ALTO-STUDIO
 

Quelle que soit votre idée de création..elle ne vaut rien....

businessfinanceIl est vrai que le titre de ce billet est un peu limite, voir exagéré...

Mais voyons plus loin...

A longueur de journée au sein des 12 pépinières et incubateurs d'entreprises que nous gérons nous voyons des entrepreneurs en herbe heureux d'avoir trouver la bonne idée, l'idée du siècle.

Pour certains d'entre eux il est important de garder l'idée secrète jusqu'à la sortie du produit pour éviter qu'un gros groupe au courant de ce qui se trame mette des millions sur la table et court-circuite le projet...

Nous sommes lĂ  dans le cumul d'erreurs ne trouvez-vous pas?

En effet trouver des idées de création d'entreprises est relativement facile, d'ailleurs il s'agit d'une gymnastique intellectuelle. Plus vous êtes en éveil sur des besoins non satisfais et plus facilement émergeront des idées de création d'entreprises.

Bien évidemment il convient que l'idée réponde bien à véritable besoin.

Un exemple classique de sur estimation d'un besoin? certains projet NTIC

Un jour débarque dans votre bureau un ingénieur persuadé que le logiciel qu'il a conçu répond à un besoin, en creusant un peu on s'aperçoit que cela répond à son besoin et peut-être à 10 ou 12 collègues programmeurs autour de sa communauté....difficile de bâtir une entreprise pérenne sauf si bien évidemment comme nous l'enseignent les bons livres de marketing, il s'agit d'un marché d'hyper niche très juteux...je vous rassure c'est rarement le cas.

Maintenant supposons que le besoin soit réel; il faut bien évidemment que cette idée corresponde à un besoin suffisant pour faire vivre votre entreprise, là réside la véritable première difficulté: valider qu'il existe une demande solvable, c'est à dire que pour satisfaire ce besoin les personnes ou entreprises acceptent d'en payer le prix.

Un exemple de l'existence d'une demande non solvable?

Il y a dix ans vous auriez questionné les ménages français sur l'intérêt de se faire livrer les courses à la maison...le taux de réponse favorable aurait été exceptionnel...sauf que le marché de la livraison des courses a tardé en France avec un sur coût qui était jugé trop élevé pour les consommateurs...le besoin était donc présent mais la demande n'était pas solvable...

Aujourd'hui avec en province un coût de livraison qui oscille entre 5 et 10 euros le marché décolle...

Mais même une idée assise sur un besoin réel et une demande solvable finalement a une valeur relativement faible...le compteur des euros ou des dollars ne commencera à tourner qu'après les premières opérations de mise en œuvre, et pour ce faire rien de mieux que de partager votre idée avec votre environnement: écouter et échanger vont permettre de faire évoluer l'idée et faciliter son opérabilité.

Parler en permanence et à toutes les étapes du projet permet d'éviter de tomber dans le trou noir dont la porte d'entrée est le prototype.

Combien de projets meurent juste après le prototype sortie?

En ce qui concerne les projets innovants qui nécessitent de lourds investissements la phase de prototype est souvent réalisé trop tôt pour un créateur qui à le goût du secret ou qui n'a pas intégré que communiquer c'est forcément consolider la mise en œuvre du projet.

En effet si vous gardez secret le plus longtemps possible votre idée, que va t il se passer?

Vous allez concevoir un prototype qui doit permettre de faire les premières démarches commerciales et officialiser le projet...et là, très souvent les premiers gros bugs apparaissent: des fonctions proposées mais qui ne sont pas utiles, des fonctions ou services manquants....

Nombre d'erreurs de positionnement auraient pu être évitées si en permanence, vous êtes à l'écoute de vos prospects,des prestataires, amis, et inconnus rencontrés lors de soirées et divers cooktail initiés par des institutionnels (CCI...).

En effet bâtir un prototype en autarcie, même sur la base d'un étude de marché qui de toute façon dans 6 mois sera probablement obsolète semble dangereux...

Parler en tout temps et en tous lieux et à tout le monde de votre projet constitue une des stratégies de réussite.

 

FICHE 3 Choisir les intervenants extérieurs à mon entreprise

businessfinance Dans la série "10 fiches conseils pour lever des fonds" nous avons eu une phase introductive avec "Les questions essentielles à toute démarche de financement", puis la fiche Comment et quand me faire connaître ? puis la fiche 2: Signaler mon entreprise auprès d’investisseurs potentiels et voici la fiche 3: Choisir les intervenants extérieurs à mon entreprise

Toute entreprise dispose d’experts et de conseils dans sa démarche de recherche de fonds. Que ce soit une société de conseils en investissement, un apporteur d’affaires ou un cabinet de relations publiques, les PME peuvent avoir recours à des professionnels qui représentent ou font représenter leurs intérêts.

