ALTO-STUDIO
 

Financer son projet en France ou aux USA: le match

retis 2Avant les vacances soyons un peu mazo on comparant de manière rapide le financement de la création d'entreprises en France et aux USA.

  • Aux USA il existe des dizaines d'investisseurs clĂ©s, en tant que tel obtenir l'aval de l'un d'entre eux entraĂ®ne presque automatiquement l'accord d'autres confrères VC.
  • La silicon VallĂ©e propose des ressources (techniques, logistiques, humaines ) importantes et complĂ©mentaires pour accompagner la crĂ©ation de start-up.

- La puissance de feu des sociétés de capital investissement est colossale avec la possibilité de mobiliser des dizaines de millions de dollars.

- Les investisseurs financiers au-delà de l'argent apportent véritablement:

  • des conseils en stratĂ©gie et organisation de la filière
  • des solutions pour aider l'entreprise Ă  produire (mise en relation avec des sous-traitants, aide directe au recrutement...) et Ă  vendre (mise en relation avec des clients) tout cela grâce Ă  un carnet d'adresses qui Ă  lui seul peut justifier leur entrĂ©e.
    En France si les sociétés de capital investissement offrent les mêmes promesses, la réalité quant à elle me semble nettement plus éloignée.

Par exemple Jeff Clavier (un des plus important VC) dispose d'un relationnel très poussé avec des entreprises comme Microsoft, Yahoo, Google....Avoir Jeff Clavier au capital de sa société assurément cela vous ouvre des portes...peu de chance que vous connaissiez le barrage de la secrétaire si vous souhaitez contacter les grands groupes cités.

- Des universités qui forment des salariés en prise directe avec les métiers et compétences recherchés

- Des groupes internationaux et des entreprises leader dans le secteur sont à proximité, ce qui favorise le business inter-entreprises.

- Des investisseurs financiers qui ont choisi délibérément d'investir dans la phase d'amorçage (early stage)

Alors il peut être tentant pour un créateur français d'aller chercher de l'argent auprès de fonds américains...mais pas facile car même si votre marché est par nature mondial il vous sera très difficile de motiver des investisseurs américains car:

  • en early stage (amorçage) ce qui importe c'est l'apport de compĂ©tence que les capitaux risqueurs vont pouvoir vous transmettre. Or si votre entreprise n'est pas Ă  proximitĂ© du siège social du capital risqueur, ou de son lieu de rĂ©sidence cet Ă©change d'expĂ©rience ne sera pas efficace et pĂ©renne.
    Jeff clavier investit dans des entreprises qui sont en général à 50 Km autour du siège de sa société de capital risque.
  • si votre sociĂ©tĂ© est basĂ©e en France cela veut dire probablement que la première phase de dĂ©veloppement est franco-française voire europĂ©enne. LĂ  encore on investit sur les marchĂ©s que l'on connaĂ®t bien.
    Tout VC pour étudier un projet se met à la place du client pour évaluer si en tant que tel il serait intéressé. Il est facile pour un américain de se mettre à la place d'un américain désirant acheter un nouveau 4*4 révolutionnaire, moins évident de se mettre à la place d'un français qui voudrait acheter la dernière nouvelle boisson dérivée du vin....Ainsi les barrières culturelles, les moeurs peuvent constituer un frein à la bonne compréhension d'un projet.

Au total selon Jeff Clavier sur les 20 entrepreneurs français qui le contactent chaque année pour tenter leur chance presqu'aucun n'arrive à lever des fonds made US.

Partage propulsé par Wikio
 

Marc SIMONCINI explique comment il a eu l'idée de Meetic en 2 minutes

Vous voulez savoir comment Meetic est né, comment Marc Simoncini a eu l'idée? une vidéo de 2 minutes pour tout expliquer:

Partage propulsé par Wikio

 

Bilan du statut d'auto entrepreneur avec en bonus une vidéo

businessfinanceDepuis le lancement du statut d'auto-entrepreneur en 2009 il est incontestable que le succès est au rendez vous comme en atteste l'étude réalisée par l'APCE.

Plusieurs éléments à considérer:

  • 320 019 crĂ©ateurs d’entreprises ont optĂ© pour ce rĂ©gime, soit 55 % des crĂ©ations de l’annĂ©e 2009

La forte augmentation du nombre de créateur est imputable à 75% à la mise en œuvre de ce dispositif.

  • 358 588 crĂ©ateurs d’entreprises ont choisi ce nouveau rĂ©gime en 2010 avec toujours le mĂŞme constat ce dispositif attire plus que les autres plus classiques sous la forme de sociĂ©tĂ© entre autre.

Quels sont les secteurs d’activité concernés par le régime de l’auto-entrepreneur ?

