ALTO-STUDIO
 
Réduire les délais de paiement

businessfinance

Le projet de loi de Modernisation de l'Ă©conomie est selon madame Christine LAGARDE (Ministre de l'Ă©conomie, de l'industrie et de l'emploi) destinĂ© Ă  « libĂ©rer nos potentiels, redonner l'envie d'entreprendre, dĂ©fendre le pouvoir d'achat. »

Voici la mesure 3: Réduire les délais de paiement

Quelle est la situation aujourd'hui ?

Dans la période récente, les conditions de paiement ne se sont pas réellement améliorées, avec soixante-sept jours de délais de paiement moyen contre cinquante-sept jours en Europe. Le traitement de ce problème par la négociation permet des avancées mais, comme vient de le confirmer le dernier rapport de l'Observatoire des délais de paiement (décembre 2007), ces résultats sont insuffisants. La seule amélioration nettement perceptible vient d'un seul secteur, celui des transports, grâce au nouveau dispositif de délais de paiement à trente jours instauré par la loi dans ce secteur en 2006.

En 2006, les créances clients au-delà de soixante jours de chiffre d'affaires représentent 139 milliards d'euros (30 % de l'ensemble des créances clients), les dettes fournisseurs au-delà de soixante jours d'achats, 104 milliards d'euros (26 % de l'ensemble des dettes fournisseurs).

Réduire les délais de paiement favorise le développement des PME, en desserrant la contrainte financière qui s'applique à elles et en améliorant leur fonds de roulement.

Une réduction des délais de paiement moyens de soixante-huit jours aujourd'hui 
à cinquante-sept jours permettrait de dégager 4 milliards d'euros de trésorerie 
supplémentaire pour les entreprises, donc 4 milliards d'euros de capitaux
 pouvant ĂŞtre investis directement dans la production.

Que propose le projet de loi ? (article 6)

La rĂ©forme proposĂ©e participe d'une dĂ©marche en plusieurs Ă©tapes, qui prĂ©voit : un plafonnement par la loi des dĂ©lais de paiement Ă  soixante jours, puis une phase de nĂ©gociation secteur par secteur et une possible nouvelle intervention lĂ©gislative Ă  Ă©chĂ©ance d'un an en cas d'Ă©chec des nĂ©gociations, de telle sorte que la poursuite de la rĂ©duction des dĂ©lais de paiement s'inscrive dans un calendrier prĂ©cis, progressif et contraignant.

  • Les dĂ©lais de paiement convenus sont plafonnĂ©s Ă  soixante jours

Il convient dans un premier temps de rattraper la moyenne europĂ©enne, ce qui conduit Ă  plafonner ce dĂ©lai Ă  soixante jours ; la solution retenue du plafonnement des dĂ©lais de paiement convenus a montrĂ© son efficacitĂ© dans le domaine des transports. Le dĂ©lai issu de la nĂ©gociation ne pourra pas dĂ©passer soixante jours (ou quarante-cinq jours fin de mois) Ă  compter de la date d'Ă©mission de la facture, ce qui introduit une certaine souplesse dans le dispositif.

  • Des accords secteur par secteur pourront dĂ©cider de rĂ©duire davantage ces dĂ©lais de paiement et ĂŞtre Ă©tendus par dĂ©cret Ă  tous les opĂ©rateurs du secteur

L'objectif final est de réduire encore plus les délais de paiement. C'est la raison pour laquelle la mesure prévue dans le projet de loi permettra aux professionnels d'un secteur, clients et fournisseurs, de convenir d'un délai de paiement inférieur à celui déterminé par la loi, par voie d'accord conclu par leurs organisations professionnelles. Elle permet au gouvernement d'en étendre la portée à tous les opérateurs du secteur par voie de décret.