LES ACTEURS INCONTOURNABLES

1. L’expert comptable : il est l’interlocuteur permanent de l’entreprise.

2. L’avocat : acteur ponctuel, il est l’un des principaux maillons dans une opĂ©ration d’investissement.

3. La banque : selon la nature et le niveau d’investissement, le conseil bancaire appelle des compĂ©tences qui ne sont pas toujours dĂ©tenues dans la banque avec laquelle l’entreprise est liĂ©e. Les levĂ©es de fonds requièrent une expertise que seuls les professionnels du « haut de bilan » peuvent possĂ©der.

LES ACTEURS SPÉCIALISÉS

Les intermédiaires

Ils jouent un rôle de plus en plus important comme apporteur d’affaires. Toutefois, ces derniers peuvent, parfois, rendre plus diffi cile ou entraver le dialogue entre la société et l’investisseur ou ne pas rechercher l’intérêt des parties contractantes. Plusieurs questions peuvent leur être soumises pour valider leur valeur ajoutée dans votre recherche de fonds.

· Quel est son niveau de connaissance des acteurs et de votre marchĂ© ?

· Quel est son niveau de compĂ©tence des montages financiers ? Par exemple, lequel paraĂ®trait le plus adaptĂ© Ă  la taille et Ă  l’ambition de l’entreprise ?

· Comment Ă©value-t-il le potentiel de croissance de votre entreprise ?

· Quelle stratĂ©gie de nĂ©gociation vous propose-t-il et comment entend-il la mettre en Ĺ“uvre ?

· Quelles sont ses rĂ©ussites ? (demande de mise en relation avec ses clients ou fournisseurs…)

À l’issue de ce questionnaire, la relation devra être formalisée par un mandat.

LES ACTEURS PUBLICS

Ils peuvent prendre différentes formes et être de bons conseils. Par exemple, ils peuvent aider à valider la probité d’un investisseur ou d’interlocuteurs, confirmer quelle réglementation est en vigueur en matière d’exportation d’information sensibles ou stratégiques.

· La chambre de commerce et de l’industrie (compétences technologiques),

· OSEO (compétences techniques et financières)…

 

Peut on payer une prestation en espèce sans limite?

Carte de la franceAfin de lutter contre le blanchiment d’argent, il est dorénavant interdit à tous les professionnels, ainsi qu’aux particuliers résidant fiscalement en France, de régler en espèces une dette supérieure à 3 000 €.

Ce seuil est porté à 15 000 €, si la somme n’est pas due dans le cadre d’une activité professionnelle et si le débiteur justifie qu’il n’a pas son domicile fiscal en France.

Cependant, cette interdiction ne s’applique pas aux paiements réalisés par des particuliers non titulaires d’un compte de dépôt et aux paiements effectués entre personnes physiques n’agissant pas pour des besoins professionnels.

Décret n°2010-662 du 16 juin 2010, JO du 18 juin 2010 Légifrance

 

Quels sont les droits Ă  la retraite des auto-entrepreneurs ?

businessfinance Le site http://pme.service-public.fr précise les droits à la retraite pour les auto-entrepreneurs.

Avec le rĂ©gime micro-social simplifiĂ©, les charges sociales obligatoires sont remplacĂ©es par un prĂ©lèvement social libĂ©ratoire forfaitaire. Ce forfait s’applique uniquement sur le chiffre d’affaires rĂ©ellement encaissĂ© : s’il est nul, il n’y a ni dĂ©claration, ni prĂ©lèvement.

Cela signifie que les droits à la retraite des auto-entrepreneurs soumis au régime micro-social dépendent du montant des cotisations sociales versées. Sans chiffre d’affaires et donc sans cotisation, aucun droit à une pension vieillesse ne pourra être ouvert.

Attention, pour valider les trimestres d’assurance vieillesse, il faut avoir rĂ©alisĂ© des montants minimaux de chiffre d’affaires, calculĂ©s après abattement forfaitaire du rĂ©gime micro : 71 % pour les commerçants, 50% pour les prestations de services BIC, 34 % pour les professions libĂ©rales.

Ces montants minimaux sont calculés en fonction du montant du SMIC en vigueur au 1er janvier, sur une base de 200 heures, soit 1 772 € en 2010.

Pour 2010, ces montants minimum sont :

  • pour une activitĂ© commerciale, y compris pour une prestation d’hĂ©bergement : 6 111 € pour 1 trimestre, 12 221 € pour 2 trimestres, 18 332 € pour 3 trimestres et 24 442 € pour 4 trimestres,
  • pour une prestation de services commerciale ou artisanale soumise aux BIC : 3 544 € pour 1 trimestre, 7 088 € pour 2 trimestres, 10 632 € pour 3 trimestres et 14 176 € pour 4 trimestres,
  • pour une activitĂ© libĂ©rale relevant de la Cipav ou du RSI : 2 685 € pour 1 trimestre, 5 370 € pour 2 trimestres, 8 055 € pour 3 trimestres et 10 740 € pour 4 trimestres.

