businessfinanceA écouter les banquiers ils n'ont pas modifié leurs critÚres de financement dans une direction plus restrictive: Pour preuve à fin septembre, les crédits aux entreprises avaient augmenté de 12,2% sur un an, pour atteindre 768 milliards d'euros, selon la Banque de France (BdF).

Or selon la Banque de France les banques ont durci leurs conditions de prĂȘts aux entreprises sur ces derniers mois. D'ailleurs la SociĂ©tĂ© GĂ©nĂ©rale arrive au mĂȘme constat: au delĂ  du discours les actes montrent bien une baisse de la distribution de crĂ©dit aux entreprises. Ainsi, plus de trois banques sur quatre reconnaissent ĂȘtre plus sĂ©lective dans l'octroi de crĂ©dits aux entreprises et ce depuis juillet 2008.

Une partie du plan de relance du gouvernement est destinĂ© Ă  inverser la tendance avec la crĂ©ation d'une sociĂ©tĂ© qui va prĂȘter aux banques des fonds levĂ©s sur les marchĂ©s avec la garantie de l'Etat et une injection de 10,5 mds d'euros dans les six principales banques.

En contrepartie les banques se sont engagées à augmenter leurs crédits entre 3 et 4% en rythme annuel.

Le médiateur national du Crédit Réné Ricol "enfonce le clou": "Si les banquiers ne jouent pas le jeu, alors (...) l'Etat n'hésitera pas à prendre des participations au capital des banques pour éviter qu'il y ait un dérapage".

Si vous souhaitez poursuivre la lecture de sujets similaires, je vous propose les articles suivants: