ALTO-STUDIO
 

Le bien-être au travail…

Carte de la France Vaste sujet, surtout en cette période où les cas de burn out, de bore out, s’ajoutent semaine après semaine. Le bien-être au travail finalement, ce n’est qu’une même pièce de monnaie avec côté pile l’esprit, et côté face le corps.

Si de part de mes activités de coach et hypnothérapeute je m’intéresse au mental, au cerveau des dirigeants et salariés, la préservation du corps est aussi une donnée importante.

Pour ce faire, certaines entreprises vont aider les salariés à mieux se nourrir avec une cantine qui intègre une nourriture saine, d’autres vont proposer une salle de sport, voire des cours de 30 minutes dans les locaux à la pause déjeuner avec un professeur de sport.

Il existe même des salles réservées à la sieste.

Certains dirigeants poussent leurs salariés à faire du vélo par la mise à disposition gratuite de deux roues.

Et puis certaines entreprises prennent en compte l’impact du mobilier et de l’environnement du poste de travail.

Nous savons qu’un mobilier ergonomique permet d’éviter les troubles musculo squelettiques. Je vous invite Ă  comptabiliser le nombre d’heures que vous passez assis sur des chaises, fauteuils et autres tabourets. Et vous constaterez l’immobilitĂ© de nos vies…Nous passons beaucoup de temps presque immobiles avec des muscles qui sont mis en sommeil ou plutĂ´t mis en tension par leurs inactivitĂ©s. Ce n’est pas une immobilitĂ© relaxante ! Cela vous parle les douleurs lombaires, les torticolis ?

Nous savons que le choix de l’assise et du bureau sont importants, de même que le positionnement de l’écran de l’ordinateur, qui souvent nous obligent à baisser les yeux et la tête. Respecter les deux règles d’or, à savoir avoir le dos toujours droit et les jambes jamais croisées, sera plus facile selon le mobilier.

Certains DRH privilĂ©gient l’environnement du poste de travail avec des matĂ©riaux qui vont insonoriser au maximum les bureaux. Cette problĂ©matique du bruit, vous vous en doutez, est encore plus CRIANTE ! avec des open space.

Personnellement, ce qui m’agace c’est t’entendre le bruit du clavier d’ordinateur de mon voisin…de même que ce dernier lorsqu’il parle au téléphone.

D’ailleurs savez vous pourquoi cela nous agace ? pourquoi dans un train lorsqu’un passager discute au tĂ©lĂ©phone, cela nous Ă©nerve ?

Les neurosciences nous indiquent que cela crée un bug dans notre cerveau. En effet, ce dernier est programmé pour entendre et analyser une conversation et donc, comme quand vous jouez au tennis, lorsqu’un joueur tape la balle, vous vous attendez à ce que l’autre la renvoie. Dans notre exemple, votre cerveau entend un émetteur, votre voisin, et naturellement il s’attend à avoir la réponse. Or forcément, il ne l’entend pas.

Etant programmĂ© pour un scĂ©nario qui finalement ne se rĂ©alise pas, votre cerveau va ĂŞtre tout confusionnĂ© (le pauvre…) et pour vous le faire comprendre va jouer sur vos Ă©motions. Comment ? en appuyant sur le bouton « je suis Ă©nervĂ© », après il peut appuyer sur le bouton « taisez-vous ! » et quelque fois sur un bouton « Fout'chu!% /@…._ »

Une autre proposition pour favoriser le bien-être serait de diminuer la durée des réunions…je serais curieux de connaître sur une réunion de 2 heures combien de minutes ont vraiment été utiles…

bureau rĂ©union Pour limiter la durĂ©e, il y a une solution toute simple : faire des rĂ©unions debout… Vous achetez ce type de table... de plus de 1 mètre de hauteur et le tour est jouĂ©; tout le monde sera pressĂ© de retourner Ă  son bureau bien confortable et donc tout le monde ira Ă  l’essentiel lors de la rĂ©union.