  • 47 % des crĂ©ations sous le rĂ©gime de l’auto-entrepreneur sont dans les activitĂ©s de service:

- les créations interviennent principalement dans les activités de conseil en gestion (43 % des créations du secteur) et les activités de design (18 %).

- Le commerce de détail (16 % des créations sous ce régime).

- La construction (14 % des créations sous ce régime).

- Les services en direction des personnes (13 % des créations sous ce régime). Ce secteur compte notamment les activités de réparation de biens personnels et d’ordinateur (25 % des créations), les activités d’esthéticienne (18 %) et les activités de coiffure (10 %).

Certains secteurs sont sous représentés avec une faible pénétration de ce statut:

- les activités financières, l’immobilier, le commerce de gros, le commerce de bouche, les transports, le courtage et la santé (ces secteurs comptent entre 17 et 48 créations d’auto-entreprises pour 100 créations d’entreprises traditionnelles).

D'autres secteurs sont sur représentés:

Le plus souvent ce sont des activitĂ©s de services, oĂą les autoentrepreneurs sont sur reprĂ©sentĂ©s ; ils peuvent ĂŞtre jusqu’à cinq fois plus nombreux que les entreprises traditionnelles.

Ce sont les secteurs du commerce de détail, des activités scientifiques et techniques, des activités de soutien aux entreprises, des activités de l’information et de la communication, des services en direction des personnes, des arts, spectacles et activités récréatives et d’enseignement (on y recense entre 177 et 502 créations d’auto-entreprises pour 100 créations traditionnelles).

L’intérêt des créateurs pour le régime de l’auto-entrepreneur dans les secteurs d’activités dépend de l’activité elle-même.

Les secteurs les moins concernés par l’auto-entrepreneur ne sont souvent peu ou pas adaptés au nouveau régime :

- Certains secteurs nécessitent des investissements conséquents au démarrage (achat ou location de locaux spécifiques, achat de véhicules, achat de quantités importantes de marchandise, garantie minimum pour l’installation…). Cela rend la création de certaines activités sous le régime de l’auto-entrepreneur moins facile que pour les prestations de services qui demandent souvent moins d’investissements notamment pour le matériel et les locaux (puisque l’activité est souvent pratiquée au domicile du dirigeant).

- Par ailleurs, le régime régime fiscal de la micro-entreprise n'est pas forcément bénéfique selon la nature de l'activité.

En effet ce régime ne permet pas la prise en compte des charges réelles liées à l’activité pour lesquelles le régime fiscal réel est bien souvent mieux adapté.

Enfin, un certain nombre d’activités liées au secteur de l’immobilier sont exclues des entreprises pouvant bénéficier du régime fiscal de la micro-entreprise et donc du régime de l’auto-entrepreneur.

La place des auto-entrepreneurs dans les régions

L'ensemble du territoire a bénéficié de ce dispositif néanmoins certaines régions en sont plus pourvus:

- la Franche-Comté, la Lorraine, - la Haute-Normandie, le Centre, la Champagne-Ardenne et la Basse-Normandie

A l’inverse dans d’autres rĂ©gions, le ratio est bien plus faible (de 127 Ă  133) : Limousin, RhĂ´ne-Alpes, Ile-de- France et Corse.

Ce dispositif a été officiellement lancé par Hervé Novelli ancien Secrétariat d’Etat au Commerce et aux PME...

Ci-dessous une vidéo de votre serviteur avec une présentation du dispositif:

Pour avoir plus d'information: un seul site officiel: http://www.lautoentrepreneur.fr/



Partage propulsé par Wikio
 

Découvrez la nouvelle campagne de communication décalée de CISCO

S'il y a bien un point commun entre les entreprises de l'économie traditionnelle et celles de l'économie de l'innovation c'est bien la nécessité d'intégrer les nouvelles technologies pour continuer à faire du commerce, à travailler et à échanger mais différemment, plus rapidement, plus efficacement.

La démocratisation des nouvelles technologies n'est pas encore une totale réalité: à l’heure du web 2.0, beaucoup de petites entreprises sont à l'heure du bidouillage maison, de la connectique approximative et des branchement hasardeux...

Permettre aux employés, fournisseurs et clients d’être connectés en permanence et en toute sécurité est essentiel pour les entreprises. Les PME ont donc besoin de technologies fiables et adaptées à leurs besoins auxquelles elles peuvent faire totalement confiance.

Parmi les professionnels proposant des solutions en matière de mobilité, sécurité et connectivité je voudrais aujourd'hui attirer votre attention sur le groupe Cisco.

