ALTO-STUDIO
 

Un quart des entreprises sont affectées par les conditions météo

Carte de la franceL'assureur-crédit Atradius a publié les résultats d'une étude menée fin 2007 par l'Institut Heliview dans six pays européens (France, Italie, Belgique, Grande-Bretagne, Allemagne et Pays-Bas) sur les conséquences des changements climatiques pour les entreprises.

Les résultats révèlent qu'un quart des entreprises européennes ont été victimes de conditions météorologiques extrêmes, telles que les orages, les pluies torrentielles ou les vagues de chaleur, dans leurs activités en 2007.

C'est le cas par exemple pour 37% des entreprises britanniques, victimes essentiellement de fortes chutes de pluie. Pour d'autres pays comme l'Allemagne, les entreprises considèrent à 60% que les orages sont les conditions climatiques qui ont le plus d'impact négatif sur leur activité.

En France, seulement 14% des entreprises affirment avoir souffert d'épisodes climatiques extrêmes dans leur activité en 2007.

Les causes principales sont Ă :

  • 43 % des vagues de chaleur,
  • 36% de fortes chutes de pluies
  • 21% la sĂ©cheresse.

Près d'une entreprise française sur deux s'attend à être affectée par les changements climatiques dans son activité dans les 10 années à venir.

Malgré les alertes, des entreprises peu préparées aux aléas climatiques

Les entreprises européennes, victimes des mauvaises conditions météorologiques, ont constaté des répercussions négatives sur leur chiffre d'affaire (43%) et leurs coûts (51%).

Malgré ces répercussions, seulement deux entreprises sur cinq ayant souffert des caprices de la météo en 2007 ont pris des mesures pour s'en protéger à l'avenir.

Les principales protections prises par ces entreprises sont:

  • la souscription Ă  une assurance dommages entreprises (27%),
  • l'amĂ©nagement de la propriĂ©tĂ© de l'entreprise (27%) et
  • la mise en place d'un programme de maintien des activitĂ©s (23%).

En France, la prise de conscience semble plus importante, où près d'une entreprise sur deux s'attend à un impact des changements climatiques dans les 10 années à venir. Elles craignent avant tout les vagues de chaleur (44%), les fortes chutes de pluie (25%) et les orages violents (25%).

« Les entreprises europĂ©ennes ne prennent pas suffisamment conscience des consĂ©quences du rĂ©chauffement climatique sur leurs activitĂ©s. Il est clair que certaines d'entre elles apprĂ©hendent ces risques plus sĂ©rieusement que d'autres. Vu l'augmentation des craintes liĂ©es aux changements climatiques, il me semble important que les entreprises prennent des mesures pour se protĂ©ger contre les pires consĂ©quences », prĂ©cise Yves Poinsot, Directeur GĂ©nĂ©ral d'Atradius en France.



Pour plus d'information : atradius

 

La loi de modernisation de l'Ă©conomie (LME)

lagardeeL'un des quatre grands volets de la loi de modernisation de l'économie (LME) qui sera présentée au Conseil des ministres du 30 avril sera consacré à l'entrepreneur. Le premier chapitre porte sur l'entrepreneur individuel. Dans une interview à La Tribune, le 1er avril repris sur le portail du Premier Ministre, Christine Lagarde en précise plusieurs points.

La loi LME va créer un statut simplifié de l'entrepreneur individuel pour ceux qui lancent leur propre affaire ou veulent développer une activité indépendante sans pour autant créer leur société.

Un forfait fiscal et social pour les entrepreneurs individuels

"Nous voulons encourager le travail via un système de microtaxation des entreprises individuelles", explique notamment la ministre à la Tribune. Pour cela, elle veut permettre aux petits entrepreneurs individuels qui le souhaitent de payer leurs charges fiscales et sociales sur une base forfaitaire.

Les taux globaux de charges seront ainsi fixés à 13 % du chiffre d'affaires pour le commerce et à 23 % du chiffre d'affaires dans les services. L'entrepreneur ne serait imposé qu' à partir du jour où il rentre du chiffre d'affaires". Lorsqu'il arrête son activité, il arrête de payer des charges. Ce prélèvement forfaitaire sera optionnel et, au choix de l'entrepreneur, mensuel ou trimestriel.

Droits de mutation abaissés à 3 % et recours à l'emprunt facilité pour les repreneurs

Autre mesure clé, les droits de mutation seront abaissés à 3 % pour la vente des fonds de commerce, contre 5 % aujourd'hui, dès lors que la valeur taxable des fonds n'excède pas 200 000 euros.

En cas de reprise d'une entreprise - dont la valeur du fonds ne dépasserait pas 300 000 euros - par des salariés ou des membres de la famille du vendeur, le rachat pourra être exonéré de droits de mutation. A condition que les repreneurs s'engagent à poursuivre l'activité pendant cinq ans.

Afin de faciliter la transmission d'entreprise, la loi LME modifie le dispositif de la réduction d'impôt sur le revenu accordée au titre des emprunts souscrits pour la reprise d'une entreprise. La condition de détention minimale de la société reprise par la repreneur sera désormais fixée à 25 % au moins du capital de la société reprise, au lieu de 50 % actuellement.

