ALTO-STUDIO
 
Matignon souhaite rencontrer des entrepreneurs

carte de la franceLe premier ministre Jean-Marc Ayrault mercredi a reçu 12 créateurs d'entreprises pour:

  • connaĂ®tre cette communautĂ©....
  • promouvoir la politique du gouvernement

Il y avait 6 hommes et 6 femmes...aucune information sur la couleur de la peau, la religion, la taille....

"Le gouvernement souhaite ainsi montrer l'intérêt qu'il porte à l'entrepreneuriat sous toutes ses formes dans notre pays, à valoriser la prise de risque associée à la création d'entreprise et, enfin, à capitaliser sur les expériences réussies, afin d'inspirer celles et ceux qui souhaiteraient, à leur tour, créer leur entreprise", expliquent les services du Premier ministre.

Selon Matignon, "les participants ont tenu à souligner l'importance de l'accès au financement au stade de la création, leur souhait de disposer d'un environnement réglementaire et fiscal stabilisé pour entreprendre et ont également évoqué les enjeux associés à la mise en place dans notre pays d'un accompagnement personnalisé des entrepreneurs".

M. Ayrault a en retour vanté les dispositifs mis en place depuis un an, comme le crédit d'impôt compétitivité ou la Banque publique d'investissements.

Une question me vient à l'esprit: la BPI n'est que le regroupement d'OSEO innovation, Oséo financement, Oséo garantie, la CDC....mais au final qu'est ce que cela apporte de plus ?

D'un point de vue marketing il y a création d'une nouvelle marque, par contre en terme de services on attend toujours....

Partage propulsé par Wikio

Voter pour ce billet "extraordinaire" ;) sur les diggs-like :

Digg it! - del.icio.us it! - Blogmark it! - Ajouter ŕ mes favoris Technorati - Blogmark it! - Scoop it! - Fuzz it! - Tape Moi! - AllActuer Ca! - Nuouz Ca! - Memes Ca! - Pioche Ca! - Blue it! - Bookmark Ca!


 
‹ retour à l'accueil
Commentaires
1.   Pascall  â€ş  jeudi 25 juillet 2013 à 11:39

Déjà que la création d'Oseo s'étatit traduit par le remplacement des spécialistes de l'innovation par des banquiers.
Le problèmes de la BPI est que ça s'apelle une banque et que cela n'en n'est pas. Si c'était une banque, elle pourrait directement emprunter ses capitaux à la BCE au meilleurs taux et pourrait travailler avec des capitaux quasi-permanents qu'elle pourrait mettre dans les fonds propres des entreprises aidées. Mais comme elle doit emprunter ses capitaux sur le marché, il faut rembourser rapidement avec des taux élevés, donc l'efficacité pour le financement des entreprises est quasi nul.

 
2.   Jean-Philippe  â€ş  jeudi 25 juillet 2013 à 12:05

Tout à fait Pascal la légitimité de la BPI peut être posée car au niveau des aides à l'innovation rien de neuf...Le nouveau prêt PPI ( Prêt pour l'Innovation) permettant de financer les dépenses de commercialisation était probablement déjà dans les tuyaux avant la création de la BPI

De plus vous avez raison le raisonnement bancaire prend le dessus puisqu'il ne s'agit pas d'une avance remboursable (outil classique chez Oséo) mais d'un prêt avec un taux d'intérêt qui est loin d'être compétitif et donc bon marché...

Nous sommes dans une démarche de communication.
Prenons une image: supposons demain qu'il y ait la création de la marque automobile MOBILIS...et à grand renfort de communication ont nous annoncent qu'il s'agit d'un nouveau constructeur automobile....
Alors qu'en réalité MOBILIS n'est que l'agrégation et le regroupement de Renault et Peugeot...
Donc au final rien de neuf....

A défaut d'une nouvelle offre en matière de financement des entreprises espérons au moins qu'il y ait des économies d'échelle, de coût par la mutualisation des moyens..mais là encore je ne vois rien venir....

Alors s'il n'y a pas une véritable révolution pour nos entreprises et qu'en plus en tant que contribuable il n'y pas non plus d'effets positifs ( baisse des budget de fonctionnement....)
A quoi bon ?







Jean-Philippe

 
‹ retour à l'accueil
Trackbacks

Aucun trackback.

Pour faire un trackback sur ce billet : http://capitalsocial.fr/tb.php?id=1202

 
Ajouter un commentaire