avait fait le tour des sociétés de capital risque pour finalement porter son choix, entre autre, sur Lightspeed (ici) , un fond de la Silicon Valley dont il a fait la connaissance à la conférence Web2 Summit de San Fransisco cet automne (CQFD).
 

Et si vous releviez le challenge de la création d'entreprises en une semaine ?

Fort de son expérience de plus de 20 ans dans l'accompagnement de projets innovants, l'Incubateur Technologique de l'Ecole des Mines d'Alès organise en 2007 son 10 ème séminaire de création d'entreprise.

Vous souhaitez « toucher » de près les problématiques de la création d'entreprises, l'Ecole des Mînes d'Alès vous propose le challenge suivant :
  • Lundi 29 janvier plusieurs Ă©quipes seront constituĂ©es (de 3 Ă  4 personnes). Avec des consultants en crĂ©ativitĂ© vous aurez la journĂ©e pour imaginer un produit ou service innovant.
  • Le reste de la semaine, avec l'appui de consultants en marketing et finance vous travaillerez Ă  l'Ă©laboration d'un business plan. Ce dernier sera prĂ©sentĂ© devant un jury de professionnel le vendredi suivant.
Votre serviteur sera également présent lors de ce challenge fort original et formateur pour des personnes qui par curiosité souhaitent connaître les enjeux de la création d'entreprises mais également pour des personnes qui souhaitent vraiment créer leur entreprise.

Le programme détaillé:

Lundi 29 janvier:

- Travail par Ă©quipes de 3 Ă  4,

- Encadrement personnalisé par des experts en veille, créativité, finance, marketing et propriété intellectuelle,

- Conférence sur la création d'entreprise et la structure d'un plan d'affaires,

- Conseils en Veille Technologique.

- Séance de créativité.

- Choix du projet de création, grâce à la mise à disposition d'outils logistiques et informatiques.

Mardi 30, Mercredi 31 janvier et Jeudi 1er FĂ©vrier:

- DĂ©veloppement de chaque projet par Ă©quipe, avec l'appui de binĂ´mes de conseillers (financiers, marketing),

- Rencontres avec des porteurs de projets et chefs d'entreprises,

- Rendez-vous individuels avec un avocat en propriété intellectuelle.

Vendredi 02 FĂ©vrier:

- Présentation des plans d'affaires devant un jury d'experts.

Les objectifs du séminaire:

- Révéler votre potentiel entrepreneur à travers le développement d'un projet,

- Apprécier la richesse du travail en équipe,

- Appréhender les différentes étapes d'un plan d'affaires,

- DĂ©mystifier les questions de gestion et de marketing,

- DĂ©fendre un projet devant un jury d'experts.

Pour toutes inscriptions ou informations contacter de ma part:
Christine CERRUTI 04 66 38 70 80