  • Les pĂ©nalitĂ©s de retard exigibles en cas de retard de paiement sont renforcĂ©es pour ĂŞtre rendues plus dissuasives

Les montants des pĂ©nalitĂ©s de retard Ă©tant actuellement insuffisamment dissuasifs, la rĂ©forme prĂ©voit leur augmentation significative : il est proposĂ© de majorer le taux plancher des pĂ©nalitĂ©s de retard de 1 fois ½ le taux d'intĂ©rĂŞt lĂ©gal Ă  3 fois (soit 10 % environ aux conditions de marchĂ© actuelles).

  • Le non-respect des plafonds Ă©tablis par la loi pourra ĂŞtre sanctionnĂ© plus facilement devant le juge civil

Le régime de sanction des délais de paiement manifestement abusifs prévu par le code de commerce est modifié de telle sorte que deviendra abusif tout délai de règlement supérieur au délai maximal prévu par cette réforme.

Cette disposition vise à assurer l'effectivité de l'application de ces nouvelles dispositions, puisque toute personne intéressée mais aussi le ministre de l'économie pourront se prévaloir de ces dispositions pour faire respecter des délais de paiement.

  • Un dĂ©lai de paiement maximum supĂ©rieur Ă  celui prĂ©vu par la loi pourra ĂŞtre temporairement accordĂ© Ă  certains secteurs

La réforme prévoit la possibilité pour des secteurs déterminés de déroger sous conditions et temporairement au plafond légal par le biais d'accords interprofessionnels.

En effet, le plafonnement à soixante jours des délais de paiement peut dans certains cas engendrer des difficultés d'adaptation pour certains secteurs spécifiques, par exemple ceux dont le modèle économique repose sur le financement partiel du cycle d'exploitation par les fournisseurs, situation caractérisée notamment par l'existence de stocks importants et diversifiés comportant de nombreuses références, avec une rotation lente.

-Les conditions de dĂ©rogation temporaire sont de trois ordres :

o la motivation de dépassement du délai légal par des raisons économiques objectives
et spécifiques au secteur;
o le fait pour l'accord de prévoir la réduction progressive du délai dérogatoire
 vers le délai légal;
o sa limitation dans la durée qui ne peut en tout état de cause dépasser
le 1er janvier 2012.

Ces accords devront être reconnus comme satisfaisants à ces conditions par décret après avis du Conseil de la concurrence.

  • L'Ă©tat montre l'exemple

Il réduit par décret ses délais de paiement à trente jours et les intérêts dus en cas de retard sont augmentés.

  • Ces nouvelles dispositions s'appliqueront au 1er janvier 2009

Le gouvernement est sensible au fait qu'une application immédiate de ces nouvelles dispositions est susceptible de créer des difficultés temporaires d'adaptation. C'est pourquoi, la loi prévoit une application de ces nouvelles dispositions aux contrats conclus à compter du 1er janvier 2009.

Vous souhaitez poursuivre l'étude de la loi de modernisation alors ci-dessous quelques liens supplémentaires:

Voter pour ce billet "extraordinaire" ;) sur les diggs-like :

Digg it! - del.icio.us it! - Blogmark it! - Ajouter ŕ mes favoris Technorati - Blogmark it! - Scoop it! - Fuzz it! - Tape Moi! - AllActuer Ca! - Nuouz Ca! - Memes Ca! - Pioche Ca! - Blue it! - Bookmark Ca!


 
‹ retour à l'accueil
Commentaires
1.   Al-Kanz  â€ş  dimanche 6 juillet 2008 à 10:29

Et si on exigeait au client de payer comptant ? Ca résoudrait bien des problèmes.

 
2.   Jean-Philippe  â€ş  lundi 7 juillet 2008 à 11:10

Al KANZ,
Le problème c'est que nombreuses entreprises ont besoin de délais de paiement, si du jour au lendemain tous les clients doivent payer au comptant cela veut dire que ton fournisseur va exiger que tu le règles tout de suite...d'où des problème de trésorerie car tes clients eux règleront plus tard si ton process de production est long....

 
‹ retour à l'accueil
Trackbacks

Aucun trackback.

Pour faire un trackback sur ce billet : http://capitalsocial.fr/tb.php?id=537

 
Ajouter un commentaire