ALTO-STUDIO
 
Le statut d'auto entrepreneur un véritable gùchis !

point interrogationVisiblement les nouvelles ne sont pas bonnes pour le statut d'auto entrepreneur avec notamment le fin de la mesure la plus intéressante pour ce statut: en l'absence de chiffre d'affaires aucune charge à payer, et lorsque les premiers euros rentrent les charges sont proportionnelles....

Pourquoi un tel gĂąchis ?

  • Tout d'abord parce que cette mesure a Ă©tĂ© mal vendue et mal comprise par ses initiateurs, ce qui est un comble. Intellectuellement c'est d'ailleurs intĂ©ressant: comment peut crĂ©er quelque chose qui nous dĂ©passe..mais bon c'est autre thĂšme presque plus philosophique....

Revenons à la premiÚre erreur, celle qui relÚve de la communication et de l'argumentaire utilisés:

Selon ses concepteurs le statut d'auto entrepreneur serait le premier sas pour valider son idée, son projet et si les voyants sont au vert on passerait à une véritable création d'entreprise c'est à dire une SARL, SA....une société.

Avec un tel argumentaire les initiateurs se sont tiré une balle dans le pied, car les détracteurs ont beau jeu de constater qu'il y a peu de création de SARL ou de SA aprÚs le passage en auto entrepreneur...tout en constatant également le faible chiffre d'affaires moyen.

Si on reprend à notre compte le raisonnement des détracteurs, puisqu'il n'y pas de création de véritable entreprise sous la forme d'une société ce statut ne sert à rien!

Ce faisant des milliers d'entrepreneurs individuels en France devraient ĂȘtre froissĂ©s d'ĂȘtre considĂ©rĂ©s comme des sous entrepreneurs

Pourtant l'auto entrepreneur constitue une entreprise individuelle. En tant qu'entreprise individuelle il est possible de choisir par exemple entre le statut fiscal et social d'auto entrepreneur ou le rĂ©gime de la micro entreprise oĂč l'entrepreneur Ă  peine immatriculĂ© doit en moyenne payer 3 000 euros de cotisations sociales sous 90 jours mĂȘme sans aucun chiffre d'affaires.

Une nouvelle fois il y a plus de 1 700 000 entrepreneurs individuels en France, plus de la moitié des entrepreneurs individuels sont des artisans.

Nos plombiers et autres artisans du BTP entre autre devraient ĂȘtre assez surpris de ne pas ĂȘtre considĂ©rĂ©s comme de vĂ©ritables chefs d'entreprise puisqu'ils ne sont pas Ă  la tĂȘte d'une sociĂ©tĂ©.

Il est vrai que l'on retrouve là un travers bien français au niveau des élites " le big is beautiful"..Je ne me souviens pas qu'un ministre de l'économie ait rendu visite à un entrepreneur maçon, plombier..par compte visiter Renault, Areva cela plutÎt deux fois qu'une...

Alors chers détracteurs si vous considérez que seules une SARL, une SAS ou une SA sont créatrices de valeur, eh bien supprimez le statut de l'entreprise individuelle et vous serez au moins cohérent (dangereux mais cohérent!)

Le second gĂąchis est imputable Ă  l'oubli d'un argument important pourtant cher Ă  certains: augmenter le pouvoir d'achat des Français. En effet en moyenne un auto entrepreneur affiche un chiffre d'affaires proche de 1 000 euros par mois (Ă©tude Insee fĂ©vrier 2012)....alors cela n'est pas suffisant pour vivre de cette activitĂ© mais qui peut se plaindre de disposer d'un supplĂ©ment de revenu Ă  cette hauteur ?

43 % des auto entrepreneurs sont salariĂ©s dans le privĂ© et le public et ainsi bĂ©nĂ©ficient d'une augmentation consĂ©quente de leur revenu..eh bien cela ne compte pas ! aucune importance ! tans pis pour eux !

Pourtant ils ont adhéré à ce statut non pas pour créer à terme une Pme mais simplement disposer d'un complément de revenu...Force est de constater que le statut a répondu à leurs objectifs.

Mais il est vrai qu'avec les augmentations d'impÎts prévisibles comme le gel des tranches sur les barÚmes de l'impÎt sur le revenu, l' augmentation étudiée de la CSG et l'inflation sur les prix de consommation courantes dont le gaz...effectivement on peu ce permettre le luxe de supprimer ou fortement amender une mesure qui permet à des dizaines de milliers de personnes de gagner davantage.

J'avoue ne trouver aucun sens Ă  cela, et vous ?

Partage propulsé par Wikio

Voter pour ce billet "extraordinaire" ;) sur les diggs-like :

Digg it! - del.icio.us it! - Blogmark it! - Ajouter à mes favoris Technorati - Blogmark it! - Scoop it! - Fuzz it! - Tape Moi! - AllActuer Ca! - Nuouz Ca! - Memes Ca! - Pioche Ca! - Blue it! - Bookmark Ca!


 
â€č retour Ă  l'accueil
Commentaires
1.   Arnaud du maine et loire  â€ș  lundi 1 octobre 2012 à 10:16

Le pire, c'est lorsque l'on voit qu'il annonce 130 millions d'économie. 130 millions ! C'est rien par rapport à ce que cela rapporte pour ces anciens chÎmeurs, ces salariés en reconversion ou ces étudiants qui tentent l'aventure de l'entrepreneuriat !!!

Alors oui, il y a des dérives dans le BTP notamment, mais ce sont les dérives qu'il faut corriger, pas les bienfaits !

 
2.   Jean-Philippe  â€ș  lundi 1 octobre 2012 à 21:59

Tout à fait Arnaud, comme souvent on jette "l'eau du bain avec le bébé..."

 
3.   julia  â€ș  mercredi 3 octobre 2012 à 17:59

Je suis tout à fait d'accord avec vous. Je ne comprends pas vraiment l'objectif de tout cela. Décourager les gens de se lancer en auto-entrepreneur s'ils n'ont pas une vision de pme à terme? Je trouve que l'on n'encourage vraiment pas les gens à se lancer dans l'entreprenariat, et c'est vraiment dommage pour toutes ces personnes qui génÚrent un complément de revenu intéressant chaque mois.

 
4.   fred@spontini  â€ș  jeudi 4 octobre 2012 à 09:09

La seule chose qui est bien pour moi. C'est que l'on demande à certaines professions un diplÎme avant de pouvoir se lancer en auto-entrepreneur. Beaucoup de particuliers se sont fait avoir par des "artisans" non qualifiés".

 
â€č retour Ă  l'accueil
Trackbacks

Aucun trackback.

Pour faire un trackback sur ce billet : http://capitalsocial.fr/tb.php?id=1142

 
Ajouter un commentaire