ALTO-STUDIO
 

L'université et capital risque et vice et versa

drapeau france et usaAline Charpentier et Antoine Mynard du site bulletins-electroniques.com viennent de publier un article fort intéressant sur le capital risque vue par les étudiants américains.

L'université du Michigan mène une action originale afin de financer les création d'entreprises tout en permettant aux étudiants de se familiariser aux mécanismes du capital risque.

Comment ?

En créant une société de capital risque gérée par les étudiants.

Son nom ?

Frankel Commercialization Fund

D'oĂą vient cette initiative ?

Tom Porteur capital risqueur et professeur avait constaté que les étudiants:

  • n'avaient qu'une connaissance thĂ©orique de l'entrepreunariat et de la filière capital risque,
  • n'Ă©taient pas sensibilisĂ©s Ă  la problĂ©matique du financement des entreprises qui utilisaient les travaux de recherche de l'universitĂ© du Michigan pour mettre sur le marchĂ© des produits innovants.

Les modalités d'interventions?

Afin d'intervenir rapidement cette société de capital risque est en relation constante avec les laboratoires de recherche et notamment ceux qui réalisent du transfert de technologie. Bien évidemment les étudiants sont également accompagnés par des spécialistes du financement des projets en amorçage.

Mais attention les étudiants ne sont pas spectateurs ils interviennent dans toutes les étapes que l'on constate au sein d'une société de capital risque classique:

  • prospection de projet,
  • valorisation du projet,
  • conseil

Par projet 100 000 dollars peut être mobilisés.

Pour plus d'information vous pouvez lire: Capital-risque : les Ă©tudiants de l'universitĂ© du Michigan s'y mettent !

 

"Brickhouse", l'incubateur d'idées de yahoo

businessfinanceVous connaissez Brickhouse l'incubateur d'idĂ©es made in Yahoo ?

L'objectif pour l'entreprise consiste à mettre à disposition des salariés maison des moyens humains et logistiques afin qu'ils puissent imaginer, créer les nouveaux produits de demain.



Plusieurs avantages à cette démarche:

  • propager l'innovation au sein de toute les strates de l'entreprise et pas seulement dans les services de R/D,
  • dynamiser les Ă©quipes et les fidĂ©liser,
  • communiquer auprès du public sur le management de l'innovation propre Ă  YAHOO (quoiqu'en la matière Google a quelques annĂ©es d'avance)
  • faciliter le recrutement de futur talent
 

Les universités et les sociétés de capital risque depuis Londres

businessfianceMonsieur Ian Pearson, le Ministre britannique des sciences et de l'innovation tient des propos étonnant vue de France sur le capital risque et les universités....

Un petit extrait?

On commence par sa vision du capital investissement:

  • le capital d'investissement permet de transformer des avancĂ©es technologiques en nouveaux produits rĂ©pondant Ă  des attentes d'entreprises ou de particuliers,
  • le dĂ©veloppement Ă©conomique du pays rĂ©sulte pour une part des effets du capital risque dans la crĂ©ation de valeur,
  • le pays doit continuer Ă  favoriser le capital risque car il constitue un maillon essentiel du financement de la crĂ©ation d'entreprises,

On poursuit par sa vision des universités:

  • Les entreprises tirent profit de la recherche rĂ©alisĂ©e par les universitĂ©s,
  • En 2006 et 2007, les universitĂ©s ont gĂ©nĂ©rĂ© 849 millions euros en faisant du transfert de technologie et 337 millions d'euros en tant que prestataires de services ou activitĂ©s de conseil,
  • 187 nouvelles entreprises spin-offs ont Ă©tĂ© crĂ©Ă©es Ă  partir des travaux universitaires,
  • Sur 3 ans plus de 700 entreprises sont nĂ©es directement Ă  partir de travaux des universitĂ©s.
  • Nombreuses universitĂ©s dĂ©posent directement des brevets
  • Les universitĂ©s doivent dĂ©velopper des relations avec celles des Etats-Unis, de la Chine et l'Inde.
 

CUIL concurrent de GOOGLE

businessfinanceLa start up made US CUIL récemment lancée a de l'ambition: proposer une alternative crédible à Google dans la recherche d'informations sur la toile. CUIL indique avoir indexé trois fois plus de pages que Google soit 121 millions et 10 fois plus que Microsoft.

Au delà de sa capacité d'indexation, l'équipe de CUIL assure un haut niveau de pertinence des résultats avec un classement qui n'est plus basé sur la popularité (comme le fait Google) mais sur la qualité du contenu.

Les résultats de vos requêtes seront exploitables plus facilement dans la mesure où au delà du lien un texte synthétique apparaîtra.

Le mode d'affichage de vos requĂŞtes est moderne car:

  • sur trois colonnes,
  • avec des suggestions de liens par mots-clĂ©s
  • une prĂ©sentation sous la forme "tribune" comme dans un journal.

3 fonds ont financé le projet: TUGBOA VENTURES, MADRONE CAPITAL PARTNERS, GREYLOCK PATNERS.

Au niveau opérationnel nous avons: Anna PATTERSON antérieurement architecte de l'index google, Tom CASTELLO en charge de la technologie de recherche chez IBM et Pdg de cuil, Louis Monier (français) créateur du moteur Alavista avant de rejoindre eBay puis Google.

Malgré le buzz il convient de se méfier des effets d'annonce car:

  • nous savons qu'une des forces de Google rĂ©side entre autres dans le gigantisme de ses infrastructures informatiques. Et oui au delĂ  de ses algorithme, de son business model original Google c'est aussi un amoncellement d'ordinateurs qui travaillent les uns par rapport aux autres dissĂ©minĂ©s aux quatre coins du monde. D'ailleurs la localisation de certaines plateformes techniques constitue un secret bien gardĂ©.

    Donc que CUIL puisse indexer plus que Google reste Ă  prouver, CUIL dispose-t- il d'autant de serveurs ?, ou alors leur technologie permet de s'affranchir d'un nombre incalculable de serveurs?
  • En ce qui concerne la qualitĂ© du rĂ©fĂ©rencement il y a forte interrogation Ă©galement car lorsque je tape au hasard comme requĂŞte capitalsocial.fr, et bien ce blog n'apparaĂ®t pas immĂ©diatement ce qui est le cas avec Google !
 

Un bouclier fiscal pour les entreprises

businessfinanceOn connaît le bouclier fiscal qui permet d'assurer que le montant des impôts payé par un contribuable ne pourra pas dépasser 60 % de ses revenus, mais connaissez vous le bouclier fiscal pour les entreprises?

C'est l'association CroissancePlus qui propose la crĂ©ation de ce fameux « bouclier fiscal pour les entreprises ».

Avec ce mécanisme, le total des impôts directs qui pèsent sur les PME (impôt sur les sociétés, impôt forfaitaire annuel, taxe professionnelle…) ne pourra dépasser un certain taux; taux par ailleurs progressif selon la taille de l'entreprise.

Le dispositif pourrait prévoir un montant minimum d'impôt dont toutes les entreprises devraient s'acquitter.