ALTO-STUDIO
 
EDF va emprunter 1 milliard auprès des Français: mauvaise nouvelle pour nos start ups

businessfinanceEDF sur les années à venir affiche un plan d'investissement conséquent:

  • construire une dizaine de rĂ©acteurs de 3ème gĂ©nĂ©ration (EPR): si l'on prend comme comparaison celui de Flamanville Ă  chaque fois le groupe investira 3,9 milliards d'euros.
  • continuer la politique de croissance externe par l'achat de sociĂ©tĂ©s concurrentes ou ayant une activitĂ© complĂ©mentaires. La dernière acquisition fut avec la sociĂ©tĂ© d'Ă©nergie BRITISH ENERGY et lĂ  aussi la facture fut lourde avec plus de 13 milliards investis.
  • poursuivre la rĂ©novation du rĂ©seau Ă©lectrique...

Ce faisant pour financer ce programme ambitieux EDF va lancer mi juin un emprunt d'environ 1 milliard d'euros exclusivement auprès des particuliers.

Le taux proposé sera attractif à 4,5% à comparer au 1,75% du fameux livret A.

Notons que cela fait depuis plus de 15 ans que ce type d'opération n'avait pas été lancé.

On entend ici ou là qu'EDF réalise cette opération pour limiter son endettement.... il faudrait que l'on nous explique comment une entreprise peut limiter son endettement en lançant un nouvel emprunt ?

Visiblement si EDF emprunte auprès du public c'est pour rembourser par anticipation la dette contractée auprès des banques. Sachant que le taux d'intérêt des banques doit être supérieur à celui proposé aux particuliers.

Ainsi cette opération ne devrait pas abaisser le niveau d'endettement mais abaisser le coût de l'endettement.

Alors pourquoi cette opération est une mauvaise nouvelle pour nos entrepreneurs? en effet EDF n'est en rien responsable de la difficulté qu'ont nos start ups à mobiliser des financements pour se lancer et se développer.

Le problème réside dans la captation de l'épargne: 1 milliard d'euros de financement à EDF ce n'est peut être pas 1 milliard d'euros qui serait aller à nos jeunes pousses mais probablement plusieurs millions via différents véhicules ( FCPI, FIP, investissement direct en tant que business angel...)

Cet exemple montre qu'indirectement dans la recherche de financement nos entreprises ont une double concurrence redoutable:

  • celle de notre administration qui finance son dĂ©ficit par de l'emprunt et donc capte de l'Ă©pargne de Français ( qu'il s'agisse de particuliers ou d'institutionnels),
  • et maintenant celle de grands groupes, car plusieurs analystes considèrent qu'EDF vient d'ouvrir la voie et que d'autres vont bientĂ´t suivre...

En résumer pour qu'une entreprise lève des fonds auprès des particuliers il faut que:

  • le projet soit crĂ©dible: le business plan et la relation Ă©quipe/projet doivent ĂŞtre au rendez vous. Ce faisant le financier/particulier va analyser le projet en valeur absolue
  • que le projet d'entreprise en question soit supĂ©rieur en terme de crĂ©dibilitĂ© et de rĂ©munĂ©ration Ă  ceux proposĂ©s par des business concurrents.
    Ce faisant le financier/particulier va analyser le projet en valeur relative, par comparaison Ă  d'autres.
  • que le projet de l'entreprise prĂ©sente une rĂ©munĂ©ration nettement supĂ©rieure Ă  ce que propose l'Etat et maintenant les grands groupes.

Si, si chers entrepreneurs gardez le moral, vous allez y arriver..il suffit juste d'oublier ce billet.....

Si vous souhaitez poursuivre la lecture de sujets similaires, je vous propose les articles suivants:

Voter pour ce billet "extraordinaire" ;) sur les diggs-like :

Digg it! - del.icio.us it! - Blogmark it! - Ajouter ŕ mes favoris Technorati - Blogmark it! - Scoop it! - Fuzz it! - Tape Moi! - AllActuer Ca! - Nuouz Ca! - Memes Ca! - Pioche Ca! - Blue it! - Bookmark Ca!


 
‹ retour à l'accueil
Commentaires
1.   Yann  â€ş  mercredi 17 juin 2009 à 12:46

Je pense qu'il faut voir quel est le pourcentage de ce Milliard qui serait allé dans l'investissement de start-ups.
A mon sens EDF va surtout récupérer des sommes dormant sur des Livret A au taux bien inférieur (pour le moment, à voir dans quelques années...).

 
2.   Jean-Philippe  â€ş  mercredi 17 juin 2009 à 15:04

Tout à fait Yann, la logique voudrait qu'il en soit ainsi, néanmoins même pour un épargnant qui refuse le risque il existe des placements qui combinent une relative sécurité et le financement des jeunes entreprises par un système de pondération.

Il existe des mécanismes fiscaux qui aujourd'hui permettent justement de rendre plus attractif la prise de risque, sauf que les effets peuvent être amoindris si en parallèle se multiplie des nouvelles opportunités de placement moins risquées...

A voir....

 
‹ retour à l'accueil
Trackbacks

Aucun trackback.

Pour faire un trackback sur ce billet : http://capitalsocial.fr/tb.php?id=784

 
Ajouter un commentaire