Attention, ces seuils minimaux de chiffre d’affaires annuels doivent obligatoirement être respectés, même si l’activité n’a pas été exercée sur une année civile complète.

Décret n°2010-696 du 24 juin 2010, JO du 26 juin 2010 Légifrance

La protection sociale des auto-entrepreneurs

Régime social des indépendants (RSI)

 

Vous souhaitez développer votre start up sur le marché US, alors pensez à NETVA

drapeau france et usaNETVA est un programme clés en main d'accompagnement, d'analyse d'opportunités et de développement de partenariats technologiques aux Etats-Unis. Le but est de permettre aux meilleures jeunes pousses françaises d'adapter au plus tôt leurs produits de haute technologie aux marchés américains.

NETVA est une initiative nouvelle développée par la Mission pour la Science et la Technologie (MS&T) de l'Ambassade de France aux Etats-Unis en partenariat avec le réseau Rétis et le centre d'entrepreneuriat de BostonUniversity.

Les bénéficiaires?

NETVA s'adresse aux entreprises en phase de création et aux start-up et PMEs innovantes françaises, tous secteurs technologiques confondus.

Dans quel but ?

NETVA a trois objectifs simples :

  • Formation et exposition Ă  la culture d’entrepreneuriale amĂ©ricaine
  • Analyse d’opportunitĂ©s et comprĂ©hension des marchĂ©s technologiques amĂ©ricains
  • DĂ©veloppement de partenariats technologiques

Les avantages du programme NETVA

  • Un sĂ©minaire de formation en France (1 journĂ©e) sur l’approche du marchĂ© des technologies amĂ©ricain et le dĂ©veloppement de partenariats de R&D aux Etats-Unis.
  • L’organisation d’une semaine Ă  Boston de coaching par des professionnels du dĂ©veloppement international de start-ups de haute technologie et l'accès Ă  l'incubateur international de Boston University (rĂ©compensĂ© par la NBIA comme l'un des 12 meilleurs incubateurs au monde pour le dĂ©veloppement de jeunes pousses Ă©trangères).
  • La nomination d'un entrepreneur amĂ©ricain comme « mentor » et l'organisation de rencontres avec des acteurs de l'Ă©cosystème d'innovation local (entrepreneurs, laboratoires de recherche, investisseurs, avocats, Chambre de commerce franco-amĂ©ricaine, Conseillers du Commerce ExtĂ©rieur de la France, etc.). Des rencontres dans d'autres rĂ©gions des États-Unis pourront Ă©galement ĂŞtre organisĂ©s par l'Ă©quipe de NETVA avec l'aide de son rĂ©seau (des frais non pris en charge pourraient en rĂ©sulter).
  • Un travail en amont avec un Ă©tudiant en entrepreneuriat amĂ©ricain sur votre plan d’affaire et l’analyse d’opportunitĂ©s aux Etats-Unis.

A l'issu de l'appel 2010, 5 entrepreneurs ont été sélectionnés pour participer au programme. Les entrepreneurs non-sélectionnés bénéficieront néanmoins des conseils du jury et du soutien de l'équipe NETVA pour leur développement aux États-Unis.

Les critères de sélection

Les projets des candidats sont évalués par un jury franco-américain d’entrepreneurs, de professionnels de l’accompagnement de jeunes entreprises, d’investisseurs et d’experts scientifiques.

  • Start-up, PME, ou entreprise en crĂ©ation : CA < 2M€ ; moins de 20 employĂ©s
  • Aspect hautement innovant et/ou technologique des produits
  • CompĂ©tences et motivation de l’entrepreneur
  • DegrĂ© de nĂ©cessitĂ© d’approcher le marchĂ© amĂ©ricain, valeur ajoutĂ©e du programme par rapport au projet de dĂ©veloppement de l’entreprise
  • Potentiel de croissance de l’entreprise et retombĂ©es attendues en France
  • Aspect « responsable » de l’entreprise / impact sur la sociĂ©tĂ©

Les frais de participation

Une participation pourra être demandée aux candidats afin de couvrir tout ou partie de certains frais de formation dispensés par les partenaires américains. Ce prix est sujet à des variations en fonction des groupements pouvant être réalisés avec les entreprises sélectionnées mais sera compris entre 1000 et 2000 euros. Aucun frais de dossier n'est demandé, la candidature est gratuite.

Ce qui est pris en charge par NETVA

La totalité des frais de mobilité (vol France - Etats-Unis + séjour) est prise en charge par le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes ainsi que l’organisation pratique du séjour avec l’ensemble des partenaires mentionnés.

Le calendrier prévisionnel

L'appel à projet 2010 est clos, ce faisant début 2011 connectez vous sur le site suivant http://www.netvafrance.com/index.html pour être dans les starting block.