ALTO-STUDIO
 

Exonération pour les sociétés reprenant une entreprise en difficulté

businessfinanceLes sociétés créées pour reprendre une entreprise industrielle en difficulté bénéficient d’exonération de l’impôt sur les sociétés.

Afin de clarifier les règles applicables à cette exonération, l’administration fiscale vient de publier une instruction qui détaille les conditions permettant d’en bénéficier.

Sont Ă©galement dĂ©taillĂ©es les activitĂ©s expressĂ©ment exclues du dispositif : transports, construction automobile, construction de navires civils, fabrication de fibres artificielles ou synthĂ©tiques, sidĂ©rurgie, industrie charbonnière, production ou transformation de produits agricoles, pĂŞche, aquaculture et pisciculture.

 

Capitaux-risqueurs et Business Angels s'adaptent à la crise financière

usaLes capitaux risqueurs et les business angels made in USA sont également impactés par la crise actuelle.

Si l'on en croit la NVCA (National Venture Capital Association) qui étudie le comportement des sociétés de capital risque et les business angels, les investissements réalisés par ces derniers sur le troisième trimestre 2008 ont baissé de 10% par rapport au troisième trimestre de 2007. Ceci est la plus importante baisse constatée sur ces 5 dernières années (pour obtenir des résultats aussi problématiques il faut revenir à l'explosion de la bulle internet en 2002-2003)

Cette baisse s'explique par :

  • une vision plus critique des investisseurs financiers dans la capacitĂ©s des start up Ă  gĂ©nĂ©rer du cash rapidement, Sequoia Capital et Benchmark Capital deux sociĂ©tĂ©s de capital investissement qui comptent dans la planète finance conseillent Ă  leurs entreprises en portefeuille de limiter les charges fixes voir de limiter la voilure en terme d'effectif.
  • mais Ă©galement par la difficultĂ© qu'ils auront une fois investis de sortir... c'est Ă  dire de trouver des acquĂ©reurs de leurs actions permettant de gĂ©nĂ©rer une plus value. Par exemple lors du troisième semestre 2008 il y a eu seulement 58 acquisition par des groupes contre 102 sur la mĂŞme pĂ©riode en 2007.

De plus les sortis en bourse sont très rares ( 7 jusqu'à septembre 2008).

Dans cette situation les capitaux risqueurs amplifient un tendance de fonds chez eux: ré-investir dans des entreprises déjà en portefeuille plutôt que d'investir dans de nouvelles start up. La filière la plus touchée est celle des NTIC qui affiche une baisse de 36% des investissements en fonds propres par rapport à 2007.

Cette situation reste problématique lorsque l'on sait le poids important des VC et des business angels aux USA: 23 milliards d'euros investis en 2007 pour les premiers et 20 milliards d'euros pour les seconds.

Comme l'indique le Bulletins électroniques autant d'argent en moins c'est autant d'entreprises et de projet en R/D non financés.

Si vous souhaitez poursuivre la lecture de sujets similaires, je vous propose les articles suivants: