ALTO-STUDIO
 

Vous connnaissez les "Dé-fusions"?

billaardNous continuons d'assister jour après jour à des rapprochements d'entreprises qui en fusionnant mutualisent des moyens et réalisent ainsi des économies d'échelle.

Parall√®lement d'autres entreprises ou plut√īt des multinationales font l"inverse. Alors qu'elles ont atteint une taille critique ces derni√®res proc√®dent √† la cession de certaines unit√©s qu'elles avaient pr√©alablement achet√©es ou alors cr√©√©es.

Les cessions peuvent être réalisées sous la forme de spin off:

Cette technique consiste par exemple a créer une entreprise qui va reprendre l'activité ou la division en question, puis procéder à la cession de l'ensemble ou d'une partie du capital à un tiers.

Les cessions peuvent être réalisées simplement par le vente d'une filiale déjà existante.

Cette stratégie de "Dé fusion" concernerait entre autre Virgin Group qui souhaite céder certaines de ses divisions.

Les cessions pourraient √™tre r√©alis√©es sur la march√© boursier: Virgin Mobile USA est en cours de cotation √† la Bourse de New York et selon le Times, Virgin Active(cha√ģne de clubs de sport) pourrait en faire de m√™me.

Les cessions pourraient être également réalisées auprès de société de capital investissement, comme cela pourrait être le cas avec la compagnie aérienne Virgin Atlantic.

La holding conservera une participation dans chacune des entit√©s c√©d√©es afin de pouvoir avoir une certaine ma√ģtrise de la marque et continuer √† pouvoir lancer de nouveaux business en s'appuyant sur un existant qui gr√Ęce √† l'apport de nouveaux actionnaires devrait √™tre encore plus solide.

Pour Virgin Group visiblement il ne s'agit pas seulement d'une opération de valorisation du capital, Richard Branson semble rechercher un nouveau modèle de développement:

On crée une division, un business puis on la développe, puis on en cède une partie pour réaliser d'autres opérations tout en pouvant continuer de bénéficier du précédent business lancé entre autre au niveau des synergies.

Ce faisant l'image plut√īt n√©gative qui entoure les cessions d'activit√© lorsqu'elles sont r√©alis√©es par des groupes (cession d'actif, d'entreprise...) va peut √™tre √©voluer. Car le cas Virgin ne rel√®ve pas d'un probl√®me de tr√©sorerie (15 milliards d'euros de revenus sur 2006) ou d'une restructuration mais d'une volont√© d'asseoir son d√©veloppement sur d'autres mod√®les.

Et visiblement il n'a pas tort car face à sa demande de financement (c'est une chose d'être vendeur cela en est une autre de trouver un acheteur) l'offre s'organise et pas des moindres.

Richard Branson pourrra probablement obtenir quelques financement du nouveau géant du capital investissement:

Blackstone qui a levé plus 21,7 milliards de dollars (record de tous les temps) pour les investir dans des entreprises qui justement souhaitent Dé fusionner.

 

LA TVA SOCIALE C'EST DE LA PSYCHOLOGIE...

TVAsocialeFace au déficit de la sécurité sociale le gouvernement SARKOZY étudie la création d'un "truc fiscal".

Pourquoi "truc fiscal"?: parce qu'à ce jour le nom de ce nouveau machin fiscal n'est pas encore arrêté: il y a eu la "TVA sociale", puis la "TVA anti-délocalisation"...la suite au prochain numéro.

Je ne me suis pas penché particulièrement sur la question quant au bien fondé de ce mécanisme; ce faisant je n'émets ici qu'un sentiment à l'égard de la "TVA SOCIALE" plus qu'un avis rationnel et tranché....donc tout peut changer.

Néanmoins une question reste en suspens: quid du risque inflationniste?

Selon les √©conomistes les points de vue divergent: pour les uns dans les pays o√Ļ cela a √©t√© pratiqu√© il n'y a pas eu d'inflation et pour d'autres il y a bien eu une inflation des prix.

Pour compliquer un peu plus la réflexion il va en va de l'économie comme dans nombreuses matières: "comparaison n'est pas raison..."

Pour compliquer toujours plus on peut rajouter une pincée de psychologie ( je vous vois déjà esquisser un léger sourire en vous disant " et bien voici que capitalsocial se lance dans la psychologie...Tant pis pour vous je continue...)

Pour rappel l'objectif est de transférer les cotisations sociales payées par les salariés et les entreprises sur la TVA.

