ALTO-STUDIO
 

Charles BEIGBEDER est il comme nous?

beigbedergepDimanche soir nous Ă©tions quelques millions Ă  regarder le magazine capital sur M6.

Un des reportages était consacré à la dérèglementation du marché de l'électricité avec un éclairage particulier sur la société POWEO et son fondateur Charles BEIGBEDER.

C'est une évidence partagée par tout le monde: pour créer son entreprise il faut accepter de prendre des risques.

Mais en regardant le reportage j'ai pensé à ces malheureuses personnes qui ne ressentent pas la douleur et qui sont dans l'incapacité physique de la ressentir.

Et bien peut être que ce soir devant notre téléviseur nous étions en train de regarder un homme qui ne connait pas le risque, qui est dans l'incapacité mentale de pouvoir ressentir quelques peurs que ce soit...

Car il faudra m'expliquer comment un homme saint de corps et d'esprit peut se lever un matin de son lit et se dire:

"Tiens aujourd'hui je vais investir personnellement 2 millions d'euros pour concurrencer, moi tout seul (au départ), un groupe qui compte que quelques milliers de salariés, des appuis politiques et institutionnels conséquents et un savoir faire de qualité dans un métier dont je ne suis pas issu?"

Il faut vraiment avoir un logiciel particulier et un mental hors du commun pour vouloir concurrencer EDF, non?

Vous en saurez un peu plus dans peu de temps car j'ai eu le plaisir d'interviewer le personnage... (Je vous rassure il est comme nous....)

A bientĂ´t donc....

 

Michel Edouard Leclerc m'a scotché dans le magazine capital (M6)

Le magazine capital de ce dimanche soir sur M6 présentait un reportage sur "les rois du déstockage".

Un nouveau type de magasins éclot actuellement, les déstockeurs, qui écoulent des produits alimentaires de grandes marques à prix discount. Sur le plateau pour poursuivre le reportage était invité Michel Edouard Leclerc.

Guy Lagache l'interroge sur les hausses prévisibles des prix ce à quoi rétorque Michel Edouard Leclerc: en terme de négociation sur les prix nous seront "cinglants".

En réponse le journaliste fait référence aux propos de certaines PME-PMI qui se plaignent de la pression réalisée par les grandes surfaces sur leur prix de vente à tel point que cela peut les mettre en situation de dépôt du bilan.

leclercA cela il répond que leurs acheteurs prendront en compte la situation financière des PME à partir des bilans comptables dont ils disposent...

...et lĂ  heureusement que j'Ă©tais assis.....

Cela veut donc dire que le prix d'un produit est fixé en fonction de la qualité intrinsèque de ce dernier (origine et nature de la matière première, savoir faire du personnel, image du marque...), de la satisfaction du client final mais aussi de la situation financière de l'entreprise productrice.

Si l'on poursuit le raisonnement une entreprise qui a une rentabilité confortable va se voir proposer un prix d'achat inférieur à une entreprise en difficulté... en étant un peu provoquant je dirais que c'est une prime au mauvais élève.

Supposons que ce raisonnement soit partagé par l'ensemble de la grande distribution on pourrait aboutir à une paupérisation totale de nos PME. Effectivement si toutes les entreprises qui gagnent de l'argent se voit proposer des prix d'achats au rabais un jour il n'y aura plus que des entreprises en difficulté....étonnant non?

Lorsque j'ai commencé ma carrière de consultant j'ai intégré un cabinet dont le fondateur avait travaillé au sein d'un des big five.... il m'expliquait que dans ces cabinets certains associés avaient 2 voitures: l'une bon marché pour allait voir les clients et ne pas leur laisser à penser que tout aller très bien et l'autre personnelle... vous vous en doutez la seconde en général de marque allemande.....

Si cela ce trouve demain matin un client va négocier mes prestations de conseil non pas en fonction de la qualité de celles-ci ( qui sont exceptionnelles -joke-), de l'expérience accumulée... mais en considérant mes revenus....

Si c'est la cas je m'empresserai de lui demander s'il n'est pas un cousin de Michel Edouard Leclerc....