Pour finir, sachez que je tape cet article dans mon jardin sur une chaise en bois depuis mon ordinateur portable et donc les yeux baissés, et le dos courbé…

Le prochain article aura pour thème « Comment appliquer Ă  soi ce que l’on prĂ´ne aux autres ?» (SpĂ©cial dĂ©dicace)

 

Tout ce qu’il faut savoir sur la cession de parts sociales

businessfinance
Aujourd'hui je vous propose un éclairage juridique sur un acte réalisé par des centaines d'entreprises par an à savoir la cession de parts sociales. Pour ce faire voici l'approche et les conseils de LegalVision, expert des formalités juridiques en ligne.

La cession de parts sociales dans une société de personnes (SARL, SCI) doit respecter une certaine procédure qui peut parfois s’avérer complexe. Retour sur les différentes formalités à accomplir et les conditions à remplir afin de pouvoir effectuer une cession de parts sociales.

1-Pourquoi réaliser une cession de parts sociales ?

Au cours de la vie sociale, plusieurs causes peuvent inciter un associé à souhaiter vendre ses parts sociales. Cela peut être pour récupérer des fonds ou bien pour accueillir un nouvel associé dans la société sans avoir à réaliser des formalités d’augmentation du capital social. On distingue la cession de parts sociales de la cession d’actions. La cession de parts sociales est utilisée dans les sociétés de personnes, c’est-à-dire les SARL ou SCI. Les cessions d’actions concernent les sociétés de type Société Anonyme ou SAS.

Ă€ savoir : seules les parts entièrement libĂ©rĂ©es, c’est-Ă -dire les parts dont le montant a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© rĂ©glĂ©, peuvent faire l'objet d’une cession. IL faut donc s’assurer qu’une clause qui interdit la vente des parts sociales avant l’expiration d’un certain dĂ©lai n’est pas prĂ©sente dans les statuts. En outre, si l'associĂ© qui vend ses parts sociales est mariĂ© sous le rĂ©gime de la communautĂ© de biens, l’intĂ©ressĂ© devra recueillir l’autorisation de son conjoint.

2-L’encadrement de la cession de parts

On distingue 2 types de cessions, selon le statut de l'acheteur :

- Lorsque l’acheteur est une personne extérieure, la cession nécessite l’accord des autres associés. En SCI par exemple, il faut obtenir l'agrément de tous les autres associés, ou de la majorité fixée dans les statuts le cas échéant.

- La cession est dite libre lorsqu’elle est effectuée au profit du conjoint de l’associé, d’un descendant ou ascendant. L’accord des autres associés n’est donc pas requis.

3-Quels éléments doivent apparaître dans l’acte de cession de parts ?

Un acte de cession de parts doit obligatoirement ĂŞtre Ă©tabli afin que la cession soit valide. Ce document est rĂ©digĂ© par acte sous seing privĂ© ou par acte authentique. Mais, certaines mentions obligatoires doivent nĂ©cessairement apparaĂ®tre sur ce document :

- identité des anciens et nouveaux associés - clause de prix - clause d’agrément - clause de propriété - clause de non-concurrence - formalités de publicité

4-Quelle est la procédure pour céder vos parts sociales ?

La première Ă©tape consiste en la communication par le ou les associĂ©s cĂ©dants. Le gĂ©rant doit alors, dans un dĂ©lai de 8 jours :

  • soit convoquer l'assemblĂ©e gĂ©nĂ©rale des associĂ©s, qui s'expriment sur cette opĂ©ration ;
  • soit consulter les associĂ©s par Ă©crit.

Cet acte fait l’objet d’un enregistrement auprès du service impôts. La cession fait l’objet d’une imposition égale à 3% de la valeur de ces parts (5% dans les sociétés À prépondérance immobilières, comme en SCI).

Ces formalités de cession de parts sociales sont parfois un obstacle. Aussi, faire appel à un professionnel est conseillé. LegalVision, expert des formalités juridiques en ligne, permet d’effectuer une cession de parts sociales entièrement en ligne, avec un juriste qui assure le suivi de votre formalité.

 

HYPNOSE Bienveillante sur NARBONNE et BEZIERS

L'HYPNOSE est utilisée de plus en plus auprès des particuliers, des entreprises et des sportifs dans le cadre de la préparation mentale.

Les particuliers ont recours Ă  l'hypnose, l'auto hypnose, la pnl pour changer de comportement :

  • ArrĂŞter le tabac
  • Insomnies et problème de sommeil
  • Diminuer le stress
  • Augment la confiance en soi
  • GĂ©rer des douleurs chroniques
  • Peurs et phobies

Les entreprises sont intéressées par:

  • la prĂ©vention du burn out
  • le team bulding
  • la gestion du mental des commerciaux

Les sportifs sont motivés par:

  • la gestion de la motivation
  • la rĂ©gulation de l'Ă©nergie
  • la concentration
  • la gestion des contres performances

Pour tout cela je vous invite Ă  vous rendre sur le site www.hypnoses-bienveillances.fr (Jean-Philippe MARTINEZ)

Un annuaire sur le bien ĂŞtre ? : Bio&Bien-ĂŞtre.fr®, l'Annuaire national des consomm’acteurs et des professionnels des produits Bio, Ă©cologiques et de Bien- ĂŠtre

Bio et bien ĂŞtre
Bien Etre
 

Le mois sans tabac sur Narbonne avec l'hypnose

Le mois sans tabacDans le cadre du mois sans tabac j'aurais le plaisir de vous retrouver le jeudi 23 novembre 2017 à Narbonne afin de présenter l'intérêt de l'hypnose dans le cadre d'un sevrage tabagique.

Ces ateliers sont organisés par l'Assurance maladie de l'Aude, le Centre hospitalier de Carcassonne, l'Hôpital de Narbonne et l'ANPAA ( Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie).




Jean-Philippe MARTINEZ -Praticien en Hypnose
HYPNOSE/Narbonne/BĂ©ziers/Carcassonne/Perpignan

 

La création d’une SAS ou d’une SASU, une fausse bonne idée?

Pour répondre à cette question qui n’est pas évidente aujourd’hui je vous propose le point de vue du site CaptainContrat.com

La Société par Actions Simplifié (SAS) est une forme juridique particulièrement en vogue depuis quelque temps, qui suit l’appétence croissante vouée à l’entrepreneuriat en France. Il semble intéressant de se demander si elle est vraiment adaptée à toutes les situations.

La SAS est-elle la « meilleure » forme juridique ?

Cette forme juridique offre aux associés une grande liberté en ce qui concerne les règles de fonctionnement de leur société. Contrairement à la Société Anonyme (SA), il n’y a pas besoin de prévoir la constitution d’un conseil d’administration ou d’un directoire car le fonctionnement de la SAS repose sur la désignation d’un président unique. Il peut s’agir d’une personne morale ou physique, qui sera alors assimilée salariée et qui peut être actionnaire ou non de la société constituée.

De plus, ce type de sociĂ©tĂ© est plus facile Ă  crĂ©er qu’une SA. Les formalitĂ©s sont moins coĂ»teuses et la rĂ©daction des statuts est libre.De nombreux autres avantages s’offrent aux entrepreneurs qui souhaitent crĂ©er une SAS :

  • La SAS peut ĂŞtre constituĂ©e par un seul associĂ© sous la forme d’une SASU
  • Il n’y a pas de capital social minimum exigĂ©
  • Les associĂ©s ont une responsabilitĂ© limitĂ©e
  • Le patrimoine personnel n’est pas engagĂ© en cas de dettes au nom de la sociĂ©tĂ©
  • Le capital est facilement modifiable
  • Les rĂ©gimes fiscal et social sont avantageux d’un point de vue financier
  • La nomination et la rĂ©vocation d’un prĂ©sident ne demande pas de formalitĂ©s trop poussĂ©es

Cette liste n’est pas exhaustive et ces exemples font partie des éléments traduisant la souplesse offerte par la SAS.

Bien que cette forme juridique apparaisse comme celle à privilégier grâce aux libertés qu’elle offre aux porteurs de projet, est-elle toujours celle à choisir dans 100% des cas ?

Vous vous en douterez, la réponse est non... Longtemps favorite des français et pour de bonnes raisons, la SARL peut aussi être un bon choix pour votre projet, notamment si vous n’avez pas beaucoup d’expériences entrepreneuriales.

La liberté offerte par les statuts de la SAS peut-elle constituer un danger ?