Prenons un exemple simple: celui d'une entreprise qui fabrique une seul produit par mois avec un salarié.

A gauche vous y trouverez les modalités de calcul de la TVA classique et à droite l'instauration de la TVA sociale.

En comparant les deux formules celle de gauche et celle de droite on note:

  • une annulation des charges sociales pay√©es par les entreprises et les salari√©s
  • une forte augmentation de la TVA puisque celle ci passe de 637 euros √† 1687 euros afin que les caisses de l'Etat ne se vident pas.

En effet cet exemple nous montre que la TVA sociale présente une difficulté pour le budget de l'état: Comment reprendre d'une main ce qui a été donné de l'autre (l'exonération des charges) ?

En effet la TVA "classique" est calculée sur le montant du prix de vente hors taxes qui lui comprend les charges sociales.

Ce faisant s'il y a suppression des charges sociales (et maintient du salaire net et du profit de l'entreprise) m√©caniquement va ce produire une baisse des rent√©es fiscales car vous vous en doutez 19,60% de 3 250 ‚ā¨ (prix de vente hors taxes) ne donne pas le m√™me r√©sultat
que 19,60% de 2200 ‚ā¨.

Donc une seule solution augmenter: la TVA pour conserver le même niveau de rentrée fiscale soit dans notre exemple passer de 19,60% de TVA à 76,68%.

Je n'ose imaginer l'effet dans l'opinion d'une annonce gouvernementale indiquant une hausse de 40%, 50% de la TVA...je doute que la consommation (par anticipation) ne chute?

De plus cette exonération des charges sociales pourrait pousser les salariés à souhaiter une augmentation des salaires et les entreprises une augmentation des profits ce qui provoquerait une augmentation du prix de vente et donc une relance de l'inflation.

Au risque inflationniste on nous indique que la concurrence va permettre d'éviter ce type de dérive.

Effectivement la concurrence a prouv√© son efficacit√© pour lutter contre la hausse des prix...On oublie trop souvent que l'inflation a √©t√© jugul√©e notamment gr√Ęce √† la lib√©ralisation des prix; lorsque les prix √©taient encadr√©s la France affichait un niveau d'inflation nettement sup√©rieur √† nos 2% en moyenne.

Par contre si la concurrence est un système précieux pour s'assurer que les entreprises mettent au coeur de leurs préocupations les clients cela suppose:

  • du temps afin que le consommateur puisse justement comparer, faire jouer la concurrence et ce faisant que les entreprises hors march√© disparaissent. Et le temps peut √™tre ici d√©vastateur car avant que les consommateurs s'aper√ßoivent qu'il ne s'agit que d'un jeu de transfert √† somme nulle entre les charges sociales et la TVA il risque d'y avoir la queue devant les bureaux des directions des ressources humaines afin de n√©gocier une augmentation de salaire ce qui pour le coup augmenterait les prix
  • que les entreprise ne profitent pas de l'aubaine pour augmenter leur profit en esp√©rant que cela passe inaper√ßu comme avec l'euro.. et l√† encore l'inflation nous guette...

... et je ne sais pas comment cela se passe chez vous mais nous on n'aime pas l'inflation (quelque fois dans un blog il faut être capable de prendre des risques, être "border-line" et assumer ses choix..c'est fait...)

Après cet acte de bravoure (joke) je pars conseiller une PMI qui officie dans le secteur des compléments alimentaires ( pilules et autres poudres pour maigrir, avoir une belle chevelure...);..après ce rendez vous je serai donc un homme neuf...

 

CRITEO et son top 100 des blogs

criteoCRITEO vient de publier son classement des 100 premiers blogs Français classés en fonction du nombre de visiteurs uniques reçus en Aout 2007.

Notons que la sélection est sévère puisqu'il faut maintenant avoir plus de 8000 visiteurs uniques mensuels francophones pour figurer dans le classement.

Petit rappel : pour figurer dans ce classement, il suffit d'installer le Criteo Autoroll sur votre blog. Cela prend une minute et permet d'afficher en temps r√©el les blogs les plus lus par les lecteurs de votre blog.

1 Otto le Chauffeur de Buzz

2 Tuxboard

3 La revue web d'El Gringo

4 Webstorming

5 LeGroom - People news & fun

6 Révolution Web 2.0 en Live

7 i-actu

8 Jeux Gratuits

9 Le Bouzin

10 Da-KolkoZ

11 Raffa

12 CALEDOSPHERE

13 Blog de Bretagne

14 Papilles et Pupilles

15 LE DEBUGGER

16 billyboylindien

17 La cuisine de Mercotte

18 iPod Nano Blog

19 Topito : le blog des petits tops

20 Niou Taiknolog1e

21 Blog Outil Référencement

22 Le Rapporteur

23 Blastblog

24 Planète - Eléa

25 Blog Football

26 My Sac à Main

27 ......

