Carte de la FranceLors de ses vœux aux forces économiques le 15 janvier à Vesoul, le président de la République a exigé des banques françaises de nouvelles contreparties en échange des aides de l’Etat.

Le chef de l’Etat a demandĂ© aux dirigeants des banques de renoncer Ă  leur bonus cette annĂ©e en contrepartie du soutien financier que l’Etat leur a apportĂ©. Christine Lagarde sera chargĂ©e d’étudier les conditions d’une nouvelle intervention de l’Etat pour soutenir les banques françaises. Une "intervention assortie de trois nouvelles contreparties" : elles portent sur le financement de projets prĂ©cis, sur les dividendes versĂ©s aux actionnaires et sur la rĂ©munĂ©ration des dirigeants.

De plus les moyens d’Oséo, la banque publique d’aide aux petites et moyennes entreprises, seront renforcés pour lui permettre de garantir "jusqu’à 90 %" du montant des prêts aux entreprises contre 70 % précédemment.

En octobre, Oséo avait été autorisée à prendre 5 milliards d’euros de risques supplémentaires pour garantir l’accès des entreprises au crédit dans le cadre d’un plan de 22 milliards d’euros dédié au financement des PME.

Les demandes des PME restant très fortes, le plan de relance a renforcé les mesures en faveur des PME à hauteur de 4 milliards d’euros de prêts, au travers d’un nouveau renforcement des interventions d’Oseo.

Pour la filière automobile, le chef de l’Etat a assuré que de nouvelles ressources seront mobilisées pour soutenir le secteur. "On vous aidera de toutes nos forces, mais on se battra aussi pour que des sites qui représentent l’identité française soient préservés", a-t-il expliqué lors de la visite à l’usine PSA de Vesoul. Concrètement, le Gouvernement "prendra des décisions pour aider nos constructeurs à garder nos emplois et nos industries en France, à soutenir l’évolution vers la voiture électrique, à alléger les charges", a-t-il ajouté.

Pour revenir sur la gestion des rémunérations "des cadres dirigeants" au sein des banques; sujet au combien brulant puisque certaines banques sont réticentes à annuler les bonus de leurs salariés; il est fort à parier que nous aurons des nouvelles de ce rapport de force dès demain.

En effet le Président de la République réunira les principaux dirigeants des banques françaises mardi 20 janvier 2009 à 18h00 au Palais de l’Élysée. Depuis le mois de septembre, le chef de l’État rencontre de manière régulière les principaux groupes bancaires pour faire le point sur la situation économique et son impact sur les institutions financières.

Cette réunion de travail aura lieu en présence du Premier ministre et de Mme Christine LAGARDE, ministre de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi.

A suivre....