ALTO-STUDIO
 

Un classement des pays en fonction de leur capacité à financer les entrepreneurs

Une étude intéressante de l'institut MIKEN puisqu'elle a pour objet de classer les pays en fonction de leur capacité à financer les entreprises.

Ainsi chaque pays est étudié en prenant en compte:

  • l'environnement macroĂ©conomique,
  • les institutions Ă©conomiques,
  • le nombre et le poids du système bancaire,
  • les possibilitĂ©s d'accès au financement sous la forme d'obligation,
  • les modalitĂ©s d'accès au financement en capital investissement et capital risque,
  • les possibilitĂ©s d'accès aux capitaux internationaux.

RĂ©sultat de l'Ă©tude:

  • la France rĂ©trograde et passe de la 20 ème Ă  la 23ème place du classement, loin derrière l'Allemagne qui conserve sa 15ème place cette annĂ©e,
  • le Canada est la 4 ème place ( ce pays n'arrĂŞte pas de collectionner les trophĂ©es: Ă©quilibre des finances...)
  • les Etats-Unis sont Ă  la 5ème place.
 

La publicité sur votre blog vous permet de toucher des commissions? Quoi déclarer et à qui?

Une info intéressante dans le Droit du Net:

"Plusieurs sociétés proposent aux créateurs de sites des systèmes d'affichage de bandeaux publicitaires, de partenariat ou d'affiliation en contrepartie d'une rétribution. Comment devez-vous déclarer ces revenus ?

MĂŞme si les sommes versĂ©es sont relativement faibles, deux obligations distinctes s'imposent Ă  vous : une obligation d'inscription en qualitĂ© de travailleur indĂ©pendant et une obligation de dĂ©claration aux autoritĂ©s fiscales des sommes perçues.

L'inscription comme travailleur indépendant

Dès lors que vous percevez directement de l'argent pour l'affichage de bandeaux publicitaires ou par le biais de partenariats ou d'affiliations, vous êtes dans l'obligation de vous faire immatriculer comme travailleur indépendant.

Une telle inscription est possible par le biais du Centre de formalités des entreprises (CFE) disponible auprès de chaque Chambre du commerce et de l'industrie.

Deux consĂ©quences en dĂ©coulent pour vous :

  • vous obtenez un numĂ©ro d'immatriculation qui peut, le cas Ă©chĂ©ant vous ĂŞtre demandĂ©, et vous devrez vous acquitter de cotisations sociales qui seront proportionnelles aux revenus perçus. Les deux premières annĂ©es, le montant trimestriel des cotisations Urssaf sera forfaitaire (218 euros en 2006, augmentĂ© de 50 % en 2007). Il est par ailleurs possible d'obtenir des facilitĂ©s de paiement (report des premières cotisations, paiement Ă©chelonnĂ©...). Si vous justifiez pour l'annĂ©e 2006 d'un revenu professionnel infĂ©rieur Ă  4 336 euros, les montants perçus vous seront remboursĂ©s.

En cas de cumul de ces revenus avec une activité salariée, vous êtes susceptible de bénéficier d'une exonération des cotisations sociales sous certaines conditions.

  • En outre, des inscriptions supplĂ©mentaires peuvent ĂŞtre nĂ©cessaires auprès des diverses caisses d'assurance maladie ou d'assurance vieillesse.

Les déclarations fiscales

Comme pour tous les revenus d'activité (salaires, mobiliers) vous êtes dans l'obligation de déclarer chaque année les revenus perçus dans le cadre de ces partenariats. Cette déclaration s'opère à l'aide du formulaire 2042 C qui n'est pas fourni directement par l'administration fiscale, mais peut être obtenu soit auprès de votre centre des impôts, soit en téléchargement sur le site impots.gouv.fr. Si les sommes perçues ne dépassent pas le montant de 27 000 euros HT, vous bénéficiez du régime dit micro-BNC (bénéfices non commerciaux), avec cependant la possibilité d'opter pour le régime de la déclaration contrôlée.

Par ailleurs, vous n'êtes pas redevable de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) dès lors que le montant annuel des sommes perçues au titre de ces partenariats de vos commissions n'excède pas 27 000 euros HT, en application de l'article 293 B du code général des impôts qui limite toutefois cet avantage au non-dépassement de certains seuils.

En franchise de TVA, si vous devez Ă©mettre une facture, vous serez dans l'obligation de prĂ©ciser explicitement que « la TVA n'est pas applicable conformĂ©ment Ă  l'article 293 B du CGI ».

 

L'OpenCoffee Club: Une nouvelle opportunité de se rencontrer

Pour favoriser le développement de votre business (recherche de clients, de sous-traitants, de business angels..) il est indispensable de créer un réseau relationnel le plus large possible afin d'être en mesure de saisir toutes les opportunités.

Dans un billet précédent, Intégrer une communauté pour développer vos projets, nous avions abordé cette question et fait référence à différentes organisations/structures.

Dans la même logique le lancement des rencontres "OpenCoffee Club" pour la première fois à Paris le 15 mars au Starbucks Coffee Opera me semble une initiative intéressante.

