ALTO-STUDIO
 
France Investissement, les premiers résultats

businessfinanceJérôme Gallot, Président de Caisse des dépôts et Consignation Entreprises , fait un premier bilan de l'activité de France Investissement:

Pour aider les PME françaises Ă  se dĂ©velopper, l’État a crĂ©Ă© par dĂ©cret le 15 dĂ©cembre 2006 un nouveau dispositif : France Investissement.

Sa mission: renforcer le financement des entreprises à fort potentiel de croissance par une augmentation de leurs fonds propres. Ce fonds est géré par les équipes de CDC Entreprises.

Il propose deux grands types de financement :

  • des financements en fonds propres (sous forme de prise de capital en substitution aux premiers investisseurs ou bien d’augmentation de capital),
  • des financements en quasi-fonds propres, sous forme d’obligations.

Si les entreprises financées comptent en général moins de 250 salariés, leur valeur s’échelonne entre quelques millions à plusieurs dizaines de millions d’euros.

Toutes ont cependant un point commun : elles sont particulièrement innovantes et peuvent espĂ©rer un fort et rapide dĂ©veloppement.

Les rĂ©sultats obtenus Ă  l’issue de ses treize premiers mois d’existence mettent en lumière la forte mobilisation de la Caisse des DĂ©pĂ´ts - pivot du dispositif - et de ses cinq partenaires institutionnels privĂ©s initiaux : AGF Private Equity, le Groupe Caisse d’Epargne, Finama Private Equity, Natixis Private Equity et SGAM Alternative Investments (groupe SociĂ©tĂ© GĂ©nĂ©rale).

De fait, les engagements ont été largement supérieurs à l’objectif fixé au départ de 500 M€ par an pendant six ans. Ainsi, entre décembre 2006 et décembre 2007, 817 M€ ont été engagés, dont 537M€ ont abondé 44 fonds de capital investissement.

Notons que France Investissement finance majoritairement des sociétés de capital investissement, des fonds qui eux même vont financer des entreprises. En effet seulement 40M€ ont été investis en direct par France investissement mais obligatoirement en parallèle avec un autre fonds bénéficiant également du dispositif.

Grâce à l’effet de levier public/privé (un euros public est susceptible d’engendrer un investissement de cinq à sept euros privés), le volume total des disponibilités prêt à être investi a atteint environ 3 M€, qui ont bénéficié à 102 entreprises.

Dans les prochaines années, elle devrait permettre de réunir entre 2,5 et 3,6 M€ de fonds pour soutenir plus de 800 entreprises.

Le dispositif compte également favoriser les financements de proximité, en mettant l’accent à la fois sur la création de fonds de business angels et sur le renforcement des fonds régionaux, partenaires financiers essentiels pour les petites entreprises.

Pour tout contact :

Voter pour ce billet "extraordinaire" ;) sur les diggs-like :

Digg it! - del.icio.us it! - Blogmark it! - Ajouter ŕ mes favoris Technorati - Blogmark it! - Scoop it! - Fuzz it! - Tape Moi! - AllActuer Ca! - Nuouz Ca! - Memes Ca! - Pioche Ca! - Blue it! - Bookmark Ca!


 
‹ retour à l'accueil
Commentaires
1.   Forex  â€ş  mardi 12 octobre 2010 à 16:47

très intéressant, comme d'habitude sur votre blog ;)

Merci !

 
‹ retour à l'accueil
Trackbacks

Aucun trackback.

Pour faire un trackback sur ce billet : http://capitalsocial.fr/tb.php?id=565

 
Ajouter un commentaire