ALTO-STUDIO
 

Jean-Michel Aulas a été désigné "personnalité du sport-business de la décennie"

Carte de la franceCe prix a été remis par lNZ Consulting et TNS sport; les deux sociétés organisatrices qui après avoir identifié 15 personnalités ont demandé à plus de 1 000 professionnels du sport business de voter en ligne pour les départager.

Quelques éléments clés qui expliquent cette distinction:

  • Jean-Michel Aulas, dirigeant de l'entreprise SAGE, a pris en 1987 la prĂ©sidence de l'OL; avec lui le club a affichĂ© sept titres consĂ©cutifs de champion de France en ligue 1.
  • autre distinction OL Groupe a Ă©tĂ© introduit en Bourse dĂ©but 2007 afin de diversifier les activitĂ©s du club et construire un nouveau stade.
  • si l'on considère le chiffre d'affaires, l'OL est le 12 ème club europĂ©en.
  • si l'ont prend en compte sa valeur globale selon Forbes le club est Ă©valuĂ© 325 millions d'euros. Compte tenu des derniers rĂ©sultats de l'OL cette valorisation risque d'ĂŞtre revue Ă  la baisse...

Les autres personnalités distinguées:

  • en seconde position: Max Guazzini, prĂ©sident du Stade Français (Rugby),
  • en troisième position: Michel Platini, prĂ©sident de l'UEFA.
 

"Serious games", web 2.0 : le Gouvernement accélère la mutation de l’économie française

Carte de la franceNathalie Kosciusko-Morizet a donné le coup d’envoi, le 27 mai, de deux appels à projets en recherche-développement et innovation. Dédiés au serious gaming et au Web 2.0 et financés à hauteur de 30 millions d’euros, afin d’accélérer la mutation numérique de l’économie comme de la société françaises.

Le lancement des appels à projets web 2.0 et "serious games" fait suite à la présentation, au conseil des ministres du 6 mai dernier, du volet numérique du plan de relance.Ils sont destinés en priorité aux PME mais aussi aux associations, aux établissements publics et aux grands groupes et privilégieront les approches multipartenariale s.

Le comitĂ© de sĂ©lection des projets sera composĂ© d’experts de l’administration et du monde acadĂ©mique, d’associations de professionnels et d’utilisateurs. Nathalie Kosciusko-Morizet a tenu Ă  inscrire cette opĂ©ration dans un calendrier resserrĂ© afin d’optimiser l’impact de ces projets en termes de crĂ©ation d’emploi et de croissance :

  • dĂ©pĂ´t des candidatures du 27 mai au 6 juillet,
  • examen des dossiers du 7 juillet au 30 aoĂ»t,
  • annonce des projets sĂ©lectionnĂ©s au mois de septembre,
  • signature des conventions de financement avant la fin 2009.

Pour le Gouvernement, l’objectif est triple :

  • soutenir des secteurs Ă©conomiques français de pointe, comme celui du jeu vidĂ©o, afin de conforter nos positions et de conquĂ©rir de nouveaux marchĂ©s ;
  • accompagner la transformation et la modernisation de l’économie française, en dĂ©veloppant les usages des technologies de l’information et de la communication au sein des entreprises, des administrations et des foyers ;
  • capitaliser sur les compĂ©tences techniques et opĂ©rationnelles des entreprises françaises pour investir dès maintenant sur des marchĂ©s d’avenir Ă©valuĂ©s Ă  plusieurs dizaines de milliards d’euros.
 

Valérie Pecresse, Luc Chatel et Nathalie Kosciusko-Morizet, lancent une consultation publique sur l'Internet du Futur

Carte de la franceValĂ©rie PECRESSE, Ministre de l’Enseignement supĂ©rieur et de la Recherche, Luc CHATEL, SecrĂ©taire d’État chargĂ© de l’Industrie et de la Consommation, Porte-parole du Gouvernement, et Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, SecrĂ©taire d’État Ă  l’Économie numĂ©rique, lancent une consultation publique sur l’Internet du Futur en vue de recueillir l’avis de l’ensemble des acteurs concernĂ©s par ce thème : universitaires, chercheurs, grandes entreprises, PME, sociĂ©tĂ© civile…

Cette consultation porte notamment sur l’identification des thĂ©matiques liĂ©es au concept d’Internet du Futur (technologies du « cĹ“ur de rĂ©seau », rĂ©seaux d’accès, rĂ©seaux spontanĂ©s, Internet des objets, contenus, usages et services…), l’organisation de la recherche en France dans ce domaine, la coordination des plateformes d’expĂ©rimentation, l’organisation des pĂ´les de compĂ©titivitĂ© TICs sur cette thĂ©matique, la normalisation, les actions Ă  mettre en Ĺ“uvre pour prĂ©parer l’industrie française Ă  ces changements importants….

Elle permettra de définir un plan d’actions destiné à positionner favorablement la France dans le développement de l’Internet du Futur, et favoriser ainsi les retombées économiques et industrielles pour notre pays.

