D'après l'enquête annuelle du College Board (repris par le Bulletin Electronique) pour l'année universitaire 2006 il fallait compter:
  • 5.836$ en moyenne pour une inscription dans une universitĂ© publique,
  • 22.218$ dans une universitĂ© privĂ©e.
L'importance de ces montants est cependant à relativiser du fait des aides, prêts, et avantages fiscaux dont bénéficient les étudiants et familles.

Sur les quelques 2.700 établissements enquêtés, un étudiant paie en moyenne:
  • 2.700$ net de frais d'inscription dans une universitĂ© publique,
  • 13.200$ dans une universitĂ© privĂ©e.
Les étudiants inscrits dans des établissements privés bénéficient plus fréquemment d'aides offertes par leur université, contrairement aux étudiants des institutions publiques (en beaucoup plus grande proportion), plus dépendants des aides fédérales.

Si 2 700 euros reste une somme, celle-ci est inférieure à ce que j'imaginais.

Notons que dans un pays où le chômage est extrêmement faible la capacité de mobilisation de financement bancaire pour payer ses études est importante. En effet le risque de non remboursement étant également faible puisque corrélé à la probabilité de décrocher un job (CQFD).

Néanmoins l'étude indique le développement d'un effet ciseau (augmentation des frais de scolarité et baisse des aides fédérales ( en dollars constants) qui oblige de manière plus systématique le recours à l'emprunt.