ALTO-STUDIO
 

Le programme Gazelles sur 2007

Plusieurs précisions concernant le programme "Gazelles" pour 2007:

Une entreprise dont la masse salariale aura progressé à un rythme compris entre 15 % et 20 % au cours de deux exercices obtiendra le statut de gazelle.
Le gouvernement doit déterminer la fourchette d'effectifs permettant d'être éligible au statut.

Ainsi contrairement à l'année passée la croissance du chiffre d'affaires n'est plus retenue.

Cette nouvelle promotion de gazelles devrait compter entre 4.000 et 5.000 entreprises.

-Avantages du dispositif:
  • Pendant deux ans les entreprises seront exon√©r√©es de l'imp√īt sur les soci√©t√©s et b√©n√©ficieront d'un d√©calage de 6 mois pour le paiement des nouvelles cotisations sociales assises sur les recrutements √† venir
  • le statut de gazelles permettra de b√©n√©ficier pendant au moins deux ans d'un dispositif de mobilit√© attractif pour les cadres de grandes entreprises et de la fonction publique, en instaurant une possibilit√© de " cong√©-PME de croissance " ou de " mi-temps PME-de croissance ".

    Ainsi ces cadres pourront se lancer dans l'aventure de l'entreprenariat avec un parachute puisqu'en cas d'échec ils pourront retourner dans leur structure d'origine.
  • Ce statut permettra √©galement de b√©n√©ficier du soutien d'interlocuteurs d√©sign√©s dans les services fiscaux et sociaux pour que la croissance ne soit pas ralentie par les formalit√©s.
Source: La Tribune de ce jour
 

Exonération de charges sociales (suite)

Dans un précédent billet je faisais état d'un certain scepticisme sur l'effet entrainant que pouvait avoir la baisse des charges sociales de 2.1% sur la création d'emploi.

La simulation réalisée par l'Entreprise.com conforte cette interrogation:

Pour un Smic brut s'élevant depuis le 1er juillet 2006 à 1254,28 euros brut mensuel,

(avec un taux accident du travail à 0,94 % et le taux transport Paris 9e arrondissement)

les charges Ursaaf de l'employeur devraient passer de 80,78 euros actuellement (avec l'allègement Fillon) à 62,71 euros.

Gain pour l'employeur : 18,07 euros par salarié payé au Smic.