... J'avoue m'y perdre dans tous ces classements souvent contradictoires.....

 

Charles BEIGBEDER est il comme nous?

beigbedergepDimanche soir nous étions quelques millions à regarder le magazine capital sur M6.

Un des reportages était consacré à la dérèglementation du marché de l'électricité avec un éclairage particulier sur la société POWEO et son fondateur Charles BEIGBEDER.

C'est une évidence partagée par tout le monde: pour créer son entreprise il faut accepter de prendre des risques.

Mais en regardant le reportage j'ai pensé à ces malheureuses personnes qui ne ressentent pas la douleur et qui sont dans l'incapacité physique de la ressentir.

Et bien peut être que ce soir devant notre téléviseur nous étions en train de regarder un homme qui ne connait pas le risque, qui est dans l'incapacité mentale de pouvoir ressentir quelques peurs que ce soit...

Car il faudra m'expliquer comment un homme saint de corps et d'esprit peut se lever un matin de son lit et se dire:

"Tiens aujourd'hui je vais investir personnellement 2 millions d'euros pour concurrencer, moi tout seul (au départ), un groupe qui compte que quelques milliers de salariés, des appuis politiques et institutionnels conséquents et un savoir faire de qualité dans un métier dont je ne suis pas issu?"

Il faut vraiment avoir un logiciel particulier et un mental hors du commun pour vouloir concurrencer EDF, non?

Vous en saurez un peu plus dans peu de temps car j'ai eu le plaisir d'interviewer le personnage... (Je vous rassure il est comme nous....)

A bient√īt donc....

 

Michel Edouard Leclerc m'a scotché dans le magazine capital (M6)

Le magazine capital de ce dimanche soir sur M6 présentait un reportage sur "les rois du déstockage".

Un nouveau type de magasins éclot actuellement, les déstockeurs, qui écoulent des produits alimentaires de grandes marques à prix discount. Sur le plateau pour poursuivre le reportage était invité Michel Edouard Leclerc.

Guy Lagache l'interroge sur les hausses prévisibles des prix ce à quoi rétorque Michel Edouard Leclerc: en terme de négociation sur les prix nous seront "cinglants".

En r√©ponse le journaliste fait r√©f√©rence aux propos de certaines PME-PMI qui se plaignent de la pression r√©alis√©e par les grandes surfaces sur leur prix de vente √† tel point que cela peut les mettre en situation de d√©p√īt du bilan.

leclercA cela il répond que leurs acheteurs prendront en compte la situation financière des PME à partir des bilans comptables dont ils disposent...

...et là heureusement que j'étais assis.....

Cela veut donc dire que le prix d'un produit est fixé en fonction de la qualité intrinsèque de ce dernier (origine et nature de la matière première, savoir faire du personnel, image du marque...), de la satisfaction du client final mais aussi de la situation financière de l'entreprise productrice.

Si l'on poursuit le raisonnement une entreprise qui a une rentabilité confortable va se voir proposer un prix d'achat inférieur à une entreprise en difficulté... en étant un peu provoquant je dirais que c'est une prime au mauvais élève.

Supposons que ce raisonnement soit partagé par l'ensemble de la grande distribution on pourrait aboutir à une paupérisation totale de nos PME. Effectivement si toutes les entreprises qui gagnent de l'argent se voit proposer des prix d'achats au rabais un jour il n'y aura plus que des entreprises en difficulté....étonnant non?

Lorsque j'ai commencé ma carrière de consultant j'ai intégré un cabinet dont le fondateur avait travaillé au sein d'un des big five.... il m'expliquait que dans ces cabinets certains associés avaient 2 voitures: l'une bon marché pour allait voir les clients et ne pas leur laisser à penser que tout aller très bien et l'autre personnelle... vous vous en doutez la seconde en général de marque allemande.....

Si cela ce trouve demain matin un client va négocier mes prestations de conseil non pas en fonction de la qualité de celles-ci ( qui sont exceptionnelles -joke-), de l'expérience accumulée... mais en considérant mes revenus....

Si c'est la cas je m'empresserai de lui demander s'il n'est pas un cousin de Michel Edouard Leclerc....