Cette consultation, disponible sur le site http://www.telecom.gouv.fr/internetdufutur, et accessible via le site http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr, est ouverte jusqu’au 13 juillet 2009.

Contexte de la consultation:

Internet, infrastructure stratégique pour nos sociétés, sera amené à évoluer profondément dans les années à venir. Les technologies d’Internet devront ainsi permettre une meilleure prise en compte de la sécurité et de la qualité de service et permettre le développement de nouveaux usages (comme la mobilité ou l’interconnexion avec le monde physique avec la montée en puissance de l’Internet des Objets). Ces évolutions devront aussi préserver les principes fondamentaux de neutralité, d’ouverture et d’interopérabilité qui ont permis à Internet de devenir le principal réseau d’échange d’information.

Ces Ă©volutions seront aussi Ă  la base de la crĂ©ation de nouveaux services et de nouveaux modèles Ă©conomiques sur les rĂ©seaux. Les enjeux de ces Ă©volutions Ă  moyen et long terme sont considĂ©rables : essor de nouveaux secteurs d’activitĂ© et de nouveaux acteurs industriels et Ă©conomiques (santĂ©, transport, Ă©nergie, environnement, Ă©volutions majeures de chaĂ®nes de valeurs pour certaines filières existantes).

Face Ă  ces opportunitĂ©s majeures de dĂ©veloppement Ă©conomique, la France et l’Europe doivent, comme le font les États-Unis ou le Japon, structurer leurs efforts dans le domaine de l’Internet du Futur : R&D, enseignement-recherche, plateformes de test, normalisation…

 

Le bulletin de paie désormais autorisé sous forme électronique

Carte de la franceLors de chaque versement de rémunération, l’employeur doit obligatoirement remettre au salarié un bulletin de paie, que ce soit en main propre ou par voie postale.

Il existe dĂ©sormais une troisième modalitĂ© : la remise sous forme dĂ©matĂ©rialisĂ©e, sur un support Ă©lectronique (article 26 de la loi de simplification des procĂ©dures), Ă  condition cependant que le salariĂ© concernĂ© ait expressĂ©ment donnĂ© son accord et que l’intĂ©gritĂ© des donnĂ©es qui y figurent soit garantie (en matière d’archivage notamment).

La durĂ©e de conservation du bulletin de salaire est prĂ©cisĂ©ment rĂ©glementĂ©e :

  • l’employeur doit conserver les bulletins pendant un dĂ©lai de 5 ans Ă  compter de leur Ă©mission,
  • le salariĂ© doit conserver le bulletin qui lui est remis sans limitation de durĂ©e. Cette information doit d’ailleurs figurer obligatoirement sur le bulletin de paie, qu’il soit sous forme papier ou sous forme Ă©lectronique.

Même si aucun texte ne fixe la forme du bulletin de paie, certaines mentions doivent y configurer de façon obligatoire. Sur son site internet, le ministère du travail détaille les mentions obligatoires et interdites sur un bulletin de salaire, et en propose un modèle simplifié.

Fiche pratique :le bulletin de paie Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville

Loi n°2009-526 du 12 mai 2009, JO du 13 mai 2009 Légifrance

 

Le groupe TOTAL va aider à la création d'entreprises...

businessfinanceLe groupe Total décide de créer un fonds de solidarité en faveur des jeunes. D’un montant de 50 millions d’euros, il sera initialement doté de 25 millions d’euros et augmenté de 5 millions d’euros supplémentaires par an pendant cinq ans.

Le Groupe signera une première convention avec le Haut Commissariat Ă  la Jeunesse dans les semaines Ă  venir. Elle concernera trois programmes :

  • le financement de 10 000 permis de conduire pour les jeunes en apprentissage ;
  • la lutte contre l’échec scolaire, par l’accompagnement des enfants et de leur famille en partenariat avec l’Apfee 1, dans le cadre du programme « Coups de pouce clĂ© » ;
  • la crĂ©ation d’entreprises en partenariat avec l’Adie, dans le cadre du programme CrĂ©aJeunes.

CréaJeunes est un parcours imaginé par l’Adie pour répondre à la forte volonté des jeunes des quartiers de créer leur entreprise.

Ainsi, CréaJeunes propose des conseils avant et après la création d'entreprise, adaptés au profil des porteurs de projet (appui individualisé, modules de formation très concrets, rencontres avec des chefs d'entreprise).

CréaJeunes offre également des possibilités de financement pour le démarrage de l'entreprise (éventuellement un crédit et une aide financière sous forme de prime).

2007-2009 est une phase pilote sur 6 sites (les « quartiers » dans et autour des agglomĂ©rations de Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Paris, Toulouse) avec pour objectif 1000 jeunes accompagnĂ©s.

Total soutien d'autres actions tournées essentiellement l’égalité des chances à l’école et l’accès à l’emploi, ainsi que l’aide à l’enfance. Une vingtaine d’associations et de fondations sont ses partenaires réguliers, parmi lesquels l’Apfee, l’Institut Télémaque, Sciences Po (lycée expérimental), l’Adie, Nos quartiers ont des talents ou encore la Chaîne de l’espoir.