ALTO-STUDIO
 
La différence entre le capital risque made US et capital risque made in france

drapeau franceSi l'on en croit Paul Grahmam (Partner dans le fonds d'investissement YCombinator basé à Mountain View et qui investit dans de jeunes sociétés high tech) il existe une différence de taille entre nos deux continents.

Pour ce dernier il ne faut pas se focaliser sur le business model ni sur les sources de revenus mais sur la capacité du projet à répondre aux attentes des utilisateurs.

Paul Grahmam considère qu'une fois que le projet aura atteint un volume suffisant d'utilisateurs les possibilités de rentrées financières s'imposeront: Google a su répondre à cette problématique, You tubes y travail actuellement....

Cette manière de penser la création d'entreprise innovante est elle envisageable en France?

Difficile car en phase de création, même lorsque le modèle économique est défini la plupart des capitaux risqueurs demandent à ce que ce dernier soit validé... Comment?

  • Par du chiffre d'affaires ou des commandes fermes. Ce qui constitue en soit une barrière au financement assez importante.

Alors rechercher des fonds en phase d'amorçage tout en expliquent que l'équipe n'a pas encore pu déterminer comment le projet va générer du cash parait complètement surréaliste...en France (mais il doit exister, enfin je l'espère, des contres exemples)

Le référentiel des VC Français semble sur ce point très éloigné de celui des américains; en France la plupart du temps seul des business angels qui sont issus du secteur peuvent adhérer à un projet où le modèle économique n'est pas encore défini.

Voter pour ce billet "extraordinaire" ;) sur les diggs-like :

Digg it! - del.icio.us it! - Blogmark it! - Ajouter ŕ mes favoris Technorati - Blogmark it! - Scoop it! - Fuzz it! - Tape Moi! - AllActuer Ca! - Nuouz Ca! - Memes Ca! - Pioche Ca! - Blue it! - Bookmark Ca!


 
‹ retour à l'accueil
Commentaires
1.   armel  â€ş  mardi 6 mai 2008 à 20:04

On parle de net-Ă©conomie ou de toute Ă©conomie ?

 
2.   Jean-Philippe  â€ş  mardi 6 mai 2008 à 21:55

Il s'agit plutôt de la net économie car dans l'économie traditionnelle je n'ai pas d'exemple où le client ne puisse être déterminé dès la phase de définition du produit.

Santé ARMEL :)

Jean-Philippe
www.capitalsocial.fr/

 
3.   armel  â€ş  jeudi 8 mai 2008 à 14:55

Santé à toi...

Pour ta réponse, dans ce cas, je te suis...

 
4.   AL  â€ş  samedi 10 mai 2008 à 01:21

Bon alors c'est quoi la solution si on est un jeune entrepreneur français ? Partir à l'étranger ?

 
5.   Jean-Philippe  â€ş  samedi 10 mai 2008 à 12:37

Al,

La solution pourrait venir effectivement de financiers étrangers, c'est ce que préconise d'ailleurs Charles Begbeider dans une interview que je mettrai en ligne prochainement.

L'autre solution identifier une business angel ou alors contacter la Française des jeux....

 
6.   Isa  â€ş  lundi 9 novembre 2009 à 20:24

Bonjour cousins! de notre côté de la flaque, nous faisons une grande différence entre Capital de risque et financement d'amorçage. Les critères d'investissement ainsi que le rendement sont immensément différents. Les stades de développement des entreprises sont donc conséquemment différents pour les 2 types de financements accordés. D'ailleurs YCombinator sont plutot un fond dit de "seed" non? Je crois que le noeud de la question se trouve là: la compréhension du vrai capital de risque par les entreprises...et tout ce qu'un tel financement exige et implique!

 
7.   Jean-Philippe  â€ş  lundi 9 novembre 2009 à 22:43

Bonjour cousine..., effectivement le fait de regrouper sous un même terme celui de capital risque l'activité de financement de l'amorçage et celle du développement des jeunes entreprises est préjudiciable car en terme de communication cela camoufle le problème du financement de la création d'entreprise.

Combien d'études et de journalistes constatent l'accroissement du financement de la création d'entreprises en publiant le baromètre du capital risque.

Alors que si l'on regarde de près on est effrayé: que reste t il du financement de la création si l'on enlève les entreprises qui réalisent un chiffre d'affaires conséquent, les seconds tours de table...pas grand chose...En phase d'amorçage il doit y avoir moins de 30 dossiers financés par an....

Jean-Philippe

 
8.   ADELE  â€ş  mercredi 29 juin 2016 à 06:41

Bonjour, pourrais-je avoir un document un peu plus complet qui fait une étude sur les différences entre le venture capital francais et celui américain?
D'avance merci

 
‹ retour à l'accueil
Trackbacks

Aucun trackback.

Pour faire un trackback sur ce billet : http://capitalsocial.fr/tb.php?id=507

 
Ajouter un commentaire