Le plafond des intérêts retenus pour le calcul de cette réduction d'impôt sur le revenu serait, lui, doublé et porté à 20 000 euros pour une personne seule (40 000 euros pour un couple).

La LME comprendra aussi des garanties nouvelles et des dispositions de simplification. La ministre cite notamment :

- l'ensemble des biens fonciers d'un entrepreneur individuel seront mis Ă  l'abri de ses crĂ©anciers, et plus seulement sa rĂ©sidence principale ;

- la dispense d'immatriculation au registre du commerce et des sociĂ©tĂ©s pour les entrepreneurs individuels qui seraient en cumul d'activitĂ©s ;

- les entreprises unipersonnelles à responsabilité limitée n'auront plus à faire de publication au Bodac.

Plus largement, la loi LME donnera aux PME de meilleures opportunités de développement, notamment en réduisant leurs délais de paiement (plafonnés à 45 jours fin de mois ou 60 jours) et en doublant les indemnités de retard, en gelant les conséquences financières des franchissements des seuils de 10 et 20 salariés, et en limitant les obligations administratives qui pèsent sur ces entreprises.

 

la Révision générale des politiques publiques (RGPP)

businessfinanceDans le cadre du 2ème Conseil de modernisation des politiques publiques réuni le 4 avril 2008 autour du Président de la République, le ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique a publié un rapport concernant la Révision générale des politiques publiques (RGPP) qui doit se traduire par un total de 7 milliards d'euros d'économies d'ici 2011, avec notamment le non-remplacement d'un fonctionnaire de l'Etat sur deux partant à la retraite entre 2009 et 2011.

Les mesures annoncées touchent différents domaines d'intervention de l'Etat comme le logement, l'emploi, la formation professionnelle, la santé, l'économie, l'outre-mer, la défense ou encore les affaires étrangères.

-Au niveau du logement social en particulier, il est prévu d'abaisser de 10 % les plafonds d'accès, l'objectif à terme étant de ramener de 70 % à 60 % la proportion des ménages éligibles aux HLM. Les surloyers payés par les personnes bénéficiant d'un logement social mais dépassant les plafonds de ressources seront en parallèle augmentés.

-Dans les autres domaines, le rapport préconise par exemple de:

  • renforcer le suivi des contrats aidĂ©s,
  • de supprimer les dispositifs favorisant les dĂ©parts anticipĂ©s des sĂ©niors,
  • de retirer le supplĂ©ment de pension versĂ© aux fonctionnaires s'installant en outre-mer,
  • de mutualiser les services administratifs des armĂ©es de Terre, de l'Air, et de la Marine ou encore de transformer une trentaine d'ambassades en poste de prĂ©sence diplomatique simple.

Lancée en juillet 2007, la RGPP vise à réduire les dépenses de l' Etat tout en améliorant l'efficacité des politiques publiques.

 

1er Forum International de la Recherche en Finance

Le pôle de Compétitivité mondial FINANCE INNOVATION a organisé, les 27 et 28 mars 2008, son premier forum international de Recherche en Finance à Paris sur le thème "Financial Risks New Developments in Structured Products & Credit Derivatives", avec le soutien de la Fondation Institut Europlace de FINANCE (EIF) et de la Fondation du Risque.

Plus de 600 participants, dont 40% d'étrangers en provenance d'Europe, des Etats-Unis, sans oublier l'Inde, le Brésil et la Chine, ont participé à cette manifestation.

Jean LAURENT, Président du Pôle FINANCE INNOVATION, a souligné dans son allocution d'ouverture que ce forum international a pour but d'échanger sur les travaux de recherche en cours des académiques et professionnels du monde entier portant sur des thèmes d'actualité, notamment sur les nouveaux développements des marchés de dérivés de crédit et produits structurés et les modes de gestion des risques liés à ces marchés.

Jean LAURENT a ajoutĂ© que « L'objectif est d'organiser, chaque annĂ©e, Ă  Paris, un forum international de recherche en finance, de très haut niveau, dans le but de rassembler les meilleurs chercheurs et experts du monde entier, en capitalisant sur les atouts reconnus de la formation et de la recherche en mathĂ©matique et finance en France».

Plus d'une centaine de travaux de recherche ont été présentés au cours de ces 2 jours de réflexions, notamment sur les risques liés aux dérivés de crédit (plus de 50% des travaux de recherche présentés).

Pour plus de détails sur le programme, cliquez sur www.finance-innovation.org

 

Aux soldes tous....

Dollars
Dans le cadre de la loi de modernisation de l'économie les adaptations suivantes pourraient être adpotées:

- fixation par décret des dates nationales de début des soldes qui pourraient durer cinq semaines avec des dérogations possibles pour certaines zones touristiques ou frontalières,

- possibilité de deux semaines supplémentaires de soldes "libres", choisies individuellement par chaque commerçant, à condition de ne pas se terminer à moins d'un mois du début des périodes de soldes nationales,

- autorisation d'annonces de réduction de prix pour déstockage toute l'année,