Le concept est indiqué sur le blog de Louis Van Proosdij Duport:

"Initié par Saul Klein, c'est le souhait de disposer de lieux de rencontre habituels, ouverts et reconnus, où entrepreneurs et investisseurs (et quiconque a envie de s'y joindre) peuvent se réunir de manière totalement informelle.

La clé c'est un lieu habituel à l'heure habituelle. Peu importe qui vient, parfois peut-être pas grand monde, l'important étant que chacun sache que s'il veut faire des rencontres, c'est dans tel lieu et à telle heure. Pas de pression, c'est chaque semaine. Pas denjeux, on vient boire un café et discuter de manière informelle.

L'idée est de répliquer le concept dans toutes les grandes villes à travers le monde, et de créer ainsi des points de rencontre favorisant les échanges. Une liste des lieux, par ville et par pays va s'établir (wiki en cours)."

 

Une association de Business angels:SBA

Le Sophia Business Angels Club ( SBA ) est une structure qui regroupe des business angels afin de financer la création et le développement d'entreprises sur le territoire de Sophia Antipolis. Leurs membres interviennent souvent à plusieurs sur un projet et très tôt dans le processus de création de l'entreprise.

Exemples d'entreprises financées par le passé:

  • Daclem, spĂ©cialisĂ©e dans les services qui aide des entreprises amĂ©ricaines des tĂ©lĂ©communications a commercialiser leurs produits en Europe et dans laquelle 3 membres du club ont investi au premier tour.
  • ConvergenceX, qui conçoit des logiciels de domotique. Si cette entreprise est basĂ©e Ă  Londres, l'essentiel du R&D est fait Ă  Sophia Antipolis.

Pour en savoir plus :

www.sophiabusinessangels.com

Sophia Business Angels Linda Tel : 06 09 78 31 48 stnlinda@aol.com

C/O Fondation Sophia Antipolis Place Sophie Laffitte BP 217 06904 Sophia Antipolis cedex

 

Vous pensez tout savoir sur les différents moyens pour vous faire régler? on vérifie ?

1-le chèque

Règlement classique qui permet à votre client de donner l'ordre à sa banque de vous payer.

Si votre client n'a pas sur son compte la somme correspondante au montant du chèque, le chèque sera rejeté et votre client:

  • encourt le risque de ne pouvoir plus avoir la possibilitĂ© d'utiliser l'ensemble de ses moyens de paiement (chĂ©quier et carte bleue) tant que l'incident ne sera pas rĂ©gularisĂ©, c'est-Ă -dire tant qu'il ne vous aura pas rĂ©glĂ©.
  • devra payer des frais.

Le chèque est un moyen de paiment et non pas un instrument « de crĂ©dit » permettant un dĂ©calage d'encaissement ou de paiement.

Ainsi quelque soit la date qui sera indiquée sur le chèque vous aurez la faculté de le déposer sur votre compte quand vous le souhaiterez et ce pendant 1 an et 8 jours à compter de sa date d'émission.

2- Le virement

C'est le moyen le plus rapide pour vous puisque votre client donne l'ordre à sa banque de débiter son compte pour créditer le votre et ce sans aucun support papier, l'opération étant réalisée de manière informatique.

3- Le virement commercial

Le virement commercial présente la même démarche que celle du virement classique sauf que le virement sur votre compte va être réalisé en fonction d'une date, d'une échéance indiquée par votre client.

4 - La lettre de change

La lettre de change est un document par lequel votre entreprise indique par exemple que:

Monsieur SEGO vous doit la somme de 10 000 euros avec un paiement prévu le 15 mars 2007. Ainsi votre entreprise va devoir indiquer sur la lettre de change: le nom du débiteur (client), ses coordonnées bancaires, dates d'émissions et d'échéances.

La lettre de change constitue un moyen de règlement mais également pour votre entreprise la possibilité d'accorder à votre client un délai de paiement.

5-La lettre de change relevée (LCR)

La lettre de change relevée présente les mêmes caractéristiques que la lettre de change classique sauf qu'elle est complètement dématérialisée. Ce faisant votre entreprise créée la LCR informatiquement en indiquant les mêmes champs (nom, coordonnées bancaires) que pour une lettre de change papier. Ce fichier va être adressé à votre banquier qui va l'adresser à votre client via le Système Interbancaire de Télécommunication.

La lettre de change relevée constitue un moyen de règlement mais également pour votre entreprise la possibilité d'accorder à votre client un délai de paiement.

6-Le billet Ă  Ordre

Le billet à ordre est l'opération inverse à celle de la lettre de change. En effet dans ce cadre c'est votre client qui utilise un support papier afin de reconnaître une dette avec un engagement de paiement daté.

La Billet à ordre constitue un moyen de règlement mais également pour votre entreprise la possibilité d'accorder à votre client un délai de paiement.

7- Le billet à Ordre Relevé (BOR)

Même caractéristique que précédemment sauf que le billet à ordre n'est pas sur support papier mais informatique. La Billet à ordre constitue un moyen de règlement mais également pour votre entreprise la possibilité d'accorder à votre client un délai de paiement.

Alors vous saviez tout ?