Pour mobiliser les TPE et PME sur l'amplitude de son offre produits, Cisco lance une campagne de communication décalée en proposant sur le site internet  www.lespetitssecretsbycisco.com un vote et un jeu:

1- Vous avez la possibilité de voter pour votre vidéo préférée. 3 petits films sont proposés, chacun traitant avec humour d'un thème particulier: la connectivité, la mobilité et la sécurité.

On suit au travers de ces vidéos la vie d'une petite entreprise avec ses salariés plein de bonne volonté mais qui en absence d'un environnement technologique adéquate sont contraints de mettre en place des solutions de bout de ficelle qui sont ridicules.

J'ai voté pour la vidéo mettant en scène le comptable de l'entreprise qui est obsédé par la sécurité.

2- vous pouvez également participer à un jeu concours pour gagner une machine NESPRESSO.

 


Article sponsorisé

Vidéo virale par ebuzzing
 

BNP PARIBAS une banque qui assure !

Désolé pour ce titre qui peut paraître  "un peu jeuns", mais il a juste un objectif: souligner que BNP Paribas c'est une banque mais aussi un assureur.

En effet que connaissez-vous l'activité d'assureur de BNP Paribas ?

Pour insister sur ce métier réalisé en interne depuis plusieurs années BNP Paribas vient de lancer une nouvelle campagne de publicité sur le thème de l’assurance auto.

Cette campagne est signée « Parlons Vrai » témoigne de la volonté de la banque de se rapprocher du quotidien de ses clients en ne faisant pas parler des comédiens ou des mannequins, mais les interlocuteurs réels de la banque.

Par exemple nous avons Patricia qui est agent immobilier, cliente de l’agence de Bergerac et Aurélie qui est sa conseillère BNP Paribas.

BNP Paribas a organisé via ses agences locales un grand casting national afin de trouver ses nouvelles « ambassadrices ». Tous les conseillers et tous les clients pouvaient être candidats dans la mesure où ils avaient une histoire d’assurance à raconter.


Deux spots radio et deux affiches accompagnent ce film ci-dessous qui met en scène Patricia et Aurélie:

 

Patricia a eu l'accident que tout le monde peut avoir : à peine sa nouvelle voiture achetée, voilà que quelqu'un lui rentre dedans !

Patricia étant cliente et assurée de la banque, elle a appelé Aurélie sa conseillère qui s'est occupée de tout, notamment la mise à disposition d'une voiture de remplacement le temps des travaux.

BNP Paribas à travers le témoignage d’Aurélie met en exergue l’engagement de ses collaborateurs, la personnalisation du service qu’ils rendent aux clients et la qualité de la relation qu’ils développent au quotidien.

C’est à travers ce prisme qu’il faut lire la signature publicitaire de cette campagne. « Parlons Vrai » retranscrit véritablement une nouvelle posture relationnelle faite d’écoute, de proximité et de transparence.

Ce billet sponsorisé sur la partie assurance est une aubaine pour moi puisque cela me permet d'aborder l'activité bancaire de BNP Paribas.

A la lecture de ces mots vous pensez sûrement qu'il n'y a rien de nouveau !

Vous vous dîtes que comme de nombreuses banques, BNP Paribas et ses filiales:

  • finance sous la forme d'emprunt, de crédit bail des entreprises. Sans oublier les financements court termes (escompte, factoring, découvert...),

  • réalise des prêts aux particuliers

Oui vous avez en partie raison, mais il y a quand même une nouveauté.

Une nouveauté pour qui ?

Pour les Pépinières d'Entreprises et autres Incubateurs chargés d'accompagner des créateurs d'entreprises à potentiel:

En effet une convention de partenariat a été signée entre le réseau Synersud, qui représente 17 pépinières (incubateurs....) qui accompagnent des projets innovants en Languedoc Roussiilon et BNP Paribas.

Qu'indique cette convention ?

  • Une prise de contact rapide avec l'agence locale de la banque:

Après sollicitation de la banque par la pépinière d'entreprises sous 48 heures le futur créateur ou le chef d'entreprise et le conseiller auront convenu d'un rendez-vous dans les murs de la succursale, dans la pépinière de son choix ou dans les locaux de l’entreprise.

  • Une décision sous 10 jours

A compter de la production des documents demandés par la banque le conseiller devra donner une réponse sous 10 jours.

  • Des taux et conditions attractifs

Pour les dossiers PCE (Prêt à la création d'entreprises) et les prêts complémentaires aucun frais de dossier ne sera demandé.

Pour les autres types de financement une réduction de 50 % sur les frais de dossier de crédit sera appliquée.

Bien évidemment cette convention ne confère aucune clause d'exclusivité entre les membres de Synersud et BNP Parisbas.

J’espère qu’in fine vous êtes d’accord avec moi que  BNP Paribas est bien une banque qui assure…..

 

 


Article sponsorisé

Vidéo virale par ebuzzing