ALTO-STUDIO
 

Pôles de compétitivité : résultats du septième appel à projets de recherche et développement

Carte de la france91 projets de recherche et développement (R&D) émanant de 53 pôles de compétitivité ont été retenus pour un financement par l’État de 107 M€.

Ces projets ont Ă©tĂ© retenus parmi les 190 dossiers prĂ©sentĂ©s au septième appel Ă  projets. SĂ©lectionnĂ©s pour leur caractère innovant et pour l’activitĂ© Ă©conomique qu’ils vont gĂ©nĂ©rer, ils vont bĂ©nĂ©ficier d’une aide financière de l’État (ministères : Économie, Industrie et Emploi – DĂ©fense – Agriculture et PĂŞche – Écologie, Énergie, DĂ©veloppement Durable et AmĂ©nagement du Territoire – SantĂ©).

Les collectivités territoriales ont indiqué leur intention de financer la plupart de ces projets aux côtés de l’État, à hauteur d’environ 67 M€.

Les PME impliquées dans les projets au titre de cet appel à projets devraient bénéficier directement de près de 30 M€ du fonds interministériel.

La liste des projets retenus est jointe en annexe 1.

Chercheurs et entrepreneurs se mobilisent, dans le cadre d’une coopération public/privé, sur des projets nouveaux qui n’auraient pas été lancés sans les pôles de compétitivité.

Porteurs d’efficacité économique et d’emplois, ces projets comportent également une innovation qui doit permettre aux entreprises impliquées de prendre des positions de leader. D’une manière générale, la qualité des projets s’améliore au fil des appels à candidatures, témoignant d’un approfondissement des travaux préparatoires conduits au sein des pôles.

Quelques exemples précis de projets retenus sont cités en annexe 2.

En cumulé, l’ensemble des appels à projets des pôles ont permis de soutenir 645 projets des pôles depuis 2005.

Ces projets représentent un montant de dépenses de R&D de près de 3,6 milliards d’euros, 13 000 chercheurs et un financement public de près de 1,3 milliard deuros dont plus de 830 M€ par l’État.

Un huitième appel à projets a été lancé le 27 févier 2009. Les projets sélectionnés seront connus fin juillet 2009.

Pour en savoir plus sur les pĂ´les de compĂ©titivitĂ©, consultez les sites internet : www.compĂ©titivitĂ©.gouv.fr et www.industrie.gouv.fr

 

L'État percevra une partie du dividende versé en 2009 par France Télécom

point interrogationL'État percevra une partie du dividende versé en 2009 par France Télécom au titre de l'exercice 2008 sous la forme d'actions France Télécom.

Lors de sa séance du 3 mars 2009, le Conseil d’administration de France Télécom a décidé de proposer au vote de l’Assemblée générale ordinaire du 26 mai 2009 le versement de la moitié du solde du dividende au titre de l’exercice 2008 – soit 0,40€ par action – de façon optionnelle en numéraire ou en actions de la société.

L’État, actionnaire de France Télécom, affirme sa volonté de voter en faveur de cette résolution lors de l’Assemblée générale du groupe et précise qu’il s’engage pour sa part à prendre l’option d’un versement en actions.

Intéressant ce versement, maintenant je m'interroge que ce soit pour France Télécom ou la SNCF: est ce que les bénéfices tiennent compte des éventuelles subventions versées ?

Car il fut un temps où la SNCF annonçait des bénéfices or ce que les contribuables ne savaient pas c'est que l'entreprise touchait une subvention conséquente de l'Etat donc de nous contribuables...En ce sens nous payons deux fois: en tant que client (ce terme reste un gros mot pour certains) et avec nos impôts....

A suivre...

 

Pour aider les entreprises, le plafond de minimis augmente

businessfinanceEn rĂ©ponse Ă  la crise, et avec l’aval de la Commission europĂ©enne, Christine Lagarde a souhaitĂ© que soit relevĂ© temporairement le plafond des aides « de minimis ». Dans la loi de finance 2009, le plafonnement des « minimis » a Ă©tĂ© relevĂ© passant de 200 000 euros pour trois ans Ă  500 000 euros pour deux ans.

En quoi cela est important pour certaines entreprises?

L'europe stipule que le total des aides fiscales (exonération de charges, d'impôt...) et des aides financières (subvention...) qui sont obtenues par les entreprises ne peuvent être supérieures au plafond minimis...ce plafond augmentant certaines entreprises verront les aides également augmenter...

 

Une auto interview de monsieur Hervé Novelli

Carte de la franceUne auto interview de monsieur Hervé Novelli, secrétaire d’Etat chargé du Commerce, de l’Artisanat, des PME, du Tourisme et des Services.... En effet les questions ont probablement été posées par son service communication:

  • 34000 entreprises crĂ©Ă©es en France en janvier, une hausse de 35 % par rapport Ă  dĂ©cembre.

Comment l’expliquez-vous ?

Ce chiffre montre que les Français ne se rĂ©signent pas face Ă  la crise, bien au contraire ! Ils ont des projets, des idĂ©es et ont envie de les rĂ©aliser. Beaucoup de Français Ă©taient auparavant rebutĂ©s par la complexitĂ© administrative quand ils voulaient crĂ©er leur entreprise mais la mise en place du rĂ©gime de l’auto-entrepreneur depuis le 1er janvier 2009 a considĂ©rablement changĂ© la donne. Ce rĂ©gime a dĂ©jĂ  suscitĂ© un Ă©norme engouement avec plus de 70 000 inscriptions en quelques semaines. En simplifiant la crĂ©ation d’entreprise Ă  l’extrĂŞme, elle devient Ă  la portĂ©e du plus grand nombre : demandeurs d’emploi, salariĂ©s, fonctionnaires, retraitĂ©s ou Ă©tudiants, peuvent en bĂ©nĂ©ficier, soit pour dĂ©gager des revenus complĂ©mentaires, soit pour lancer leur activitĂ© Ă  temps plein.