Le succès de la SAS s’explique principalement par la simplicitĂ© de sa constitution. C’est toujours grisant de se sentir libre de crĂ©er et faire fonctionner sa sociĂ©tĂ© comme on l’entend mais cette qualitĂ© peut ĂŞtre Ă©galement synonyme de risques. En effet, lorsqu’une SAS est constituĂ©e, les associĂ©s peuvent y insĂ©rer tous types de clause, notamment quant Ă  la nomination et la rĂ©vocation du prĂ©sident, mais Ă©galement, des clauses relatives Ă  l’actionnariat. Cependant, des clauses trop restrictives peuvent vite rendre les associĂ©s « prisonniers » de leurs actions. A l’instar de la SAS, la crĂ©ation d’une SARL est, elle, strictement encadrĂ©e par la loi. Cette absence de libertĂ© contractuelle se rĂ©vèle ĂŞtre un avantage dans plusieurs cas. Premièrement, opter pour une forme juridique très encadrĂ©e permet d’avoir une « ceinture de sĂ©curitĂ© » lorsque l’on fait ses premiers pas dans le monde de l’entrepreneuriat. Ensuite, le cadre juridique plus restreint de la SARL permet de ne pas oublier de clauses et procure une sĂ©curitĂ© juridique que l’on ne retrouve pas avec la SAS.

Dans quelles mesures la SARL est-elle recommandée ?

La SARL est gĂ©nĂ©ralement la forme juridique la plus indiquĂ©e pour les entreprises familiales. Lorsque la SARL est constituĂ©e entre membres d’une mĂŞme famille, les associĂ©s de cette SARL dite « familiale » peuvent opter pour une imposition sur le revenu, Ă  la place de l’impĂ´t sur les sociĂ©tĂ©s. Avoir le choix entre les deux rĂ©gimes d’imposition peut permettre d’optimiser la structure fiscale de l’entreprise et va influencer les cotisations sociales auxquelles seront soumis les associĂ©s. La SAS, a contrario, est soumise en principe au rĂ©gime d’imposition sur les sociĂ©tĂ©s (IS), cela signifie que la taxe sur les bĂ©nĂ©fices est supportĂ©e par la sociĂ©tĂ© directement et que les associĂ©s seront ensuite imposĂ©s sur les revenus tirĂ©s de leur rĂ©munĂ©ration ou de la distribution de dividendes. Depuis 2008, il est dĂ©sormais possible pour une SAS d’opter pour l’impĂ´t sur le revenu si la sociĂ©tĂ© satisfait Ă  certaines conditions.

Comment faire le bon choix ?

Votre choix dépend essentiellement de vos besoins, de ce que vous projeter de faire dans le futur et de votre ressenti vis-à-vis du juridique. La SAS peut apparaitre comme la forme sociale idéale, néanmoins, elle n’est pas forcément adaptée à une personne ne souhaitant pas prendre le temps d’analyser toutes les possibilités offertes par la souplesse de cette forme juridique.

Rappelez-vous que la SAS doit prévoir toutes les règles de fonctionnement de la société, les règles de gestion, les règles relatives aux actionnaires… Il ne faut rien laisser au hasard et donc ça demande beaucoup de recherches et de travail personnel, ou un accompagnement par un professionnel avisé. Pour la SARL, le fait d’être encadré peut-être contraignant car il n’est pas possible de fixer les règles de fonctionnement souhaitées. L’entreprise est soumise à des règles légales fixes qui limitent la marge de manœuvre des associés. Néanmoins, ce statut permet d’anticiper toutes les situations futures car tout est prévu par la loi et il existe une jurisprudence dense.

Vous l’aurez compris, il est difficile aujourd’hui de savoir si la SAS est une forme juridique, survendue, toutefois on peut aisĂ©ment affirmer qu’en processus de crĂ©ation il faudra vous poser les bonnes questions avant de faire le choix de votre forme sociale. Ce n’est pas toujours Ă©vident de comprendre les diffĂ©rents enjeux juridiques auxquels une entreprise peut ĂŞtre confrontĂ©e. N’hĂ©sitez pas Ă  parler de votre projet et de vos besoins Ă  un professionnel qui saura vous guider vers la forme sociale la plus adaptĂ©e et pas nĂ©cessairement la plus « populaire », afin de dĂ©marrer l’aventure entrepreneuriale d’un bon pied. En cas de besoin, notre partenaire peut vous accompagner dans la crĂ©ation de votre entreprise et vous faire bĂ©nĂ©ficiez de conseils d’experts et avocats : crĂ©ez votre entreprise en quelques clics.