  • Les chiffres du chĂ´mage pourraient-il Ă  eux seuls expliquer cette hausse ?

L’an dernier, près d’une création d’entreprises sur deux était le fait d’un demandeur d’emploi. Il est probable que la crise pousse à tenter l’aventure et ainsi la création d’activité. C’est aussi vrai chez les demandeurs d’emplois. Mais je crois plus généralement que l’esprit d’entreprise est entré dans les esprits. L’alternative au chômage, ce n’est plus forcément de trouver un emploi salarié, ça peut également être de se lancer soi-même dans l’aventure entrepreneuriale et de créer son propre emploi.

Et c’est d’autant plus vrai dans une conjoncture difficile. Les Français ont des projets et de l’énergie, le devoir du Gouvernement c’est de lever les freins qui pouvaient les empêcher d’entreprendre, car tous ces entrepreneurs en devenir sont de formidables réservoirs de croissance et d’emplois.

  • Est-ce Ă  dire que la crĂ©ation d’entreprise et le rĂ©gime d’auto-entrepreneur constituent des armes anti-chĂ´mage efficaces ?

Sans aucun doute, et même plus largement de véritables armes anti-crise. Avec l’auto-entrepreneur, il est désormais possible de lancer son activité en quelques minutes, en se connectant sur le site www.lautoentrepreneur.fr et de bénéficier d’une grande simplicité dans la création et la gestion de son activité au quotidien. Avec ce régime, il n’y a rien à payer lorsqu’aucun chiffre d’affaires n’est généré.

L’auto-entrepreneur bénéficie également d’une lisibilité sur les revenus financiers dégagés par son travail, puisqu’il ne doit s’acquitter que d’un taux unique et libératoire de prélèvement social et fiscal. Qui plus est, pour le cas spécifique des chômeurs, dans quelques semaines, les bénéficiaires de l’Accre (aide aux demandeurs d’emploi créant ou reprenant une entreprise) pourront également se lancer en tant qu’auto-entrepreneur et tirer pleinement parti de ce régime. Une des armes contre le chômage, c’est de faire de la France une terre d’entrepreneurs, et ce régime, j’en suis persuadé, va y contribuer.

  • En quoi la mise en place d’un guichet unique pour la crĂ©ation d’entreprise, sur internet, dĂ©cidĂ©e par le Premier ministre, simplifie-t-il concrètement les dĂ©marches administratives ?

Ce guichet unique va permettre à partir de 2010 aux futurs entrepreneurs, quel que soit leur statut juridique, fiscal ou social, de voir leurs projets traités par un seul interlocuteur, le Centre de formalités des entreprises, sans passer d’une administration à une autre pour obtenir des autorisations administratives.

De plus, nous allons mettre en place un portail unique de création d’entreprise en ligne pour les entrepreneurs qui le souhaitent. Il doit permettre à ces entrepreneurs d’accomplir par internet l’ensemble des procédures et formalités nécessaires à l’exercice de leur activité et disposer de toutes les informations les concernant. Il y a une réelle demande des Français pour une création d’entreprise dématérialisée. J’en veux pour preuve que 75% des auto-entrepreneurs s’inscrivent depuis le site internet. La dématérialisation complète de la création d’entreprise sera une réalité dès la fin de l’année.

 

Entrepreneurs pratiquant le lobbying...voici 7 députés à rencontrer

Carte de la franceDans le cadre du plan de relance du Gouvernement, la loi de finances rectificative pour 2009 et la loi pour l’accélération des programmes de construction et d’investissement publics et privés viennent d’être adoptées.

Le comité interministériel d’aménagement et de compétitivité des territoires (CIACT) qui s’est tenu à Lyon le 2 février dernier, a arrêté la liste des 1 000 premiers projets soutenus par le plan de relance.

Pour appliquer ce plan le Premier ministre vient de nommer sept parlementaires en mission auprès de Patrick Devedjian, ministre chargĂ© de la Mise en Ĺ“uvre du plan de relance :

  • Brigitte Bareges (dĂ©putĂ© du Tarn et Garonne),
  • François-NoĂ«l Buffet (sĂ©nateur du RhĂ´ne),
  • Marc-Philippe Daubresse (dĂ©putĂ© du Nord),
  • Philippe Houillon (dĂ©putĂ© du Val d’Oise),
  • ValĂ©rie Rosso-Debord (dĂ©putĂ© de Meurthe et Moselle),
  • Jean-Marc Roubaud (dĂ©putĂ© du Gard),
  • et François Zocchetto (sĂ©nateur de Mayenne).__

Pour assurer l’équité territoriale des mesures mises en œuvre, chaque parlementaire sera en charge d’une partie du territoire.

Les parlementaires rendront leurs premières conclusions en juin 2009, afin de permettre à cette date une première évaluation de la mise en place du plan de relance et du démarrage effectif des projets.

Si vous souhaitez poursuivre la lecture de sujets similaires, je vous propose les articles suivants: